Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : Les femmes à l'honneur

Ar-KL-large-copie-189x300Des blogueurs marocains se sont joints à la campagne Kolena Laila [en anglais] (Nous sommes toutes Laila), une initiative indépendante sur Internet qui invite pour la première fois tous les blogueurs de langue arabe à s'exprimer librement et à alerter les consciences sur les problèmes que rencontrent les femmes dans leurs sociétés respectives. La campagne, qui a été une initiative lancée à l'origine uniquement en Égypte en 2006, couvre maintenant les blogosphères d'Afrique du nord et du Moyen-Orient.

Laila est le un personnage du roman “الباب المفتوح” (La porte ouverte) écrit par Latifa Az'zayate, et représente les femmes qui tentent de se construire une personnalité indépendante dans leurs communautés.

Bouthaina, choisissant d'écrire en arabe sur son blog My Sweet Home, raconte l'histoire [en arabe] d'une femme qui ne semble pas avoir bénéficié des avantages de la vie moderne. Elle écrit:

تصل إلى البيت أخيرا و قد استنفذت قواها الباقية من مشقة العمل و رحلة المواصلات التي لا تنتهي.. تنصرف السيدة المربية على عجلة من أمرها هي الأخرى ـ يبدو أنه قدرها الحتمي في هذه الدنيا .. عجلة أزلية.. لا تدري إلى متى فهي تكاد تنكسر..ـ تبتدئ بعدها مرحلة جديدة من مراحل عملها اليومي.. فالطفل يكون بانتظارها كي تقوم معه بنزهة.. أو تلاعبه أو تطعمه..عدا مراقبتها له و لشقاواته.. و التي قد تختلط فيها الضحكات بالبكاء و الصراخ الذي لا نهاية له…. تعود أنت يا حبيبي من عملك متأخرا.. بعد أن تكون طاقتي القليلة قد انعدمت أو تكاد
تندهش دائما إذا لم أتجاوب معك بما يكفي. و كيف لي بالتجاوب و أنا أخاف أن أبلغ يوما لا

أستطيع فيه حتى التجاوب مع نفسي؟

Elle arriva finalement chez elle, épuisée par sa journée de travail puis par son interminable trajet de retour. Le nourrice s'en va. Elle aussi est pressée. Être pressée semble être sa destinée en ce bas monde. Un éternel cycle de recommencements. Elle est quasiment brisée. Commence alors une nouvelle phase dans sa tâche quotidienne. Son enfant l'attend pour qu'elle l'emmène quelque part, pour qu'elle joue avec lui ou bien encore pour qu'elle le nourrisse. Sans parler du fait qu'il faut qu'elle veille sur lui, qu'elle le surveille constamment, ce qui implique bien souvent une suite sans fin de rires, de larmes et de cris. Son amant rentre tard de son travail, après qu'elle ait épuisé quasiment toute son énergie. Il s'étonne toujours de ne pas la voir plus réceptive à sa présence. Elle se demande : Comment diable pourrais-je être réceptive quand je crains qu'un jour, je ne serai plus réceptive à moi-même?
I'm Citizen Like You!Je suis une citoyenne comme vous!

Sur le site Ana Wa al-Hayat, A. C. Osama condamne [en arabe] ce qu'il considère comme une forme largement répandue dans sa société de harcèlement sexuel à l'encontre des femmes. Il écrit:

التحرش الجنسي جريمة.. جريمة يعاقب عليها القانون، ليس لدينا طبعا. بل في دول الشمال. هنا الأمر يختلف، و إن كان هناك بعض الوعي الذي بدأ في الانتشار، إلا أن المجرم الوحيد الذي يشار إليه بالأصابع إن حصل فعل التحرش، ليس سوى المرأة. على الأرجح أنتم تعرفون كيف يحصل ذلك، و إن حدث و أظهرت تضايقك من تصرف “السي السيد” فلن تجد جاوبا أكثر من “إنهن فتنة، يستدرجوننا.. أنظر إلى لباسها! عليهن اللعنة”.
صحيح أن هناك تيار، يريد إرجاعنا، دون وعي منا، إلى زمن كانت فيه المرأة يرى إليها كوسيلة إشباع لرغبات و نزوات الرجل. و هذا ما قد حصل فعلا، فبعد تطور نسبي عرفته مجتمعات بعض الدول العربية في النصف الثاني من القرن الماضي على مستوى التفكير و رؤية الأمور، ها هي الأشياء ترجع إلى أصلها. كل ما يبدو لنا من المرأة هو الجسد. و أول شيء نفكر فيه عند رأيتنا لها هو السرير!!
. الأمر مقرف لدرجة لا تتصور. رأفة بنفسي و بكم طبعا، سأختم الآن. لكن كنوع من التنفيس عن الذات اسمحوا لي بالقول: لعن الله الرجال!!

