Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le gouvernement macédonien s'apprête à instaurer le filtrage d'Internet

Le blog Airborne commente le projet du gouvernement macédonien visant à créer une nouvelle entreprise pour règlementer les paris et jeux en ligne pour les résidents de la Macédoine :

Le projet impliquera de “rendre impossible le pari/jeu en ligne sur des sites étrangers”. Ce blocage doit durer deux ans à partir de mars 2014.

Citant les bénéfices attendus pour “l'Etat et la société [macédoniens]”, le blocage de ces sites sera mis en oeuvre par l'Agence des communications électroniques et le ministère de la société de l'information.

Etant donné le très faible respect du gouvernement macédonien pour la liberté des médias et de précédentes tentatives vaines pour légiférer sur la responsabilité des fournisseurs d'accès à Internet quant au contenu publié au moyen de leurs services, il n'est pas difficile d'imaginer un plus vaste usage de ce mécanisme de blocage une fois établi.

En cet état de cause, s'inquiéter du projet proposé de bloquer l'accès à un site est le moins que l'on puisse faire. Les communautés présentes sur Internet doivent de nouveau se manifester.

Le blocage doit prendre effet au cours du mois de mars [mk], suite à une modification de la Loi sur les jeux de hasard [mk] adoptée le 28 décembre 2013.

La Loterie nationale a pour slogan “C'est pour de bon” et détient le monopole de la plupart des jeux, elle gère aussi d'autres systèmes de loterie du gouvernement.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site