Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Routes de Slovaquie : “Adopter un nid de poule et le regarder grandir”

Cette année, l'état des routes de Slovaquie est déplorable. Probablement pire, en moyenne, que l'an dernier.

Le 28 février, le journal SME a écrit [en slovaque] que le département de Košice, dans l'est de la Slovaquie, compte à lui seul plus de 37.000 mètres carrés de nids de poule, alors que l'hiver n'est même pas fini. Zoltán Bartos, le directeur de l'Administration locale des routes, a indiqué que lorsque ses services n'étaient pas en mesure de réparer les nids de poule [rapidement], ils devaient les signaler par des panneaux routiers d'avertissement. Il y a peu, des automobilistes se sont mis à détruire ces panneaux pour éviter les amendes pour excès de vitesse ou obtenir des indemnisations de leurs assureurs pour les dommages à leurs véhicules. C'est pourquoi les cantonniers ont commencé à prendre en photos les panneaux d'avertissement fraîchement mis en place.

Voici quelques commentaires de lecteurs de SME.sk.

roman.com :

Je me demande ce que coûte cet enregistrement des nids de poule.

ienko :

et si les ouvriers routiers achetaient un unique panneau et le photographiaient à 25 endroits différents ?

Jirkohu :

Réparez correctement et pour de bon les nids de poule et ce nouveau phénomène disparaîtra.

Ján Divno :

En Suisse, où il y a les mêmes conditions météo, sinon pires – chaleur, hiver, eau, neige – on ne trouve pas le moindre rapiéçage sur la route ! Je ne sais pas comment ils font, mais il n'y a pas de nids de poule !

leomir :

Je roule sur les nids de poule, et tout d'un coup : une route !

Dans une autre discussion [en slovaque], des usagers ont calculé qu'en Slovaquie 85.000 € de péages et taxes automobiles et routiers sont collectés annuellement par kilomètre.

Voici une vidéo de caméra embarquée d'une route nationale près de Domaša en Slovaquie de l'est :

On trouve aisément de nombreux autres exemples en recherchant “výtlky 2013″ (“nids de poule 2013″) sur images.google.sk.

Une blague populaire chez les internautes slovaques en ce moment :

Un Anglais demande à un Slovaque : “Vous conduisez de quel côté de la route chez vous ? A gauche ou à droite ?
Le Slovaque répond : “‘Autour des trous, mon vieux !”

L'image ci-dessous provient de Diery.sk [en slovaque], une carte participative des nids de poule qui se limitait initialement à la capitale slovaque, Bratislava, mais qui dès la fin de cette semaine donnera des informations fournies par les usagers du reste du pays :

How to recognize a drunk driver, in Austria and Slovakia. (Image by Diery.sk, used with permission.)

Comment reconnaître un conducteur ivre – en Autriche et en Slovaquie ? (Image de Diery.sk, utilisée avec permission.)

Un projet de documentation des nids de poule [en slovaque] lancé par le journal Nový čas [New Time], a recyclé cette expression virale en titre :

Adoptez un nid de poule et regardez le grandir…

Le récemment créé RSS Daily, un quotidien parodique inspiré par une des gaffes du Président slovaque (relatée dans cet article de GV [en anglais), cite [en slovaque] un représentant imaginaire de l'Union des Garagistes Slovaques qui pense que les réparations de nids de poule effectuées dans certaines villes sont irresponsables et dissuadent les automobilistes de procéder à temps aux révisions de leurs voitures :

Souvent une simple roue arrachée révèle un défaut beaucoup plus sérieux à la voiture.

Si dans la vie la réalité dépasse souvent la fiction, il en est de même pour les informations, factuelles et inventées. L'an dernier, le musicien Milan Capák a perdu patience avec les trous dans les trottoirs de sa ville de Rožňava dans l'Est de la Slovaquie et a commencé à les reboucher lui-même et à ses frais, enchaînant ensuite avec les nids de poule sur la chaussée. La télévision allemande ARD a réalisé un reportage [vidéo ; en allemand] sur l'initiative altruiste de Capák. Par la suite, pourtant, la municipalité lui a envoyé une lettre [en slovaque], le mettant en demeure de cesser son ouvrage, parce qu'il n'utilisait pas la bonne technique et faisait des réparations sur un terrain ne lui appartenant pas.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site