Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Les filles musulmanes entre le rock et le voile

Les femmes égyptiennes sont coincées entre ce qu'elles sont et ce qu'elles sont censées être ; elles doivent vivre selon les attentes de leurs parents, familles, collègues, et plus tard de leurs maris et enfants. Dans leurs efforts pour satisfaire à ces attentes, certaines ont le sentiment qu'elles perdent le contact avec ce qu'elles sont réellement et les grandes choses qu'elles pourraient réaliser.

Le blog Scene and Heard [en anglais, comme tous les blogs cités] a demandé à des hommes égyptiens pourquoi ils se sont mariés à des femmes non égyptiennes/arabes :

Un des types qui écrivent pour nous, un Égyptien de naissance, mais qui a grandi à l'étranger où il vit encore, a répondu qu'il a essayé de sortir avec une fille arabe, mais il  a trouvé que c'était tout simplement trop compliqué. ” Elles sont trop fougueuses….J'ai besoin de quelqu’un de cool, posé et calme”. Il a aussi déclaré qu'avec sa copine égyptienne, il était toujours perturbé par des drames et de la jalousie… avec une petite amie étrangère, dit-il, “elle est très facile à vivre et pas menafsena (méprisante)”

La discussion sur l'image de la femme arabe s'est ouverte :

Un autre type a dit, “les femmes sont devenues si “say3een” (faciles) en Égypte, alors que les filles étrangères peuvent être “say3een” (faciles), elles ne connaissent rien d'autre….mais NOS filles le savent, elles ont été élevées pour faire la différence. En outre, elles en font trop, pour rien, même pour la “seya3a” (une image moderne)! Et ensuite, elles se comportent comme si elles étaient  innocentes et “mo7tarameen” (décentes).

La culture et la tradition sont aussi en train de changer :

Un autre a dit : “Il y a moins de pressions. Nous n'avons pas à nous soucier de la réaction de son père ou de son frère si nous n'avons pas proposé encore le mariage ou si nous nous embrassons en public, que l'amie de la fille de la tante du voisin nous voie et nous dénonce à sa famille.”

Le reste du billet continue sur cette lancée.

Un billet du blog The multi-cultural Muslimah intitulé Tapez deux fois, Vous êtes finie” traite du nombre de fois qu'une fille peut rompre des fiançailles ou le mariage !

Pour ceux d'entre nous qui sont nés en Occident (ou y ont grandi), ce n'est en aucun cas un problème, douloureux et brise-cœur, oui, mais il n'y a pas de quoi hausser les sourcils. Que diable, qui de nous ne connait pas quelqu'un qui a divorcé trois, voire, quatre fois?  C'est là que les choses se compliquent, vous comprenez ce que je veux dire.

Mais en Égypte c'est tout à fait autre chose : deux coups et vous êtes finis. Spécialement lorsqu'il s'agit de femmes, sur lesquelles tombera le blâme, même dans les situations les plus sexistes. Fichtre, si votre mari va chercher une deuxième femme, c'est VOTRE faute parce que vous ne lui avez pas offert plus de sexe,  parce que vous ne vous vous habillez pas bien ou vous ne le laissez pas regarder ses programmes télé favoris, ou pour n'importe quelle fichue excuse.

Je pourrais tempêter, oh combien je pourrais tempêter, sur comment les femmes peuvent se retrouver rapidement du mauvais côté en toute circonstance, mais je me retiens sur cet argument.

Voyez-vous comment est tordue cette manière de penser ? Y a-t-il quelqu'un parmi nous qui pourrait imaginer ça ? Je veux dire, se fiancer est la pratique la plus fréquente pour fréquenter une fille, pour un musulman. Et si on était stigmatisé après avoir eu un ou deux  copains/copines ? Les hommes s'en tirent un peu mieux, mais ça se remarque lorsqu'un homme collectionne les fiançailles, ne serait-ce que par la prochaine fille avec laquelle il voudrait se fiancer.

Après avoir exposé le cas de deux amis égyptiens, elle conclut :

Même au baseball, vous avez droit à trois tentatives.