Le harcèlement sexuel est un crime. Un crime puni par la loi, pas ici, bien sûr, mais dans les pays occidentaux. Ici c'est différent : bien que les consciences commencent à s'éveiller, ce sont les femmes qui sont accusées et considérées comme responsable de ces atteintes. Vous savez certainement comment cela se passe: chaque fois que vous montrez votre désaccord avec “Si Sayyid” [en référence au personnage de la trilogie du Caire [en anglais] écrit par Naguib Mahfouz, et archétype du patriarche polygame et misogyne], la seule réponse que vous obtiendrez est que ce sont “elles [les femmes] qui nous cherchent et nous provoquent. Regardez comment elles s'habillent! Qu'elles soient maudites !”
Il y a bel et bien aujourd'hui un courant qui tente de nous pousser, sans que la plupart de nous en soient conscients, vers des temps où les femmes étaient considérées comme un moyen de satisfaire les désirs et caprices des hommes. C'est ce qu'il s'est réellement passé : après un relatif progrès de la façon dont nous voyons les choses dans certaines nations arabes, en particulier durant la deuxième moitié du vingtième siècle, nous sommes aujourd'hui revenus à la case départ. La seule chose que nous semblons remarquer chez une femme, c'est son corps. C'est incroyablement écœurant. Par compassion pour moi-même et pour vous, je terminerai par une sorte de cri libérateur. Alors laissez moi dire : que les hommes soient maudits !!

La question du harcèlement sexuel a également été abordée par l'écrivain et blogueur Mohamed Mouâd EL GORDE (Medmouad) qui appelle [en anglais] à plus de respect et de courtoisie envers les femmes. Il écrit :

Je suis redevable envers ma mère, qui, après la mort prématurée de mon père, s'est sacrifiée pour nous élever et pour que nous ne manquions de rien, et envers mes tantes maternelles qui ne se sont pas mariées afin de pouvoir s'occuper de nous puis de notre grand-mère. Les valeurs sur l'éducation et l'éthique auxquelles je crois viennent d'elles, et quoique je fasse, les remercier ne sera jamais suffisant. Ces hommes imbéciles devraient y réfléchir à deux fois.
Je ne me permettrai jamais de harceler une femme [aucune femme]. Prenez le comme vous voulez, j'essaie d'être aussi galant que possible.
Alors messieurs, s'il vous plait : ayez du respect pour les femmes.

Un autre blogueur, Issam, également solidaire de l'initiative Kolena Laila, est sceptique [en arabe] quant à l'impact que de tels mouvements peuvent avoir. Il écrit:

دعونا الآن نفكر في الفئة التي ستقرأ هذا الكلام..

إنها غالبا فئة مثقفة مطلعة على المدونات والأنترنت.. هذه الفئة تفهم تماما أبعاد القضية وليست على الإطلاق هي الفئة التي تحتاج إلى تنوير في الموضوع. وحتى إن وجد من هو على هذا القدر من الثقافة ورأيه يخالف ما نتكلم عنه هنا، فإن أول رد فعل سيقوم به حينما يجد موضوعا عن المرأة وحقوقها هو أن يغلق الصفحة دون أن يخسر على الموضوع سوى كلمة واحدة: “هراء!”
أظن أن الصراخ المثقف، والندوات المثقفة، كعادة الثقافة دوما، أشياء تدور في حلقة مفرغة مثقفة بدورها. إن من يهين امرأته أو يضربها أو يتحرش بها لن تجده على الأرجح يتصفح هذه التدوينات أو يحضر الندوات أو يشارك في المهرجانات.

Essayons maintenant de réfléchir à qui va vraiment lire ces mots : il s'agit souvent d'une tranche éduquée de la société, habituée des blogs et d'Internet. Cette classe comprend totalement la gravité des problèmes rencontrés par les femmes, et ce n'est en aucun cas cette catégorie de la population qui a besoin d'explications sur le sujet. Et même si nous pouvions trouver des lecteurs avisés exprimant une opinion contraire à celle dont nous parlons ici, j'imagine que leur première réaction, en lisants ces histoires sur les femmes et leurs droits, serait de fermer la page en prononçant ce mot: “Ineptie!”
Je pense que les annonces culturelles, les séminaires culturels et tout ce qui a trait à la culture en général tend à devenir un cercle vicieux. Celui qui insultera sa femme, la battera ou bien la harcèlera ne va probablement pas parcourir ces pages ou bien assister à des séminaires ou des réunions.
Sur le site Hindapress, Hind Idrissi regrette l'époque [en arabe] où, dit-elle, les hommes et les femmes se respectaient beaucoup plus. Elle écrit:

إن ما تربينا عليه ووجدنا أجدادنا واباءنا وأمهاتنا عليه هو الاحترام, المتبادل وليس اللكم المتبادل, إن من المعروف على المرأة العربية المسلمة عامة والمغربية خاصة هو احترام الزوج بل أن المرأة كانت تقبل يد زوجها احتراما له وهذا كان منتشرا في أجيال سابقة ومازال إلى يومنا هذا في بعض العائلات القليلة جدا ربما البعض سيقول هذه إهانة للمرأة لكن عندما يكون هناك المودة والاحترام المتبادل وعندما نرى البعد المعنوي لهذا التصرف لا يكون كذلك وبالمقابل يكون الزوج هو السند والأمان لها وفعلا في زمن مضى كان الرجل أكثر احتراما لزوجته والعكس صحيح .

