Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Une campagne “anti-cochonneries” balaie l'Internet. Mais y aurait-il des objectifs sous-jacents ?

Une mouvement visant à “nettoyer l'Internet”, soit une campagne “anti-cochonneries” lancée par les autorités chinoises, est en train de balayer le Web chinois ces derniers jours. Des fournisseurs de services Internet de renom tels que Google, Baidu, Tianya, ou encore MSN-Chine font partie des sites rappelés à l'ordre car ils sont accusés de publier des “contenus vulgaires et obscènes”.

Le Centre chinois de signalement des informations illégales sur Internet (中国互联网违法和不良信息举报中心), placé sous la coupe de la Société de l'Internet chinois, un groupe qui se dit être non-gouvernemental, a publié le 5 janvier une liste de sites jugés immoraux, en affirmant qu'il se basait sur les signalements et les plaintes du public.

Comme Danwei l'a rapporté [en anglais] :

Chaque site cité est anoté d'une remarque, selon laquelle le site avait été averti, mais n'a pas pris les mesures nécessaires pour nettoyer son contenu, ou qu'il n'a pas supprimé rapidement les contenus vulgaires récemment ajoutés.

Sur cette liste, Google est accusé de proposer des liens vers des “sites obscènes et pornographiques”, alors qu'on reproche à Baidu, le plus important moteur de recherche chinois, de contenir “de nombreuses photographies vulgaires”. Dans le même temps, Sina, Sohu, Tencent et bien d'autres portails Internet chinois regroupant une large population d'internautes, n'ont paséchappé à ces accusations sévères.

Astuce : faites des recherches à partir de mots clefs obscènes. Si vous les connaissez, vous pourrez trouver, dans Google, des obscénités à foison. Visitez les sections telles que “Jolies filles” ou “Femmes et hommes” dans les portails Internet, vous aurez également des chances de tomber sur des obscénités. Mais la plupart des contenus sont indéniablement envoyés par les internautes, et non par les responsables du site.

Le lendemain, le 6 janvier, l'administration a pris des mesures. Sept départements du Conseil d'État ont mis en place une campagne écrasante pour nettoyer la Toile. Le vice-directeur du Bureau de l'information, Cai Mingzhang, met l'accent sur cette répression menée d'un poigne de fer [en chinois, comme tous les liens qui suivent] :

国务院新闻办副主任蔡名照在会议上强调,对屡教不改、影响恶劣的网站,要曝光一批、处罚一批、关闭一批,绝不姑息迁就。

Cai indique que, pour les sites qui ne font pas amende honorable et ceux qui ont une influence néfaste, il faut en incriminer quelques-uns, en punir quelques-uns et en fermer quelques-uns, et ce, sans aucun états d'âmes.

Et il poursuit sur la censure :

一些网站钻政策法规空子,发布格调低下、内容粗俗甚至低级下流信息,严重败坏网上风气。网上低俗之风泛滥,严重危害广大青少年身心健康,殃及千家万户,祸及子孙后代。

Certains portails Internet ont profité du vide juridique pour publier un certain nombre de contenus vulgaires, polluant gravement la morale sur internet. Ces contenus nuisibles aux jeunes sont préjudiciables pour des milliers de familles et pour les générations futures.

Et cette guerre contre la “vulgarité” a redoublé le 9 janvier :

全国整治互联网低俗之风第二批曝光网站名单

La deuxième liste de sites incriminés dans la campagne de “nettoyage des contenus vulgaires sur Internet”

Cette fois-ci, des sites relativement moins influents, dont MSN-Chine, ont été intégrés à la liste.

La campagne a déjà fait des victimes. Des responsables bien placés dans la hiérarchie de Netease ont été licenciés, sans doute pour avoir affiché en première page les photos de Zhang Ziyi en bikini.

Tous les sites cités ont ensuite publié des lettres d'excuse. QQ [un service de messagerie instantanée] a même fermé ses salons de discussion, et les sections incriminées de bon nombre de sites sont maintenant inaccessibles.

Aujourd'hui, les entreprises du secteur de l'Internet font le dos rond, cédant à cette mise au pas. Comment les internautes, qui sont en réalité ceux qui envoient en ligne la plupart de ces “contenus vulgaires”, ont-ils réagi ?

Sur Netease, les opinions vont généralement dans le même sens que la répression. Voici le commentaire “star” d'un article sur le sujet :

坚决支持国家的决定!
网络本身应当成为传播信息、增进交流、休闲娱乐的空间,
可现在多少网页,一打开就充斥着各类色情、暴力的信息,
google,作为众人向往的世界知名企业,你担负起自己的企业社会责任了吗?
百度,作为寄予厚望的知名民族企业,你对得起祖国人民对你的重托了吗?
支持[1584] 反对[968]

Je soutiens entièrement la décision du gouvernement !
L'Internet devrait être une espace d'information, de communication et de divertissement.
Mais aujourd'hui, en ouvrant une page web, on tombe tout de suite sur des contenus obscènes et violents.
Google, en tant que vénérable entreprise mondialement connue, es-tu à la hauteur de tes responsabilité vis-à-vis de la société ?
Baidu, en tant qu'entreprise qui condense tous les espoirs de la nation, es-tu à la hauteur des attentes de tous les Chinois ?
D'accord [1584] Pas d'accord [968]

Sur l'ensemble des commentaires, les voix de ceux qui approuvent la mesure sont plus nombreuses. Toutefois, il n'est pas déraisonnable d'en douter, Netease ayant été averti, le site a sans doute censuré les commentaires pour plaire aux autorités.

