Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Poutine, les femmes, le sexe et beaucoup de vidéos

Ce billet fait partie de notre dossier central Elections en Russie 2011/12.

[Liens en russe et en anglais, sauf mention contraire] Des jeunes femmes russes qui demandaient dernièrement aux femmes qui aiment Poutine d'arracher leurs vêtements pour lui se sont volatilisées après avoir fait la Une pendant deux semaines. Alors que la période électorale touche à sa fin en Russie, il est intéressant maintenant de passer en revue des initiatives provocatrices de groupes de femmes russes et de voir leur évolution, et à quel point elles ont entrainé d'autres femmes – pour et contre Poutine – à être créatives en vidéo.

Il peut être important de rappeler d'abord de redéfinir  le concept ‘2.0’ (voir note en pied de page) dont l'usage a augmenté récemment.  La campagne présidentielle de 2012 en Russie a mérité le titre “2.0” a bien des titres. Elle a non seulement mobilisé les électeurs en ligne mais aussi dans les rues et a libéré une créativité incroyable dans ces deux sphères. Le Web russe est devenu un exutoire où les électeurs russes peuvent tout partager et s'affronter par vidéos interposées.

Pro-Poutine

L'Armée de Poutine’ [russe] est un exemple parmi d'autres. Depuis l'apogée de leur célébrité  cette ‘armée’ a produit deux chansons – l'une est leur ‘Hymne‘, tandis que l'autre est intitulée ‘Go, Vova Poutine !‘ – ainsi que plusieurs vidéos provocatrices.

Une des plus récentes vidéos est une une composition hip-hop, qui a attiré – une fois de plus – quelques commentaires hostiles :

Une autre, publiée quelques jours avant le jour du scrutin, présentait une jeune femme lors d'une séance de photos suggestives.Vers la fin, elle cite une phrase de Poutine, qui, dans ce contexte totalement différent, peut avoir le sens qu'on imagine : “Si quelqu'un croit qu'il ne se dressera pas, ils ne l'auront jamais dressé.”

Les nombreux commentaires qui se moquent de la vidéo ont été vite effacés.

Un autre groupe, ‘Devochki Za‘ (Filles pour [Poutine]), a fait surface à peu près au même moment que l'Armée de Poutine en publiant de nombreux morceaux de musique (voir leur page sur le réseau Vkontake) et des vidéos en faveur de Poutine. Leur dernière vidéo représente une bagarre entre filles pour Poutine, qui, d'après les paroles, ne se satisferont d'aucun autre prétendant :

De nouvelles vidéos avaient été lancées en février, avec un nouveau cast de jeunes femmes dans les rôles principaux, qui, dans des cadres différents, parlent de leurs ‘premières fois’ (sous-entendu, leur première expérience sexuelle), tout en évoquant Poutine. Le groupe ‘Pervyi Raz‘  (la première fois en russe) encourage les jeunes électeurs à voter. Et à voter Poutine, parce que “la première fois, il faut que ce soit par amour”.

Dans la première vidéo, la jeune femme parle de sa première fois avec un psychologue :

La seconde se déroule chez un gynécologue, qui lui rappelle la nécessité de se protéger:

Dans la troisième vidéo, la jeune femme reçoit des conseils d'une diseuse de bonne aventure, qui tire une carte représentant Poutine couronné de ce qui semble être une auréole :

Les commentaires de ceux qui ont vus les vidéos sont loin d'être amicaux, mais en dix jours après leur mise en ligne,  elles avaient déjà été visualisées des centaines de milliers de fois.

Anti-Poutine

Dans l'autre camp politique, des jeunes femmes ont riposté avec beaucoup de pugnacité. Le tout premier exemple a été découvert en août dernier, peu de temps après l'apparition des vidéos de l'Armée de Poutine. “F1 Studio” a produit la vidéo suivante. Des  jeunes femmes anti-Poutine dénoncent l'Armée de Poutine, et demandent aux femmes jusqu'où elles iront pour avoir “un président normal “:

En réponse à la série de vidéos “Première Fois”, une célébrité de la télévision russe, Xenia Sobchak a mis en ligne la vidéo suivante la veille des élections : elle parle de sa “troisième fois” avec un gynécologue, qui suggère qu'elle change de partenaire. Surprise, elle demande si cela est possible. “J'ai peur d'attraper une maladie !”  s'exclame-t-elle. “Comme… une de couleur Orange.” Le docteur la rassure en lui disant qu'elle peut se protéger avec “le blanc” (référence au ruban blanc, le symbole des manifestants anti-Poutine).

Ensuite, il y a le groupe féministe punk Pussy Riot [russe], qui a organisé des spectacles dans tout Moscou ces derniers mois, y compris une performance sur la Place Rouge (où elles ont été appréhendées par la police) :

Ce groupe avait provoqué un tumulte en février pour avoir tenu ‘une session de prière‘ dans  la plus grande cathédrale de Moscou ou elles  imploraient le Theotokos [français] de les débarrasser de Poutine :

Depuis lors, l'Eglise orthodoxe a porté plainte contre le groupe féminin pour “incitation à la haine religieuse”.

L'adage “le sexe fait vendre” est bien connu des marchands et des spécialistes des relations publiques. Ces campagnes démontrent qu'en Russie cette notion s'applique à la politique aussi, et que les femmes russes savent se faire entendre aussi bien en ligne que dans les rues.

*Wikipedia en français définit ces pratiques Web 2.0 ainsi : […]L'expression « Web 2.0 » désigne l'ensemble des techniques, des fonctionnalités et des usages du World Wide Web qui ont suivi la forme initiale du web1, en particulier les interfaces permettant aux internautes ayant peu de connaissances techniques de s'approprier les nouvelles fonctionnalités du web. Ainsi, les internautes contribuent à l'échange d'informations et peuvent interagir (partager, échanger, etc.) de façon simple, à la fois avec le contenu et la structure des pages, mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social2.

 

Ce billet fait partie de notre dossier central Elections en Russie 2011/12.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site