Nous avons été élevés pour vivre comme nos grands-parents et parents vivaient : une vie de respect mutuel, sans lutte et sans coups. Les femmes arabes et musulmanes en général, et les femmes marocaines en particulier, étaient réputées pour le respect qu'elles avaient envers leurs maris; on savait que la femme avait pour habitude de baiser la main de son époux en signe de respect; cette pratique a existé avec les générations d'avant et est toujours présente aujourd'hui au sein de quelques familles conservatrices. Certains diront peut-être qu'il s'agit d'une insulte faite aux femmes, mais quand il y a de l'amour et du respect l'un pour l'autre, quand nous prenons en compte la dimension morale de cet acte, ça ne paraît alors plus aussi insultant. D'un autre côté, le mari subvient aux besoins de son épouse et assure sa sécurité. Les hommes étaient en fait auparavant plus respectueux de leurs femmes. Aujourd'hui, la situation semble s'être inversée.

Le blogueur Heebou dénonce avec force certaines mentalités [en arabe] qu'il voit se développer à l'encontre de toutes les Lailas ou des femmes indépendantes. Il écrit:

ما ننسى أنها حملتنا ,أنجبتنا ,أرضعتنا وربتنا فقط لنرفع صوتنا في وجهها كنا صغارا وحتى صرنا كبارا نجدها بقربنا أيام المرض نشفى فنعذبها حتى نسقطها أرضا ولا ننسى تشطيبها من الوجود فقط لأنها ليلى.

Nous avons tendance à oublier qu'elle [la femme] nous a élevés, nous a soignés et nous a éduqués, et pour quelle récompense? Que nous levions la voix contre elle. Nous vieillissons, nous tombons malades mais elle reste à nos côtés. A peine rétablis, nous commençons à la tourmenter jusqu'à la rabaisser plus bas que terre, pour la seule et unique raison qu'elle est Laila.

La blogueuse Marrokia, qui porte le voile islamique ou hijab, revendique son choix [en arabe] d'un style de vie conservateur. Elle écrit :

هكذا أريد أن أعيش لأني اتخذت ما هو صائب: حجابي تاجي وجسمي ملكي وعقلي حريتي. بكل بساطة هذا قراري

C'est ainsi que je veux vivre et c'est le bon choix pour moi: mon hijab est la couronne, mon corps, le royaume, et mon esprit est libre. C'est tout simplement ma propre décision.

Pour finir, Naoufel explique [en arabe] pourquoi selon lui certains points de vue doivent être défiés. Il écrit que:

.. فقط سأحتفظ بمقولة أن الاسلام كرم المرأة.. ثم أضيف: هل كرمها المسلمون أيضا؟ ان كنت ستهز رأسك ايجابا.. فتعال أكرمك أنا أيضا.. أمنحك حيضا و نفاسا و جنينا يعيش في بطنك لتسعة شهور و أسجنك في البيت ما حييت و اذا تسامحت معك و حدث ان خرجت فالبس النقاب، ثم في الأخير أمنحك نصف ما أخذه أخوك من الارث.. ها قد كرمتكالديمقراطية هي الحل

[…] Partons du principe que l'Islam honorait les femmes. Posons-nous la question : les Musulmans les honorent-elles également? Si vous acquiescez, alors je vous recommande de faire l'expérience d'un tel honneur. Je vous propose les cycles menstruels, la dépression post-natale et un foetus dans vos entrailles pendant neuf mois. Je vous emprisonnerai au domicile conjugual et, si je suis suffisamment bon, je vous laisserai sortir, mais uniquement si vous portez le niquab (un voile intégral qui recouvre le visage), puis en dernière offrande, je vous donnerai la moitié de l'héritage que vous a laissé votre frère. Comment peut on parler d'honorer ? La démocratie est la solution.

Kolena Laila a fêté son quatrième anniversaire, et tandis que certains se posent la question de l'utilité de telles initiatives, les organisateurs affirment que le but visé a déjà été atteint : ouvrir le débat dans le monde arabe. Cette campagne  en ligne s'est tenue du 24 au 31 décembre.

1 commentaire

  • Samir

    Voila pourquoi le maroc restera toujours le troisime tier monde.
    L economie et l infrastructure c est pas tout. D ABBORD ET AVANT TOUT Le respect et la liberter chose que le Maroc n a PAS!!!
    Et apres on parle de tourisme loool.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site