Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Turquie : En mémoire du “Martin Luther King” arménien

Commémoration de Hrant Dink, Istanbul, 19 janvier 2009

mis en ligne par mondoDesperado

Le deuxième anniversaire du meurtre d'un journaliste a eu une fois de plus le pouvoir de déplacer des montagnes dans les relations tendues entre l'Arménie et la Turquie, deux pays séparés par le biblique mont Ararat et une histoire rien moins que sainte. Quand Hrant Dink – ethniquement arménien – a été assassiné, le 19 janvier 2007, devant les bureaux stambouliotes de l'hebdomadaire arménien qu'il dirigeait,  des milliers de Turcs ont assisté à ses obsèques en scandant : «Nous sommes tous Hrant Dink. Nous sommes tous Arméniens.»

La commémoration de hier n'a peut être pas été à aussi grande échelle, mais les articles des journaux, les éditoriaux et le réactions des blogueurs montrent que le meurtre d'un membre éminent de la minorité chrétienne arménienne déclinante de Turquie par un ultra-nationaliste turc continue à choquer. Qui plus est, l'espoir reste vivant que demeure l'héritage de Dink en tant que symbole de paix et de réconciliation entre les deux nations. The Pasha and the Gipsy commente (en anglais).

Aujourd'hui, ce n'est pas seulement la Journée de Martin Luther, et la veille de l'inauguration de Barack Obama. C'est aussi le deuxième anniversaire d'un autre assassinat.

Rasti, un blog kurde, se souvient aussi (anglais) du jour où Dink a été tué.

Je me rappelle où j'étais et ce que je faisais aujourd'hui il y a deux ans. Je me rappelle ce que j'ai ressenti. Je me souviens d'avoir ouvert une page d'informations et d'avoir vu la photo de Hrant Dink couverte de papier, du ruban adhésif jaune de scène de crime pour tenir à l'écart les badauds, et la police debout à côté. Je me rappelle ce que j'ai ressenti. J'étais choqué, horrifié, consterné, dégoûté. Je voulais que ce que je voyais ne soit pas vrai. Mais je savais que c'était vrai…

Des commémorations se sont tenues à travers le monde (turc), mais c'est en Turquie qu'ont eu lieu la plupart. L'une d'elles s'est distinguée en particulier, parmi celles énumérées par Blog Kurdistan.

18 Ocak’ta saat 15.00’te Galatasaray Meydanı’nda ‘O gün Biz de vurulduk’ temalı bir flashmob etkinliği yapılacak.

Il y aura une mobilisation-éclair («flash mob») sur le thème «Ce jour-là nous aussi avons été assassinés» le 18 janvier à 15 heures sur la place Galatasaray [d'Istanbul]. (traduction du turc en anglais par Amy Grupp).

Des photos de la mobilisation-éclair sont déjà disponibles sur un site turc. D'autres blogs turcs ont marqué l'événement, et KISA KES UZUN OLSUN… publie des photos du rassemblement à l'endroit où le journaliste a été assassiné. Des commémorations se sont aussi tenues en-ligne, avec plus de 1.800 membres du groupe Facebook [de l'auteur de ce billet] qui ont remplacé la photo de leur profil par celle de Hrant Dink et le texte de leur statut par la phrase «Nous sommes tous Hrant Dink».

Le journaliste-blogueur Mark Grigorian (en russe) se souvient aussi de Hrant Dink.

Он был одним из тех, кто пытался найти пути и способы примирить армян и турок…”Армяне — врачи турок, — продолжал он, — а турки — врачи армян. Нет других докторов. Диалог — вот единственный рецепт”

Il a essayé de trouver des moyens de réconcilier les Arméniens et les Turcs… «Les Arméniens sont les médecins de Turcs» a-t-il poursuivi, «et les Turcs, les médecins des Arméniens. Il n'y a pas d'autres médecins. Le dialogue est la seule recette.»

Avec la première visite historique (anglais) du président turc en Arménie l'an dernier, et des excuses en-ligne pour ce que la plupart des historiens considèrent comme le génocide arménien, Grigorian note les progrès sans précédent dans les relations arméno-turques depuis la mort de Dink.

…проблема так велика, а пропасть между двумя народами так глубока, что сдвиги в сторону сближения вызывают у националистов негативную реакцию, а то и отторжение. Примером этого можно считать опубликованную в одной из турецких газет фотографию, на которой группа мужчин держит плакаты с надписями: “Собакам вход разрешен, евреям и армянам вход воспрещен “.

Le problème est tellement vaste, et la division entre les deux nations si profonde, que les pas vers un rapprochement [mutuel] entraînent des réactions négatives chez les nationalistes. Un exemple en est  une photo [récente] publiée dans un journal turc et montrant un groupe d'hommes portant des pancartes avec les inscriptions : «entrée autorisée aux chiens, entrée interdite aux Juifs et aux Arméniens.»

Et tandis que le nationalisme reste un problème important en Turquie, c'est un Turc qui a fait un nouveau pas sans précédent vers la réconciliation. Sa lettre, postée sur le blog [de l'auteur], Blogian, explique ce qu'il a fait (anglais) :

Quand j'ai découvert que les propriétés que mes frères et moi avions héritées de notre père n'étaient pas à nous, mais qu'elles avaient été prises aux Assyriens assassinés en 1915, j'ai éprouvé un sentiment de culpabilité et de honte indescriptible… Je me suis personnellement excusé auprès de  tous les Assyriens et Arméniens que j'ai rencontrés. Mais cela ne fait pas disparaître le crime que nos ancêtres ont commis. Même si je ne suis pas personnellement responsable de ce qui est arrivé en 1915, j'ai senti que je devais faire plus que simplement m'excuser. Pour finir, je suis arrivé à la décision de restituer toutes les propriétés que j'ai héritées de mes aïeux à [une organisation assyrienne].

La réputation de Dink d'avoir défendu les droits de l'homme et d'avoir lutté pour les droits des minorités a aussi ouvert les yeux aux Arméniens. Le blog arménien-américain This Side of Fifty, par exemple, traite non seulement de Dink et des relations arméno-turques, mais montre aussi (anglais) que son message était beaucoup plus vaste.

… Cela me frappe comme quelque chose de très étrange que beaucoup d'Arméniens que j'ai connus en grandissant n'aimaient pas les Noirs. Quand je considère à la fois le génocide arménien et l'oeuvre de Martin Luther King, je suis frappé par une chose. Les Arméniens se focalisent pour la plupart sur leur propre tragédie, de façon presque exclusive. Nous pouvons vivre dans ce magnifique pays et nous ne voyons guère d'ironie à ce que nous, un peuple liquidé, nous vivions sur les terres des Indiens d'Amérique liquidés…

Incidemment, le jour férié pour Martin Luther King Jr aux Etats-Unis en 2009, célébré le deuxième lundi de janvier, coïncide avec le deuxième anniversaire [de la mort] de Hrant Dink. Il y a deux ans, immédiatement après l'assassinat de Dink, le blog arménien Hyelog, basé au Canada, les rapprochait tous deux.

Le 4 avril 1968, Martin Luther King était assassiné… En 1986, la Journée de Martin Luther King était instituée jour  férié aux Etats-Unis.

L'histoire de Hrant Dink reste à écrire en Turquie… Sa confiance inébranlable que nous réussirions tous à vivre en paix un jour.

C'est maintenant à la Turquie de montrer sa grandeur en faisant de Hrant Dink le Martin Luther King de la Turquie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site