Notons que les sites concernés sont influents. Alors, quelle organisation est donc ce Centre chinois de signalement des informations illégales sur l'Internet, courageuse au point d'oser défier tous ces géants du Web ?

L'agence est placée sous la tutelle de la Société de l'Internet Chinois (CIS) 中国互联网协会, qui a récemment promulgué la journée du 4 septembre comme Fête Nationale des Internautes.

Bien qu'il se dise être un “groupe social à but non lucratif”, le CIS est vu comme une agence gouvernementale car elle compte des membres tels que l'agence de presse Chine Nouvelle, des départements du Conseil d'État ainsi que des compagnies de télécoms (toutes contrôlées par l'État).

Il est ironique de constaterqu'en réalité, Sohu, Netease, Sina, ainsi que d'autres sites incriminés, sont des membres de la dite Société. Cela prouve plus ou moins que ses dirigeants sont des officiels, car ces sites Web ne s'auto-cibleraient pas et ne pousseraient les autorités à les réguler. L'explication la plus raisonnable serait qu'ils ne sont pas ceux qui ont le dernier mot, mais bien les autorités

Voici le commentaire du blogueur Wei Wuhui dans “Ça Parle”, qui trouve que cette campagne est menée de manière intelligente :

最关键是,低俗这两个字不好定义,既然不好定义,就没有法律依据。这叫“太实”,容易造成三个不好的后果:打击面太大形成误伤、给一些具体经办人员以权谋私的空间、以及留下政府高压的不好形象。

Le plus important est que la “vulgarité” est difficile à définir. Ce flou fait qu'elle a aucune base juridique. La répression peut alors entraîner des conséquences négatives : sanctionner des innocents, laisser place à la corruption et donner l'image d'un gouvernement méprisant.

这次政府的行为,其实,是相当聪明的。
布有低俗之风的网站名单的,是中国互联网协会,这严格意义上并非政府部门。也就是说,这是收到广大群众举报的。
这样的行为,容易得到舆论支持。
在各大网站出面道歉后,由七部委政府部门出面制定低俗标准,共一十三项。这不是法律标准,
是一项文化运动,和法律无关。政府自始自终,并未见到出手去惩治什么网站,都是企业为了塑造良好的互联网文化的自发行为。

La manière dont est menée cette campagne est assez intelligente. C'est la Société de l'Internet chinois qui a publié la liste.Comme il ne s'agit pas d'une agence officielle à strictement parler, cela porte à croire que le mouvement a été initié par des plaintes des utilisateurs. Ce qui peut donc lui valoir le soutien de la population. Après que les sites se soient excusés, sept départements ont défini, en 13 points, ce qu'ils considéraient comme “vulgaire”. Et ce n'est pas une loi. Il s'agit donc d'un mouvement entièrement culturel dans lequel le gouvernement est inexistant, une action d'autorégulation émanant d'entreprises afin de créer un environnement saint en ligne.

Toutefois, tout le monde ne se range pas du côté du gouvernement.

政治迷 tourne l'opération en ridicule sur Tianya :

有人可以包几十个女人,公费吃喝,公费出国,公费赌博,公费住五星级。非常高雅。
有人自费看些网页却不行!因为太低俗。

Il y a des gens qui entretiennent des hordes de maîtresses, qui festoient, qui voyagent, qui séjournent dans des hôtels 5 étoiles grâce à l'argent du contribuable. C'est tout à fait décent. Mais nous n'avons pas le droit de regarder ces sites web avec notre propre argent ! Car c'est vulgaire…

À l'inverse, les internautes ont dressé une liste qui circule en ligne, et qui prend pour cible la CCTV, la chaîne de télévision contrôlée par l'État.

全国网民公布第一批低俗电视频道名单:

Les internautes chinois ont publié une première liste de “chaînes de télé vulgaires”.

Et les dix chaîne de la CCTV figurent sur cette liste.

第一名:CCAV1 一贯正确,首长领导
第二名:CCAV2 金融风暴,中国骄傲
第三名:CCAV3 港台歌曲,大行其道
第四名:CCAV4 内外新闻,形式大好
第五名:CCAV5 体育频道,外国专号
第六名:CCAV6 劣质影片,辫子军号
第七名:CCAV7 少儿军事,暴力洗脑
第八名:CCAV8 低俗剧目,又哭又闹
第九名:CCAV9 外语新闻,胡说八道
第十名:CCAV10 虚假科学,胡编乱造

Traduit partiellement :
No.1 CCTV1 Les dirigeants et les officiels sont toujours corrects.
No.2 CCTV2 La crise financière n'est rien, la Chine est fière de ses réalisations.
……
No.7 CCTV7 Propagande militaire naïve, lavage de cerveau violent.
……
No.10 CCTV10 Fausse science, que des inventions.

