Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Taïwan est malade”, le message des étudiants contestataires au Ministre de l'Education

Le mois dernier l'agence de presse basée à Hong Kong Next Media Ltd. a annoncé sa décision de vendre ses activités de publication et de de télévision pour 4.64 milliards de dollars de Hong Kong (598,7 millions de dollars US) à un groupe d'entreprises taïwanaises dont 32% des actions à Want Want China Holdings considéré comme un géant des média controversé car son Président Tsai Eng-meng a beaucoup de relations d'affaires avec la Chine continentale et promeut une coopération très étroite entre les deux rives à travers ses chaînes de télévision, ses journaux et magazines avec leurs articles positifs sur les nouvelles concernant la Chine.

Prévoyant l’impact négatif de la transaction, les éditeurs et les journalistes de Groupe Taiwan Next Media ont manifesté pour l'indépendance éditoriale envers la future direction, tandis que les étudiants taïwanais se sont lancés dans une campagne anti-Want Want au cours des deux dernières semaines pour sensibiliser le public sur l'effet négatif du monopole dans les médias.

Manifestants tenant une conférence de presse devant le Yuan Exécutif le 27 Novembre 2012.  Photo de la Page Facebook : Je ne veux pas Want. Usage Non-Commercial.

Le 26 novembre 2012, les étudiants ont commencé à se rassembler devant le Yuan Executif, exigeant [en chinois] une législation anti-monopole pour les médias, appelant à un accord sur l'indépendance éditoriale au sein des médias et en opposition à l'accord entre le Groupe Next Media et Want Want China Times. Malgré le froid et la pluie, de nombreux étudiants ont passé la nuit sur place et le lendemain, les étudiants en compagnie d'un certain nombre de journalistes professionnels et de travailleurs des médias ont tenu une conférence de presse sur le site de protestation.

Plusieurs affrontements ont eu lieu entre la police et les étudiants car le président du Yuan Exécutif ne s'est pas présenté pour répondre à leurs demandes ; les étudiants militants ont alors décidé d'organiser un autre rassemblement le 29 Novembre 2012 en devant la Commission du Commerce Equitable. Pendant ce temps à l'étranger, des étudiants taïwanais ont exprimé leur soutien en téléchargeant des photos avec des slogans suivants [en chinois] :

Collage de photos de soutien des étudiants taïwanais en Europe. Photo de la Page Facebook : Affiche Taiwan EU. Usage Non Commercial.

反對媒體壟斷
拒絕中國黑手
捍衛新聞自由
我在___守護台灣

Contre le monopole dans les médias
A bas la main noire de la Chine
Défendons la liberté  de la presse
Protégeons Taiwan en_______

De retour au pays, les étudiants de la partie orientale et méridionale de Taiwan se sont rendus à Taipei pour rejoindre le mouvement du 29 novembre. Wang Weilong (黄玮隆) était l'un de ces étudiants et il a réalisé une vidéo pour enregistrer ses sentiments et son parcours :

Il s'est avéré que plus de 30 universités [en chinois] avaient des représentants des étudiants dans la manifestation et ils marchèrent ensemble du Yuan Exécutif au Yuan Législatif de manière à faire pression sur leurs représentants pour assurer la mise en place de la législation du droit anti-monopole des médias.

En réaction aux actions de protestation des étudiants, le chef du Bureau de l'Education de Taiwan a envoyé une lettre le 30 novembre 2012 demandant aux différentes bureaux des affaires étudiantes des universités de prêter attention à la santé de leurs étudiants et de dresser une liste des étudiants qui avaient participé à la protestation. La fuite du document a mis en fureur les étudiants qui ont publié une déclaration [en chinois] condamnant le souci hypocrite du Bureau de l'Education :

我們要再次呼籲政府勿破壞台灣民主自由的根基。在行政院前,我們面對警棍、盾牌與鎮暴警察;在公平會,我們面對層層拒馬與鐵絲網;回到校園裡,我們又必須被教官、校方關切。我們想告訴蔣偉寧部長:「報告部長,我們有理想,我們想捍衛台灣的言論自由與民主,我們很健康。但是教育部病了,企圖壓制學生運動;而這個國家也病了,她的自由根基正被掏空」。

Nous lançons un appel au gouvernement de ne plus saper les fondements de la démocratie et de la liberté à Taïwan. Nous avons été confrontés à des policiers anti-émeutes armés de matraques et de boucliers devant le Yuan Exécutif, à des barricades et filets en fer devant la Commission du Commerce Equitable. De retour au campus de l'université, nous devons être pris en charge par des fonctionnaires de l'université. Nous voulons dire au Directeur du Bureau de l'Education, Chiang Wei-Ling, “Chef, nous avons un rêve, nous voulons défendre la démocratie et la liberté de Taïwan. Nous sommes en très bonne santé mais le Bureau de l'Education est malade. Il veut réprimer le mouvement étudiant. Ce pays est malade, ses bases pour la liberté ont été érodées.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site