Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Haro sur Flickr, les sites de partages de vidéos, les agrégateurs de blogs et les blogs critiques

La Tunisie a entrepris une action massive de censure internet, visant les principaux sites de réseaux sociaux, les sites de partage de vidéos, les agrégateurs de blogs, les blogs, les pages et profils facebook. La toute dernière victime en est flickr, le célèbre, et l'un des meilleurs, site internet de partage en ligne de photos, bloqué aujourd'hui, 28 avril 2010.

 

flickr-ban-tunisia.jpg

flickr_banned_tunisia.png

La semaine dernière, le 22 avril, la Tunisie en a ajouté trois de plus à sa liste de sites web de partage de vidéos interdits dans le pays. Blip.tv, metacafe.com et vidoemo.com n'y sont plus les bienvenus. Début avril 2010, WAT.TV, un autre site internet de réseau social et de partage de médias, que l'on estime être le troisième diffuseur de vidéo de l'Internet en France, a aussi été bloqué.

C'est le 3 septembre 2007 qu'a commencé le ciblage des sites web de partage de vidéos par les censeurs tunisiens, avec l'interdiction de Dailymotion, puis ce fut le tour de Youtube d'être banni de l'Internet tunisien le 2 novembre de cette même année (en anglais).

Sur sa page posterous, Nawaat.org a publié une liste mise à jour des sites interdits de partage de vidéos dans le pays, indiquant que :

Ces sites de partage de vidéos sont illégalement bloqués en Tunisie (aucune décision judiciaire ne les a ordonnés). Ceci est fait en violation, inter alia, des articles 8 de la Constitution tunisienne et 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

 

video-sharing-sites-in-Tunisia-4.png

 

Au moins 11 nouveaux blogs censurés en un jour

Hier, 27 avril 2010, la Tunisie a bloqué l'accès d'au moins 11 blogs (en arabe) à cause de leur attitude critique envers le pouvoir et sa politique de censure :

  1. http://amchafibled.blogspot.com
  2. http://trapboy.blogspot.com
  3. http://antikor.blogspot.com
  4. http://arabasta1.blogspot.com
  5. http://yatounes.blogspot.com
  6. http://abidklifi.blogspot.com
  7. http://ounormal.blogspot.com
  8. http://carpediem-selim.blogspot.com
  9. http://bent-3ayla.blogspot.com
  10. http://artartticuler.blogspot.com
  11. http://blog.kochlef.com

Auparavant, entre le 21 et le 23 avril, deux agrégateurs tunisiens de blogs ont été bloqués, tuniblogs.com et tunisr.com.

Enfin, le 23 avril 2010, la Tunisie bloquait deux plates-formes en ligne de l'opposition, le parti Ettajdid (l'ancien parti communiste, autorisé) le blog « les Amis d’Attariq » et l'hebdomadaire en ligne du parti Attariq al-Jadid (La nouvelle voie), désormais inaccessibles.

Le piratage des blogs dissidents

Le site internet de la campagne en ligne Yezzi Fock Ben Ali! (Ça suffit, Ben Ali!, qui avait été bloqué en Tunisie 18 heures après son lancement en 2005) a de nouveau été piraté (la première fois était le 7 novembre 2007), et est toujours en panne. Par mesure de sécurité et pour être en contact avec les 1,4 millions de Tunisiens qui en sont utilisateurs, la campagne a migré sur Facebook.

Le jour même (le 26 avril 2010) où était mise en oeuvre l'interdiction des blogs dissidents, une autre technique a été utilisée pour museler la liberté d'expression en ligne : le blog collectif nawaat.org et le blog personnel de l'un de ses administrateurs, Astrubal, ont été piratés (en anglais), effaçant leur base de données et leurs fichiers ftp.

Comme nous l'avons noté dans un précédent billet sur la liberté d'expresion en ligne en Tunisie (en anglais), “pratiquement chaque site internet tunisien d'opposition et blog auto-hébergé a été victime d'un ou plusieurs incidents de piratage. S'il n'y a aucune preuve évidente que le régime tunisien soit derrière les tentatives de mettre à bas les sites internet des opposants, il existe une très forte présomption parmi les figures tunisiennes de l'opposition que le pouvoir mène des cyber-attaques, étant donné leur fréquence et la nature des sites et blogs visés.”

 

naw-hack-26-4-10.gif

 

Et sur une note différente, il semble qu'Opera Mini pour iPhone, lancé le 14 avril 2010, soit inaccessible en Tunisie. Cela est probablement dû à un bogue dans le navigateur d'Opera ou à un embargo de son proxy incorporé. Voici une capture d'écran prise de Tunisie.

 

opera-blocked.png

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site