Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Hongrie : Campagne internationale de blackout

L'attention qu'a attirée sur la Hongrie sa nouvelle loi sur les média ne faiblit pas. Les défenseurs hongrois de la liberté d'expression s'efforcent aussi de maintenir un niveau audible de couverture internationale en communiquant sur Internet. Un mouvement appelé Blackout pour la Hongrie a démarré une campagne de 24 heures à partir du 5 janvier contre la nouvelle loi sur les média entrée en vigueur le jour de l'an. Ils déclaraient dans leur manifeste :

Le 21 décembre, le parti qui détient la majorité au parlement hongrois a voté en faveur d'une nouvelle loi sur les média qui est une compilation des lois les plus autoritaires et anti-démocratiques à travers l'Europe, avec des ajouts inquiétants.

Pour manifester notre préoccupation pour les droits fondamentaux et la liberté de parole, nous noircissons pour 24 heures les images de nos profils le 5 janvier.

Blackout pour la Hongrie a fait la promotion de son initiative sur Twitter sous le hashtag #blackout4hungary ainsi que sur un compte dédié.

Le site populaire de torrent The Pirate Bay a aussi montré son soutien à la liberté d'expression sur Internet en Hongrie en substituant à leur logo l'image de profil ‘noircie’. L’événement Facebook a fait apparaître plus de 2.000 adeptes de la campagne, dont beaucoup de non-Hongrois.

Christopher Kullenberg, qui prépare un doctorat à l'université de Goeteborg et est l’auteur de nombreuses études sur la résistance à l'ère d'Internet, a publié un billet sur son blog au sujet de la campagne Blackout pour la Hongrie (en anglais) :

[…] L'origine de cette action est une nouvelle loi draconienne sur les média, qui instaure une agence administrative spéciale traquant les articles “politiquement non équilibrés” ou ce qui va à l'encontre de la “morale commune”. L'agence infligera de lourdes amendes à quiconque ne se conformera pas aux critères des autorités, des amendes à payer immédiatement. Ceci est une catastrophe pour la couverture et les commentaires indépendants à petite échelle. En fait, cela démolit tout ce qu'Internet nous a apporté de bon. […]

La Hongrie détient la présidence de l'UE depuis le 1er janvier. Je crois qu'il est nécessaire de mettre fin à cette folie de censure. Pas seulement par solidarité avec nos amis hongrois, mais pour affirmer que nous ne pouvons tolérer nulle part un tel comportement. […]

Webisztán, d'ordinaire un simple blog dédié à l'internet et aux technologies, est aussi allé de sa réaction (en hongrois) à la nouvelle loi. Un article sur index.hu (en hongrois) a expliqué que même si le gouvernement hongrois a rejeté (en anglais) les critiques, “la portée de la loi n'englobe pas seulement les sites web d'information, mais aussi les sites à usage privé, mettant par là-même les blogs régulièrement mis à jour opérant dans un style proche de la presse – comme Mandiner ou Véleményvezér – en danger d'être soumis à la volonté de l'autorité.” András Koltay, un membre de la commission des média de l’Autorité nationale [hongroise] des média et des communications (en anglais), a indiqué à index.hu qu'on ne pouvait pas encore dire quels contenus devaient être enregistrés auprès de l'autorité. Le blogueur de Webisztán commente ainsi l'article :

[…] Cela me laisse sans mots. L'âge de la subjectivité et de l'autocratie illimitées est peut-être arrivé dans la production de contenus sous .hu. Ou peut-être pas. Mais la possibilité existera, à ce qu'il semble. Si Webisztán était classé blog admissible à l'enregistrement par la vénérée autorité, je lui couperais le sifflet. En tous cas sous .hu. […]

Le site web szalaiannamaria.net, qui porte le nom de la présidente emblématique de l'Autorité, Annamária Szalai, dirige vers celui de l'Autorité, mais quelques semaines auparavant, une image très injurieuse était la seule chose qu'on y trouvait, avec ces mots : “Gardez votre calme, les gars. Sur un serveur à l'étranger tout est possible.”

Dobray du blog Konzervatórium blog note (en hongrois):

[…] Le problème n'est pas la loi mais l'attitude du Fidesz envers les média : ‘on va leur montrer.’ Créer [l'Autortité], la remplir de représentants du Fidesz, la fixer à sa place, était vraiment un acte éhonté. […]

1 commentaire

  • Pingback: | JusticeAvenue

    […] initialement publié sur GlobalVoices […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site