Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Hong Kong : Comment stopper le tourisme des naissances venant de Chine ?

Un des conflits majeurs entre Hong Kong et la Chine vient du tourisme des naissances [anglais]. Selon les statistiques officielles, 95 337 bébés sont nés à Hong Kong en 2011 et presque 40 % des mères étaient des touristes provenant de la Chine Continentale venus accoucher dans la région.

Selon la loi fondamentale de la région administrative de Hong Kong [français], une sorte de constitution abrégée, les enfants nés de parents d’origine chinoise peuvent bénéficier du droit de résidence et de citoyenneté à part entière même si aucun des parents n’est résident local. Il en résulte un grand nombre de femmes enceintes de Chine continentale qui se rendent à Hong Kong dans le but d’accoucher et ainsi échapper à la politique de l’enfant unique [français] scellant ainsi l’avenir de leur descendance.

The profile picture of Facebook group “Say No to Mainland pregnant women giving birth in Hong Kong!”

La photo du profil du groupe Facebook « Dites non aux femmes enceintes continentales venant accoucher à Hong Kong ! »

Depuis 2009, le manque de place dans les services de maternité des hôpitaux privés a alerté les mères locales. Le mécontentement public a éclaté quand un journal local a déclaré que fin 2011, toutes les places dans les maternités étaient réservées jusqu’en octobre 2012. Réagissant à cette information, un groupe Facebook, « Dites non aux femmes enceintes continentales venant accoucher à Hong Kong ! » [cantonais] a vu le jour en juillet 2011 et a recruté plus de 112 000 membres en six mois.

Les mères locales mécontentes ont en outre accusé le flux de femmes enceintes chinoises continentales d’être responsable du déclin de la qualité dans les services de maternité à Hong Kong. Ci-dessous, l’expérience qu’une jeune mère dans une maternité a partagée sur Facebook [le lien de cette note largement diffusée n’est pas disponible, le profil de l’utilisateur n’étant pas public] :

1月中我係瑪麗開刀,在產前房看見有位普通話婦穿水入院,醫生問她國內做產檢等問題,她答了很多次不知道。我開刀那天,看到醫生的schedule,只是一個上午,她已有5個手術,怪不得公立好多資深醫生都離職。

產後房有很非本地孕婦,那三日兩夜的住院,我間大房有兩個普通話人對醫護呼呼喝喝,其中一個話有小孩在深圳要她照顧,想兒科醫生盡快簽出院紙,但醫護回覆兒科ICU好爆,醫生正忙。但佢繼續嘈,我忍唔住鬧佢不要再煩姑娘,之後姑娘幫我洗傷口時訴苦,說她們日日受雙非氣,天天講普通話如在大陸工作……又話我好彩早了一天開刀,因第二日又有高危雙非衝急症,要緊急做手術,令全部預約了手術的媽媽要改時間改期!

À la mi-janvier, j’ai accouché dans l’Hôpital Queen Mary. Dans la salle d’attente j’ai vu une mère parlant mandarin, elle avait perdu les eaux. Le docteur lui a posé des questions concernant son contrôle prénatal, elle répétait constamment « je ne sais pas ». Le jour de l’opération, j’ai vu l’agenda du médecin : cinq accouchements en une seule matinée ! Il ne faut pas s’étonner si des médecins âgés quittent les hôpitaux publics. Dans le service des soins postnatals, il y avait de nombreuses mères non locales. Je suis restée à l’hôpital trois jours et deux nuits. Deux femmes mandarines ont crié après le personnel médical. L’une d’elles affirmait avoir laissé un enfant à Shenzhen, et elle exigeait donc que le pédiatre la laisse partir. Le personnel lui a répondu que le service des soins intensifs natals était complet et que tous les docteurs étaient occupés. Mais elle insistait. Ne pouvant tolérer un tel comportement, je lui ai demandé de ne pas déranger le personnel. Ensuite, l’interne qui nettoyait ma blessure s’est plainte, me racontant qu’elle était sans cesse réprimandée par ces mères continentales. Ils parlent mandarin comme s’ils travaillaient en Chine continentale… elle a également ajouté que j’avais eu de la chance d’être opérée un jour plus tôt, car le jour suivant une femme enceinte sur le point d’accoucher avait fait irruption dans le service des urgences. Elle avait besoin d’être opérée immédiatement. L’hôpital a par conséquent dû ajourner toutes ses réservations !
The advertisement depicting the invasion of Hong Kong by a gigantic locust
La publicité dépeignant l'invasion de Hong Kong par une sauterelle géante

Pour répondre au mécontentement du public, le gouvernement hongkongais a finalement décidé de suspendre les réservations dans les maternités des hôpitaux publics faites par des femmes enceintes continentales. Cependant, beaucoup continuent à penser que le grand nombre d’enfants issus du tourisme des naissances de Chine continentale augmenterait la charge sociale de la ville.

