Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tadjikistan : la région du Haut-Badakhchan coupée du monde depuis le début des troubles

L'assassinat [en anglais] d'un général des services de renseignement dans la Région autonome du Haut-Badakhchan [en français] [ou Gorno-Badakhchan] le 21 juillet 2012 a provoqué des désordres et affrontements [en anglais] entre les troupes gouvernementales et les partisans du seigneur de guerre local [en anglais], accusé du meurtre par les autorités. Suite à ces affrontements, les habitants de cette région se sont retrouvés coupés du monde.

Depuis le 24 juillet, la région n'a plus [en anglais] de réseau téléphonique fixe et mobile ni d'accès à Internet. Les Tadjiks qui vivent dans d'autres régions ou à l'étranger n'ont pratiquement pas d'informations fiables sur ce qui se passe au Haut-Badakhchan. On manque aussi d'informations sur le nombre de victimes.

L'information en provenance de la région est contrôlée par le gouvernement du Tadjikistan, c'est pourquoi les chiffres sur le nombre de morts sont variables. De sources officielles, depuis le début des opérations spéciales dans la région, quarante personnes dont neuf soldats des forces intérieures ont été tuées. Les autres morts étant des rebelles, parmi lesquels huit Afghans. Pourtant, plusieurs agences d'information font état d'un nombre de victimes civiles supérieur à celui qu'ont communiqué ces sources officielles.

En réponse à la coupure du réseau, les émigrés originaires du Haut-Badakhchan ont créé des groupes sur Facebook pour publier des informations sur le conflit en provenance de diverses sources et exiger des opérateurs qu'ils rétablissent la liaison avec la capitale administrative, Khorog [en français].

Le groupe Facebook Stop the Military Action in Khorog [en anglais] donne des renseignements, officiels ou non, sur les événements dans le Haut-Badakhchan. On y échange des nouvelles et on y discute de la façon dont les médias couvrent le conflit. De nombreux internautes tadjiks ont remplacé la photo de leur profil par l'insigne “Stop the Killing” («Assez de morts !»). Les affrontements au Haut-Badakhchan ont été le thème le plus traité dans les groupes tadjiks du réseau social pendant la dernière semaine de juillet.

Les émigrés originaires du Haut-Badakhchan ont aussi organisé des manifestations dans plusieurs grandes villes à l'étranger – Moscou , Saint-Pétersbourg, Bishkek (Kirghizistan), [en russe] Alma-Ata (Kazakhstan), Londres et New York [en anglais]. Principale revendication des manifestants :  le rétablissement de toutes les télécommunications au Haut-Badakhchan.

Cette vidéo a été tournée le 26 juillet à Washington pendant une manifestation devant l'ambassade du Tadjikistan aux Etats-Unis. Elle a été postée par l'utilisateur sanjarmann le 27 juillet.

Une action similaire a eu lieu à New York. La vidéo a été postée par Pamir TV le 26 juillet.

http://youtu.be/SzQYnfxEnkQ

Les manifestants devant l'ambassade du Tadjikistan à Moscou ont enregistré une vidéo adressée au gouvernement tadjik. La vidéo a été postée sur YouTube par Pamir TV le 25 juillet.

http://youtu.be/2WNi-__C4sM

Un jeune manifestant devant l'ambassade du Tadjikistan
à Washington. Capture d'écran de la vidéo postée sur YouTube par l'utilisateur sanjarmann le 27 juillet 2012.

Pancarte portant les revendications des manifestants de New York.
Capture d'écran de la vidéo postée sur YouTube par Pamir TV le 26 juillet.

En outre, les habitants du Tadjikistan ont adressé une lettre ouverte [en russe] au directeur du service des télécoms au sein du gouvernement tadjik, où ils exigent le rétablissement complet du réseau fixe et mobile de la région, ainsi que de l'accès à Internet.

Un grand nombre de ces réclamations sont parvenues à la compagnie TCell, l'un des opérateurs les plus importants et les plus utilisés du Haut-Badakhchan. L'abonné Kesh Pallaev a ainsi demandé :

Bonjour. Pourquoi n'y a-t-il plus de liaison avec Khorog ? Comment faire pour joindre ma famille ? Si la liaison n'est pas rétablie d'ici une heure, quelques milliers de personnes et moi-même nous passerons de vos services.

Voici la réponse d'un employé de la compagnie TCell :

En effet, à ce jour la fourniture des services de télécoms et d'accès au réseau Internet en République autonome du Haut-Badakhchan est momentanément limitée pour raisons techniques. Nous regrettons le désagrément causé à nos abonnés, et nous espérons un rétablissement complet des communications dans les plus brefs délais.

Le commentaire de l'utilisateur Omil Ximerа :

‎Pour « raisons techniques » ????? Vous nous prenez pour qui ?

Aziza Imonnazarova a sa propre version des faits [en langue du Pamir] :

Dath companiyaen yedand aibdor nist. Khubath abor churt thed chidom kompaniyard khush idi vamand celiy viloyatand svyaz maved. Id fuk az tarafi vazorat idora sod.

Ce n'est pas la faute de la compagnie. Quel intérêt aurait l'opérateur à couper les communications dans toute la région ? Ils ont été obligés de le faire parce que le gouvernement l'a ordonné.

Les habitants du Tadjikistan ont adressé au gouvernement une pétition en ligne pour exiger le rétablissement du réseau. La pétition [en anglais] a été publiée sur le portail de l'association Change.org. Nous en reproduisons un extrait.

Nous venons demander son aide à la communauté internationale. Nous estimons que la situation exige l'intervention urgente de l'Organisation des nations unies, de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), de l'Union européenne et des gouvernements des démocraties de l'Ouest et de l'Est qui ont des missions diplomatiques au Tadjikistan, mais n'ont jusque-là pas pris de mesures. Nous estimons que les organes dirigeants du Tadjikistan agissent en violation des obligations de la République tadjike prévues par le Conseil de l'ONU, de la Déclaration universelle des droits de l'homme, du Pacte international relatif aux droits civils et politique de l'ONU et de ses autres dispositions dans le domaine des droits de l'homme, des obligations de l'OSCE dans le domaine des droits humains et de la Quatrième Convention de Genève, et réclament en conséquence un examen immédiat de l'ONU et du Conseil permanent de l'OSCE. Nous venons vous demander votre aide et vous appeler à faire pression sur le gouvernement de la République du Tadjikistan afin qu'il déclare un cessez-le-feu total et définitif et procède au rétablissement de tous les canaux de liaison.

1 commentaire

  • […] gouvernement, mouvement autonomiste, écrasement de minorité locale, les versions sont nombreuses (là ou là) par exemple. Le fait est que la région n’est pas sûre, surtout pour un voyageur à […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site