Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : En deuil d'un ami, le sénateur Ted Kennedy

Ted Kennedy Official Photo from public domain via WikipediaTed Kennedy, photo officielle, domaine public, sur Wikipédia

Le sénateur Edward Moore “Ted” Kennedy (22 février 1932 – 25 août 2009) [en français] , le second membre le plus âgé du sénat des États-Unis, est mort d'un cancer mardi. Le légendaire homme politique est salué aux États-Unis et dans le monde entier pour son action auprès des personnes en détresse, que ce soit les réfugiés bengali [en anglais] durant la guerre de libération, les victimes des famines éthiopiennes, et pour avoir joué un grand rôle dans le processus de paix en Irlande du Nord. Le Premier ministre du Bengladesh, Sheikh Hasina, a appelé Ted  Kennedy “un ami véritable du Bangladesh” et a rappelé son rôle dans la mobilisation de l'opinion publique mondiale pour le Bangladesh [en anglais] durant la guerre de libération [en anglais]. Habib Siddiqui, un blogueur du Bangladesh qui vit aux États-Unis écrit [en anglais]:

Avec une profonde tristesse, je salue le départ de ce grand homme dont la contribution à la cause du Bangladesh ne doit jamais être oubliée par la postérité.

Qu'a fait le sénateur Kennedy pour le Bangladesh ? Le blogueur l'explique.

Smith Barney a écrit sur Open Salon[en anglais], une plateforme de blogs doublée d'un réseau social en ligne :

Après l'invasion du Pakistan de l'est  (appelé aussi Bengale de l'est, et maintenant Bangladesh) par l'armée du Pakistan de l'ouest, au printemps 1971, 9 millions de réfugiés ont traversé la frontière de l'Inde. Le monde et les États-Unis (Nixon/Kissinger, englués au Vietnam, penchaient beaucoup pour le Pakistan de l'Ouest) y prêtèrent très peu attention. A l'exception d'un sénateur du Massachusetts, âgé de 39 ans, Edward M. Kennedy.

En plein milieu de la chaleur et de la mousson du mois d'août, le sénateur Kennedy s'est rendu dans les camps de réfugiés à travers le Bengale de l'ouest (l'état frontalier de l'Inde) et a fait un rapport au sénat des États-Unis, un document extraordinaire et passionné sur les souffrances des réfugiés en Inde et ce qu'il a appelé “le règne de la terreur qui pèse sur le Bengale de l'est.”

Il concluait : “Le lourd soutien de l'Amérique à Islamabad (Pakistan de l'ouest) n'est rien d'autre que de la complicité dans la tragédie humaine et politique du Bengale de l'est.”

Kennedy n'a pas seulement été un témoin, il a provoqué la prise de conscience du monde et l'aide apportée aux réfugiés, pas forcément aux soldats indépendantistes du Bengale de l'est.

Unheard Voices, un blog du Bangladesh consacré aux droits de l'Homme, publie le rapport du sénateur Edward Kennedy devant le sénat américain, qui relate les souffrances de ces réfugiés [en anglais].

Mehrab Shahriar publie quelques photos de réfugiés, y compris celle de la visite de Kennedy dans un camp en 1971.

H. A. Mahmud nous informe [en bengali]:

বাংলাদেশ স্বাধীন হওয়ার পর১৯৭২ সালে এডওয়ার্ড সদ্য স্বাধীন রাষ্ট্র বাংলাদেশে আসেন। এখানে তিনি একটি শোভাযাত্রায় অংশ নেন এবং ঢাকা বিশ্বদ্যিালয়ে ভাষণ দেন। এডওয়ার্ড কেনেডি’র স্মৃতিবিজড়িত ঐতিহাসিক বটগাছটি এখনও কালের সাক্ষী হয়ে দাঁড়িয়ে আছে ঢাকা বিশ্ববিদ্যালয় এলাকায়।

Après la libération du Bangladesh, Edward Kennedy y a fait une visite au début de l'année 1972. Il a participé à un défilé et fait un discours devant les étudiants de l'université de Dhaka. Le banyan planté par Kennedy a l'université de Dhaka est toujours là pour rappeler son rôle.

Shada Kalo se souvient de Kennedy avec gratitude [en anglais] :

Ted, vous étiez un ami du Bangladesh. Cela ne vous a rapporté aucun vote, personne ne vous aurait blâmé si vous n'aviez pas marché dans la boue des camps de réfugiés dans la chaleur torride d'août. Mais vous l'avez fait, parce qu'il fallait le faire. Et vous nous avez aidés, parce que c'était aussi une chose juste à faire.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site