Ethar El Katatney est plus préoccupée par l'image de la femme musulmane ; dans sa critique du film marocain Amours voilées, elle écrit :

Un nouveau film marocain qui vient de sortir traite, à première vue, des relations sexuelles avant le mariage dans le pays. Aujourd'hui, il y en a des douzaines [qui traitent du même sujet, ndt], mais celui-ci soulève une controverse dingue. Pourquoi?Je vais vous donner un indice: Le titre de ce film est Amours VoiléesHijab al-hob, qui se traduit par Le Voile de l'amour en arabeTa da! Encore une fois, nous avons la confirmation de ce qui est maintenant un fait : “voilez” n'importe quoi, et vous gagnerez immédiatement en audience.

Elle  a aussi ajouté des liens avec la bande-annonce et des chansons :


Voici une publicité
, la bande-annonce et un clip vidéo d'une des chansons du film. (Cette dernière vous donne une meilleure idée du film, la bande-annonce, pas tellement).

Ethar s'est fait son opinion :

Ce serait naïf de dire que ce film traite du rôle du voile dans la société marocaine. C'est vrai, le voile joue un rôle dans le film, mais le sujet est plus sur le conflit que les femmes marocaines – et par extension, arabes – affrontent dans le monde dans lequel elles vivent aujourd'hui. C'est la bataille que les femmes mènent en vue de concilier les principes qu'elles ont appris à respecter, avec les comportements que cela implique, et dans un sens plus large, comment elles règlent les contradictions entre ce que leur dicte leur culture et leur religion.

Sobia and Krista demandent aux médias d'épargner les femmes, lorsqu'ils traitent de sujets concernant les femmes musulmanes :

Règle  #1: Ne supposez pas que les musulmanes ont besoin d'être sauvées, et que vous savez comment les sauver.

Règle #2: Au lieu de faire semblant de connaitre la vie des femmes musulmanes, essayez de le leur demander.
Règle #3: Choisissez soigneusement avec qui discuter de l'Islam et/ou des femmes musulmanes.

Règle #4 : Acceptez que le musulman est tout comme les autres en termes de systèmes de croyance. Ce n'est pas tout ce qu'un musulman fait qui a à avoir avec l'Islam.

Règle #5: Comprenez qu'il n'existe pas de choses telle que la “culture musulmane”. Les musulmans proviennent d'une variété de cultures, et la culture est dynamique – elle change continuellement.

Règle #6: Ne créez pas une dichotomie entre “musulman” et “Canadien” (ou “musulman” et Américain”, “Britannique”, etc.) ou “musulman” et “Occident”.

Règle #7: Abaissons le ton ! Soyez prudent dans votre langage.

Règle #8 : Pensez aux conséquences de ce que vous écrivez.

Règle #9: Laissez en paix le foulard.

Pour illustrer la position inconfortable de la femme, sous une lumière encore plus crue, Wandering Scarab dévoile un autre aspect de la culture arabe :

Les victimes de violences sexuelles sont souvent rejetées par les hommes de leur famille. A beaucoup de [victimes], on dit “que c'est leur faute d'avoir été au mauvais endroit au mauvais moment” ou bien “qu'elles ont été provocantes par leurs vêtements inappropriés”

Les parias de la société égyptienne - les femmes célibataires- lèvent le ton aussi dans une tentative de faire changer le regard de la société sur elles, alors que les hommes exigent une virginité absolue (VA) ; Fantasia écrit :

Dans une société comme la nôtre, une simple virginité n'est pas tout à fait satisfaisante…tandis qu'il collectionne les aventures amoureuses, chaque homme est à la recherche d'une fille absolument vierge. Bien, il vaut mieux que je clarifie ce que cela veut dire :

Une VA  (vierge absolue) est le genre de fille qui-n'a-jamais-été-touchée, n'a-jamais-eu-de-relations. Ce qui est différent d'une simple “vierge”…Car il est attendu que la fille doit être vierge dans le sens biologique !  Elle doit saigner la nuit de son mariage. Cela ne tolère même pas la discussion. La virginité absolue va au-delà de l'hymen. Son mari doit être le premier homme dans sa vie. C'est même mieux si elle lui dit qu'il est son prince charmant..et elle ferait un travail parfait si elle arrivait à le convaincre que son fantôme lui rendait visite régulièrement dans ses rêves… une vision de base,  inspirée de certains classiques des films égyptiens. Disons que notre bonhomme a réussi (croit-il) dans sa mission, qu'il a été capable de trouver sa douce moitié, son demi ange, VA (la vierge absolue). Est-ce que le cauchemar est enfin terminé ? Hehehe…Croyez-vous !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site