Début février 2012, des internautes des forums Baby Kingdom et Golden Discussion [les deux liens sont en cantonais], ont conjointement publié une annonce publicitaire dans un journal populaire, décrivant l’invasion de Hong Kong par une gigantesque sauterelle, représentation métaphorique des intrus venant de la  Chine continentale.

Une avocate, Margaret Ng [anglais], qui est également législatrice et membre du Parti Civique, a remarqué qu’à l’origine de cette vague soudaine de touristes des naissances continentaux se trouve une relâche dans le contrôle frontalier de la part du gouvernement local, sous l’Accord de partenariat économique renforcé (CEPA) [anglais], un accord de libre échange entre Hong Kong et la Chine Continentale qui donne accès pour ce premier aux énormes marchés de biens et de services.

Ng a passé en revue l’histoire de l’immigration de la ville en relation avec sa politique de contrôle des frontières dans un séminaire [cantonais] :

香港是一個移民的社會,殖民地成立直至中共建國,中港兩地的人是可以自由往來,直至五十年代才出現分隔中港的政策,即便如此,港府也採取抵壘政策,讓抵達市區的內地人取得身份證,這政策直至七十年代末才取消。…
從兩地封關開始,出入境設有嚴格的關卡,互為分隔。而八十年代到內地娶妻生子的一群,其子女就受到影響,很難來港。當時兩地政府便就兩地的出入境限制協商,結果出現「配額」這種東西。在這個背景下訂立的《中英聯合聲明》,成為日後《基本法》的依據。…直至 2001 年,內地人要來香港仍然十分困難。但自從 2003 年七一後開放自由行,至去年全年共有一千四百萬內地人來港,僅有四萬雙非孕婦數量算少。

Hong Kong a été une société de migrants depuis le début de l’ère coloniale jusqu’à la mise en place de la République Populaire de Chine. Les individus pouvaient entrer et sortir librement de Hong Kong jusque dans les années 1950, lorsque le gouvernement colonial a adopté une politique stricte et émis des cartes d’identité à ceux qui avaient réussi à entrer dans le pays. Cette politique a été abrogée en 1970… La frontière était alors strictement surveillée. Pour les parents qui donnaient naissance à leurs enfants dans la Chine continentale dans les années 1980, ces derniers ne pouvaient pas entrer facilement à Hong Kong. Les deux gouvernements se sont par la suite mis d’accord sur un « système de quotas ». C’est dans ce contexte qu’a été signée la Déclaration commune sino-britannique et elle a inspiré l’ébauche de la Loi fondamentale… Jusqu’en 2001, il était encore très difficile pour les Chinois continentaux de voyager à Hong Kong. Mais à partir du 1er juillet 2003, la politique du visa individuel est entrée en vigueur et rien que l’année dernière, plus de 14 millions de Chinois continentaux ont visité Hong Kong. Si l’on compare ce chiffre aux 40 000 touristes de naissances, ce dernier nous semble bien petit.

Pour dénoncer cette situation, un utilisateur de Facebook – Edwin Chau [cantonais] – a fustigé le secteur médical privé qui tire avantage de la faille dans cette politique en vendant en plus de ses services de maternité un « pack de citoyenneté hongkongaise », car la majorité des touristes de naissances entrent dans la ville avec leurs propres réservations dans des hôpitaux privés :

因為實情是,那3萬多個,佔96%的雙非個案,全部都是有政府認可的預約。即是,他們都是經政府人口/商業政策許可之下入境的,In the name of 「發展醫療產業」。……簡單來說,販賣居港權,才是要堵塞的漏洞。

La réalité est que, sur les 30 000 futures mères chinoises continentales, 96 % ont déjà réservé leur lit dans une maternité, avec le soutien du gouvernement. Cela signifie qu’elles visitent Hong Kong légalement selon le cadre politique actuel. Au nom du « développement de l’industrie médicale »… en bref, ils vendent le droit de résidence. C’est cette faille que le gouvernement devrait combler.

Certains groupes sociaux et politiques ont décidé de plaider pour un amendement constitutionnel afin de résoudre ce problème. Cependant, un amendement de la Loi fondamentale devra être approuvé par au moins les deux tiers des membres du Conseil législatif et les deux tiers des députés hongkongais du Congrès national du peuple (NPC) avant d’être soumis au Comité de direction du Congrès national. Cela semble être une nouvelle mission impossible.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site