移山愚公 explique pourquoi Tianya, un forum de discussion très populaire, fait partie des sites soi-disant vulgaires.

不过这也不能怪天涯!关心时政的帖子不让发,天涯靠什么吸引人气? 那就只能靠低俗的帖子了。 靠那些溜须拍马的5毛帖的话,天涯早关门大吉了!!

Tianya n'est pas responsable ! Puisque la politiques et les sujets d'actualité sont proscrits, que reste-t-il à Tianya pour attirer des gens ? Les contenus “vulgaires” bien entendu. S'il n'y avait que des billets à 50 mao ici [en référence à ces internautes payés environ 5 centimes d'euros pour publier des messages pro-gouvernementaux], Tianya aurait fermé depuis bien longtemps.

S'agit-il simplement d'une campagne contre les contenus imoraux et polluants ? Beaucoup pensent que ce n'est pas aussi simple que cela.

Parmi les 13 points qui définissent officiellement ce qui est vulgaire, on trouve les éléments suivants :

表现或隐晦表现性行为、具有挑逗性或者侮辱性的内容;传播一夜情、换妻、性虐待等的有害信息;非法性药品广告和性病治疗广告等相关内容;

Présenter ou insinuer des comportements sexuels, englober des contenus offensants ou insultants. Diffuser des informations sur la recherche de partenaires sexuels, l'échange d'épouses, le sado-masochisme ; des publicités pour des médicaments sexuels illégaux ou des traitements pour guérir les maladies sexuellement transmissibles.

Apparemment, cela ne concerne en aucun cas les contenus politiques, et n'interdit pas explicitement tout ce qui pourrait être assimilé à de la “subversion”, un concept habituellement utilisé pour inculper les activistes politiques. Mais les internautes décèlent une once d'intention implicite, car même si les autorités suppriment des messages peu populaires qui n'ont rien de vulgaires, personne ne s'en plaindra.

李国豪, un internaute sur Tianya, s'exprime en ces termes :

绝大多数网友是支持天涯的,不过当官的会支持政府整顿天涯,天涯让当官的太不舒服了。全国网站都整顿顺溜了,你们就可以不用再顾及屁民们在网上的批评了,就可以高高兴兴的吃喝嫖赌了。光明正大搞腐败才是正道。这才是这次政府整顿网站的真正目的。

La plupart des internautes soutiennent Tianya. Mais les officiels se mettront du côté de la répression car nous les dérangeons. Dès que les sites web seront nettoyés, ils n'auront plus à se soucier des critiques des internautes, et pourront festoyer, aller au casino et fréquenter les prostituées comme ils l'entendent. Ils ne veulent plus avoir à se cacher pour être corrompus. Voilà le véritable objectif de cette campagne.

Le blog GFW (GREAT FIREWALL, la grande muraille pare-feu qui cerne la Chine) avance que l'année 2009 sera une année difficile pour l'Internet et les médias.

醉翁之意不在酒。有点新闻敏感性的人应该知道,0808年末,包括多名著名学者在内的上百位知识分子起草发布了《零八 XIANZHANG》。看来,蚍蜉已经为撼树行动起来了。回顾下厦门的PX事件、山西奴工、上海反对磁悬浮列车事件、瓮安事件、杨佳案、多地出租车司机罢 运、三聚氰胺、代课老师上访等等诸如此类事件,哪一件事件的背后没有网络这个助推器?

Un homme ivre ne veut pas simplement du vin. En 2008, des centaines d'intellectuels ont publié la Charte 08. On dirait que les “fourmis” (le peuple) se sont mis en marche pour faire tomber l'arbre (l'autorité). Avec le recul, des événements tels la révolte de Xiamen, les enfants esclaves du Shanxi, les manifestations contre la ligne Maglev à Shanghai, les émeutes de Weng'an, l'affaire Yang Jia, la grève des taxis, le scandale de la mélamine, les pétitionnaires, etc… dans lesquels l'Internet a-t-il été absent ?

所以,接下来一定会在新闻控制上加大力度。已经被点名的网站大佬们,不要以为删删图片就完事了。09年的传媒领域一定会腥风血雨。

C'est pourquoi la main mise du gouvernement sur les médias va s'accentuer. Dirigeants des sites sur la liste, ne croyez pas qu'il vous suffira de supprimer quelques photos. En 2009, le monde des médias va être mis à feu et à sang.
Aujourd'hui, Bullog.cn, un fameux portails de blogs connu pour ses critiques virulentes vis-à-vis des autorités, a été fermé. Cette campagne anti-cochonneries annoncerait-elle une purge du web encore plus sévère ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site