Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Technologie pour la Transparence : Votenaweb

Tous les liens mènent à des pages en anglais, sauf indication contraire.

L'article original a été écrit par Manuella Maia R. pour Technology for Transparency Network (Réseau Technologie pour la transparence), un projet de Global Voices.

Bref aperçu 

Compte de Twitter: @votenaweb_

Votenaweb permet aux citoyens de comparer leur vote sur les projets de loi au congrès avec le vote des hommes poltiques.

Langue: portugais
Date de début: 14 novembre 2009
Echelle du projet:
Destiné au:
Type d'outils:
Outils spécifiques: , ,
Lieu: Brésil

Contexte

 Vote na Web (Votez en ligne) est un outil qui a été développé par le site  WebCitizen et lancé en novembre 2009 par TEDx São Paulo. Grâce à l'utilisation d'une simple interface, les projets de lois se traduisent en un langage facile, dans un contexte défini et avec des conséquences claires. En plus de surveiller les registres de votes de comptes particuliers, les usagers peuvent aussi interagir avec la classe politique en votant symboliquement pour ou contre chaque loi. Le résultat de cette interaction se présente sous la forme de graphiques simples et faciles à comprendre. De plus, les usagers peuvent comparer les votes pour et contre avec ceux des politiques.

Vote na Web contient: 1) “Lois de la semaine” avec un résumé, le nom de l'homme politique qui a rédigé le projet de loi, et les statistiques sur les usagers et les votes politiques; 2) un lien vers le texte complet de la loi; 3) une liste des politiciens qui contient de l'information de base comme leur carrière, le nombre des projets de loi proposés au congrès, et leur registre de votes; 4) un espace pour les usagers où chacun peut examiner ses affinités avec des politiciens et d'autres usagers sur la base des registres de votes. Aussi, les usagers peuvent faire des commentaires, envoyer des courriels à leurs amis ou aux députés, partager de l'information au sujet d'un projet de loi sur Twitter et Facebook.

Priscila Marcenes, la coordonnatrice du projet, dit : ” Seules les personnes qui s'intéressent vraiment à la politique utilisent les données du gouvernement dans leur forme actuelle : peu attirante visuellement, avec un langage bureaucratique compliqué. Nous avons décidé de travailler cette information pour promouvoir un type de transparence qui rende ces données faciles d'accès à chaque citoyen sans exception.” L'obstacle principal à surmonter est la quantité de temps nécessaire pour traduire des projets de loi en un langage simple et compréhensible et le volume de la législation qui apparaît chaque semaine au Congrès du Brésil.

 

Questions-réponses

Quels sont les obstacles principaux au succès du projet ?

Faire que la société s'en approprie et le fasse grandir.

Quel est le problème que votre projet cherche à résoudre ?

Dans notre opinion, pour que les citoyens se rapprochent de la politique nous devons aborder les thèmes politiques en utilisant un langage visuel et d'écriture facile, qui soit amusant et instructif à la fois. Toutes les données que nous utilisons sont publiques. Mais nous nous rendons compte que seules les personnes qui ont des connaissances de la politique peuvent utiliser ces données dans leur forme actuelle, en un langage extrêmement bureaucratique et compliqué. Nous nous sommes engagés à travailler ces données pour qu'elles deviennent vraiment transparentes et faciles d'accès à chaque citoyen sans exception.

Quelles sont les racines du problème ?

L'usage de nouvelles technologies et de l'Internet pour faciliter la compréhension de l'information gouvernementale est encore nouvelle dans le monde. Et le gouvernement brésilien n'a pas de tradition de promouvoir l'Internet à l'avantage de ses citoyens.

Comment l'information publiée sur le site se transforme-t-elle en changements dans la vraie vie ?

Pour nous, l'existence d'un outil qui a 3.000 usagers et à peu près 56.000 mille votes est un vrai changement dans la société. Un changement de la mentalité de 3.000 personnes qui utilisent le Web pour approcher les décisions du gouvernement.

Stimuler des discussions entre les usagers sur l'applicabilité d'une loi c'est un changement: ceux qui savent plus, expliquent aux autres comment la loi fonctionne. Quand les usagers diffusent via les réseaux comme Twitter ce qu'ils ont appris, ils réalisent qu'ils peuvent faire quelque chose. C'est le début d'une transformation. Il y a un changement, mais nous ne pouvons pas mesurer ce que nous croyons qu'il arrivera, une connaissance politique plus large de l'importance de voter. C'est un point décisif qui devrait signifier beaucoup plus qu'un bulletin de vote. C'est via Votenaweb que nous voulons attirer attention des citoyens sur le fait que leur vote est là chaque jour. En plus, nous espérons que les politiciens aussi se souviennent de ce qu'ils représentent les citoyens dont les souhaits doivent prévaloir dans les actions du gouvernement. Avec Votenaweb, le politicien peut aussi suivre les intérêts des citoyens et par conséquent identifier leur vrais besoins.

 Combien de personnes travaillent sur le projet ?

5

Quelles sont les tâches qui prennent le plus de temps ?

