Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Retour sur la Conférence mondiale des télécommunications internationales 2012 : interview de Beatriz Busaniche

[Les liens de ce billet renvoient à des pages web en anglais, sauf mention contraire.]

La conférence mondiale des télécommunications internationales (CMTI), organisée à Dubaï par l’Union internationale des télécommunications (UIT), une agence de l’Organisation des Nations Unies, vient de s’achever. Après deux semaines d’âpres négociations, pour la plupart menées à huis clos, les représentants n’ont pas réussi s’accorder sur la proposition d’un traité, soutenu par la Russie et la Chine, qui offrirait aux gouvernements plus de contrôle sur Internet.

L’UIT est une agence spécialisée des Nations Unies chargée de la standardisation des protocoles liés aux télécommunications dans le monde entier.

La conférence a donné lieu à de nombreuses controverses parmi les défenseurs de la liberté d’expression en ligne qui demandent une approche rassemblant diverses parties, accusant l’UIT de tenir délibérément à l'écart les groupes de la société civile.

Pourquoi la conférence a-t-elle suscité tant d’intérêt ? Quelle est son importance pour l’avenir de l’utilisation d‘Internet ?

Nous nous sommes entretenus avec Beatriz Busaniche [en espagnol], membre de la fondation Via Libre [en espagnol] et membre fondatrice de l’antenne argentine de Wikimedia. Celle-ci nous a expliqué les enjeux de la conférence et pourquoi il est important que les internautes s’y intéressent.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site