Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Le meilleur ou le pire des articles jamais écrits sur la Syrie ?

Un des nombreux panneaux d’affichage syriens représentant le président Bashar al-Assad (photo de jilliancyork)

Des blogueurs syriens condamnent fréquemment les articles touristiques portant sur la Syrie. Ils les jugent souvent trop stéréotypés et parfois totalement erronés. Et pour un pays longtemps considéré comme « isolé », tout du moins par les États-Unis [en français, PDF], cela peut être particulièrement frustrant de constater que l’on vante ailleurs l’exactitude de ces écrits. Ainsi, lorsque le célèbre blogueur syrien Sasa, qui écrit sur le blog Syria News Wire, a pris connaissance d'un article récemment publié dans le National Geographic [en anglais, comme tous les liens suivants] qu’il a considéré comme « le meilleur article de la décennie sur la Syrie », il fallait qu’il s’exprime à ce sujet :

Cet article décrit la véritable Syrie. Il énumère des aspects du pays que les Syriens connaissent, mais que les journalistes étrangers omettent dans leur empressement à confirmer leurs propres stéréotypes.

Il n’est pas surprenant que dans un pays souvent divisé, tout le monde n’ait pas partagé la façon dont Sasa a interprété l’article. Imad Moustapha, l’ambassadeur de Syrie aux États-Unis (lui-même blogueur) a rédigé une lettre à l’attention du rédacteur en chef du National Geographic qui a été reproduite sur le blog Syria Comment, qualifiant l’article du magazine de « représentation erronée de la Syrie à laquelle j’appartiens ». Bien que Joshua Landis du blog Syria Comment n’ait pas commenté lui-même l’article, son message a provoqué plus de quatre-vingt commentaires et conduit à une discussion en ligne animée.

Le commentateur Alex de Creative Syria a critiqué l’article du National Geographic et déclare :

La plupart de ce qui a été écrit ne me pose pas problème…mais je désapprouve la nette impression que laisse l’article en mettant l’accent à 90% sur les aspects négatifs… Je ne pense pas qu’un lecteur américain hésitera à annuler son premier séjour en Syrie. Qui peut apprécier un déjeuner à Bab Touma quand de pauvres et braves Syriens qui se battent pour la démocratie sont torturés juste à côté ?

Un autre commentateur, Ghassan, a aimé l’article :

Cet article est rationnel, raisonnable et exact. Je soutiens le National Geographic ainsi que la liberté de presse et d’expression qui n’existent pas en Syrie.

Norman, qui commente également l’article de Joshua Landis, a remarqué à juste titre :

C’est intéressant de voir que des Syriens qui aiment leur pays peuvent avoir des avis divergents sur le même article.

D’autres blogueurs, ailleurs qu’en Syrie, ont également des idées bien arrêtées sur cet article du National Geographic. Evan Hill, qui écrit sur le blog The Majlis, a eu le sentiment que l’article représentait la Syrie comme un pays à la traîne et écrit :

Il ne nous reste qu’une Syrie qui semble figée, sur les plans économique et politique, dans un état d’esprit vieux d’au moins 40 décennies. Le directeur d’une plantation d'État de coton, ignorant ou dissimulant les dangers que présente ce lieu de travail, fixe Belt [le journaliste] d’un air confus lorsqu’on lui demande s’il en a déjà tiré des bénéfices. Des universitaires et des activistes craignent encore les services secrets créés il y a de nombreuses années par le père d’Assad [le Président Afez el-Assad] pour détruire l’opposition quand sa célèbre ruse politique n'y parvenait pas à elle seule.

Après avoir lu toutes les critiques, Syria News Wire a encouragé ses lecteurs à lire l’article original, tout comme les critiques d’Imad Moustapha, avant de se forger leur propre opinion.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site