La principale difficulté est la traduction des projets de loi en un langage simple et facile d'accès. Un autre problème est la grande quantité de projets de loi qui se présentent chaque semaine au Congrès.

Comment extraire la valeur d'une telle quantité de données ? Comment les rendre intéressantes ?

Eh bien, une grande quantité d'information est un grande mesure de la société. C'est la base de toute enquête au monde. C'est comme ça que nous avons appris que la majorité de la population était plus intéressée par la sécurité et la santé, que tel ou tel individu avait un frigo ou deux voitures dans le garage… Dans le cas de Votenaweb, l'information que nous recueillions est l'opinion des citoyens et des registres politiques. Une des formes que nous avons trouvé pour mettre en évidence le travail avec cette information sont les filtres et graphiques. Dans chaque projet, le lecteur peut voir quels sont les États où le plus de Brésiliens ont voté pour ou contre. Et aussi le nombre total des votes pour et contre.

Le nombre de votes montre aussi quels thèmes importent le plus et le moins aux citoyens. Les commentaires forment un espace supplémentaire pour la critique, ils gardent trace de ce que les gens pensaient en votant et leur opinion du projet. Chaque institution ou personne peut utiliser ses données comme elle veut.

L'implication civique part de la condition préalable que les personnes ont l'information et les connaissances pour exercer leur rôle civique. C'est le pilier principal et nous sommes en train de travailler dessus. Pour que les personnes participent, il est essentiel qu'elles se sentent inclues – et pas exclues des systèmes.

Comment est-ce que vous vérifiez l'identité des participants sur leur pages Web ?

Les gens s'enregistrent et cet enregistrement se confirme par courriel, tandis que les votes des gens s'écrivent dans le profil de usager.

Comment est-ce que vous attirez de nouveaux participants ?

Nous avons lancé le projet lors de la première réunion de TED au Brésil, TEDxSP, une activité à laquelle 800 penseurs de différents domaines de connaissance et expérience ont participé. Un grand début. Ensuite nous avons travaillé avec des médias sociaux où nous avons eu une grande visibilité au delà des médias traditionnels qui ont spontanément choisi de diffuser le projet. Aussi nous nous sommes associés aux réseaux par contact direct pour qu'il y ait plus de personnes qui nous représentent. Même des médias de masse comme El Noticiero de Globo et Veja.com nous ont sollicités pour parler du projet.

Est-ce des poursuites légales contre le site ont été entreprises ?

Il n'y a pas d'obstacles juridiques au projet.

Quelle est la méthode que vous utilisez pour mesurer le succès ?

Nous utilisons les mesures traditionnelles en ligne comme le nombre d'usagers enregistrés, l'augmentation de leur participation, l'espace social dans les médias traditionnels, parmi d'autres. Et nous avons aussi d'autres façons de le mesurer, moins objectives, comme les invitations constantes à des activités, qu'elles soient reliées à la politique ou à des initiatives numériques innovantes. Citons l'invitation à exposer l'initiative à l'Expo Showcase Gov 2.0, un événement très important dans le domaine, où nous serons les premiers participants du Brésil.

Quelles sont les compétences et expériences utiles à votre projet ?

Nous travaillons avec une équipe multidisciplinaire qui inclut des experts en droit, communication, contrôle de gestion, programmation et design. Ces personnes s'occupent de l'outil d'actualisation ainsi que de la surveillance et la relation avec les citoyens, usagers et politiciens ; elles surveillent le mouvement journalier des médias traditionnels et travaillent sur des thèmes pertinents pour les citoyens.

Comment planifiez-vous le financement de votre projet dans la durée ?

À l'heure actuelle, le projet est soutenu par Webcitizen. Nous utilisons ce que nous gagnons en faisant des développements pour d'autres clients pour financer notre création.

Quelles autres organisations travaillent avec vous ?

Nous ne travaillons pas avec d'autres organisations directement. Cependant, nous cherchons le dialogue et les intérêts communs avec beaucoup d'autres organisations, dont Cidade Democratica (Cité Démocratique) – un outil qui mobilise les citoyens pour changer la ville ; la Esfera (la Sphère) qui travaille avec des données ouvertes ; la Escola do futuro (l'École du futur) – un centre de recherche de la principale université du Brésil ; la Universidad de Sao Paolo (USP) qui travaille d'une façon très innovatrice sur le sujet des  courriels non sollicités (spam) ; le TEDxSP ; le HUB Sao Paolo – le centre de travail partagé et une pépinière de compagnies innovatrices qui stimulent des changements dans le monde.

Y a-t-il eu une communication entre le projet et les agents publics ?

Il n'y a aucun rapport systématique. Ce n'est pas dans nos habitudes de contacter des représentants du gouvernement. Cependant, ils s'adressent à nous pour résoudre des questions ou pour suggérer des projets à inclure.

Quels sont vos projets pour 2010 et 2011 ?

Nous voulons élargir la participation des usagers autant en quantité qu'en qualité. De cette manière, nous voulons devenir un exemple qui inspire des actions similaires. Nous voulons contribuer à l'exercice de la démocratie et de la transparence.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site