Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Japon : est-ce mal de faire l'ascension du Mont Fuji les mains vides ?

“Si un arbre tombe dans une forêt, et que personne n'est là pour l'entendre, a-t-il produit un bruit ?” Le blogueur japonais Mojix sur le blog Zope, en réaction à un incident survenu sur le Mont Fuji, parle de la responsabilité individuelle et de la stigmatisation des comportements individualistes dans son billet “Est-ce mal de faire l'ascension du Mont Fuji les mains vides ?“.

Note: ce billet a  été traduit dans son intégralité avec l'autorisation du blogueur. Tous les liens ont été ajoutés par Tomomi Sasaki pour contextualiser.

Mount Fuji / 富士山(ふじさん)

Photo of Mount Fuji sur Flickr de TANAKA Juuyoh (田中十洋) sous licence Creative Commons

Extrait d'un article publié sur Yomiuri OnlineUn homme a tenté l'ascension du Mont Fuji les mains vides sur une impulsion et a demandé de l'aide“, publié le 3 juillet à 12:07 (note: l’article n'est plus en ligne)

2 juillet 21h45 – Un homme a appelé la police depuis le refuge numéro huit sur le Mont Fuji  [altitude: 3,250 mètres], en disant “Je fais l'ascension du Mont Fuji mais je n'ai pas apporté de lampe-torche. Il fait trop sombre pour voir le chemin et j'ai peur. S'il vous plait, aidez-moi.”.

Six sauveteurs de montagne du secteur de Fujinomiya, dans la préfecture de Shizuoka, ont effectué une sortie 23h30 et rejoint l'homme qui était redescendu entre temps au refuge numéro 6 [altitude: 2,490 mètres] tout seul. L'homme n”était pas blessé. Selon la caserne des sauveteurs, il s'agit d'un employé de salles de jeux de 22 ans, de Nakano Ward, à Tokyo. Il a commencé l'ascension du Mont Fuji depuis le cinquième refuge, sur le sentier Fujinomiya, vers 17h00. Après avoir atteint le neuvième refuge [altitude: 3,460 mètres], il a abandonné et commencé à redescendre avant d'appeler les secours avec son téléphone mobile, quand la nuit est tombée.

L'homme portait une chemise à manches longues, des jeans, et des baskets. Il avait les mains vides. Il n'avait emporté aucune nourriture ou équipement. La saison de l'ascension du Mont Fuji a démarré le 1er juillet mais la température au niveau du refuge numéro six est de deux degrés. L'homme n'avait aucune expérience de la montagne et s'est excusé, disant “J'ai commencé à monter sur un coup de tête”. Les sauveteurs ont déclaré: “Un faux pas et c'était une question de vie ou de mort. Nous souhaiterions que tout le monde vienne sérieusement préparé, même en été.”

Ce graphique permet de visualiser l'altitude de chaque refuge dans l'article “Un guide pour l'ascension du Mont Fuji et pour apprécier la nature” publié par l'Organisation nationale japonaise du tourisme.

Zope explique son point de vue à la lecture de cet article :

Pour un randonneur expérimenté, s'attaquer au Mont Fuji sans équipement est ridicule. Ils peuvent dire, “Ne sous-estimez pas les courses en montagne !”. Mais qu'il s'agisse du Mont Fuji ou du Pôle Sud, je pense que la décision doit fondamentalement être laissée à l'individu.

Je suis sûr qu'il y a plein de gens qui font l'ascension du Mont Fuji les mains dans les poches. On  en parle dans les journaux quand un incident de ce genre se produit mais beaucoup sont certainement redescendus sans problème. Peut-être même qu'ils reviennent en pensant, “Oh, cela a été beaucoup plus facile car je ne portais rien”.

Maintenant, le problème est quand une personne se perd ou manque perdre la vie. Alors, elle appelle les secours, ce qui suppose un coût pour la société en général. Même s'il n'y a pas de demande de secours et qu'ils périssent, on ne peut pas laisser un cadavre là haut dans les montagnes. Dans les deux cas,  la société règle la facture.

Le problème dont il est question ici n'est pas de faire l'ascension du Mont Fuji sans équipement. C'est quelque chose qui tourne autour de “ne pas être capable de prendre les pleines responsabilités de ses actions ” et “provoquer des problèmes pour la société” quand quelque chose arrive.

D'un autre côté, si une personne peut assumer toutes ses responsabilités et ne créer aucun problème, rien ne devrait être interdit, pas même l'entreprise la plus folle.

L'homme qui a appelé les secours a été à dessein décrit  comme “un employé de 22 ans d'une salle de pachinko [en français] de Nakano Ward”. La description de ce qu'il portait, avec la précision “Il n'avait emporté aucune nourriture ou équipement” laisse le lecteur avec l'impression que c'est un type insouciant, peut être même inconscient. Mais réfléchissez-y ! Les gens se perdent quand ils se perdent et mourront quand ils mourront…même de puissants dirigeants, même des bureaucrates de première classe, même avec un équipement complet. En fait, on pourrait même dire qu'un randonneur expérimenté est peut-être plus à risque, à cause d'une trop grande confiance en lui-même.

Ce genre d'articles, en fait, est une forme voilée de “communiqué des services publics”. Si d'autres personnes non équipées commencent à tenter l'ascension du Mont Fuji, les risques de problèmes augmentent aussi, et le coût des missions de sauvetage également. Alors, ils nous disent d'être équipés en conséquence pour faire l'ascension du Mont Fuji. C'est comme les cours d'éducation morale en primaire, mais là, c'est tout au long de l'année et en utilisant les médias de masse.

Une interdiction de tenter l'ascension du Mont Fuji sans équipement n'affecte pas vraiment notre liberté. Les conséquences sont plus lourdes quand il s'agit d'imposer l'arrêt de la fabrication de bonbons, d'interdire la vente de médicaments sur Internet, ou d'embaucher des travailleurs intérimaires, ou de licencier. La démarche du gouvernement est d'habitude de promouvoir des restrictions de plus en plus strictes sur ce genre de sujets. De fait, n'importe quelle information avec un angle  “avertissement d'utilité publique” sous-entend que “des désastres arrivent parce qu'il n'y a pas d'interdictions mises en place. Si nous établissons des règles, nous pouvons empêcher ces désastres d'arriver.” Les désavantages, coûts, ou l'injustice qui découlerait de telle ou telle interdiction ne sont pas abordés.

On ne peut pas nier que l'homme a été très imprudent, mais mentionner scrupuleusement qu'il s'agit  “d'un employé de salle de jeux âgé de  22 ans” donne l'impression d'avoir été rédigé très soigneusement, comme un message d'utilité publique. Si l'homme avait été un cadre ou un bureaucrate important, je doute fort que l'information serait arrivée jusqu'aux journaux.

Merci à Ziggy Okugawa pour son aide avec la traduction du japonais.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site