Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Danemark : Les huissiers de la dette climatique arrivent

Si vous étiez parmi les milliers de personnes qui se sont rendues à Copenhague ce mois de décembre pour la  Conférence des Nations Unies sur le changement climatique [en français], vous avez sans doute croisé un groupe de jeunes vêtus de combinaisons rouges, venus du Danemark, du Kenya, de Tanzanie d'Ouganda, du Zimbabwe, de Zambie.

Ce sont les Huissiers de la dette climatique [en anglais, comme les liens suivants], et leur mission est d'obtenir des pays industrialisés, y compris du Danemark, qu'ils paient leur “dette climatique” au reste du monde.  Il était possible de les rejoindre sur place au Danemark, d'enfiler une combinaison rouge, en s'inscrivant ici. Il est toujours possible de leur rendre visite sur  leur blog et sur Facebook.

Qui paie ?

Quand les pays riches prennent des décisions dont les conséquences sont néfastes pour l'environnement, ce sont les personnes vivant dans les pays pauvres qui paient le prix fort. Sècheresse, faim et mortalité amenées par le changement climatique pourraient être évitées dans bien des endroits grâce à des aides en technologie, comme par exemple des réservoirs d'eau qui peuvent au moins aider les villages et communautés à s’adapter à de nouvelles conditions climatiques.

Mais cela coute de l'argent.

Who should pay the climate debt?” [PDF] (Qui devrait payer la dette climatique ?) est le titre d'un court rapport publié par l'organisation internationale anglo-saxonne contre la pauvreté ActionAid, où est calculé le montant de la dette climatique, et qui propose une répartition du paiement de la dette entre les différents pays [débiteurs] à raison de 135 milliards d'euros par an jusqu'en  2020.

Au cours des trois derniers mois, la branche danoise de MS ActionAid a formé une équipe de cyber-activistes de différents pays pour relayer ce message. Ils ont été envoyés en voyage d'études au Kenya, à Bruxelles et au Danemark. Des jumelages ont été créés entre les stagiaires et les blogueurs de Global Voices, qui les ont formés aux blogs à distance pendant six semaines.

Sur leur site, ces jeunes cyber-activistes, devenus “huissiers de la dette climatique” expliquent : “Nous voulons un monde avec une justice climatique et une justice globale. Pour y parvenir, l'attitude des décisionnaires doit évoluer, pour qu'ils reconnaissent leur dette climatique et la rembourse.”

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site