Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Myanmar : qui est à l'origine des émeutes de Meikhtila ?

[Sauf mention contraire, les liens renvoient vers des pages web en anglais.]

Pendant trois jours, les émeutes ont fait rage à Meikhtila, dans la région de Mandalay au Myanmar.

Les émeutes ont débuté le 20 mars 2013, après qu'un joaillier a tabassé deux vendeurs d'or suite à une dispute à propos d'une pièce d'or cassée. La foule s'est alors rassemblée pour défendre les vendeurs d'or et s'est mise à saccager la joaillerie.

La police a imposé un couvre-feu après qu'un groupe de personnes a mis le feu à des bâtiments et des motos dans le quartier. Comme des musulmans craignaient pour leur sécurité, ils ont demandé à quitter le centre ville. La police et des membres de l'Association des jeunes bouddhistes les ont accompagnés au stade de la ville.

Photo shared by Mg Byine Oo on Facebook.

Photo partagée par Mg Byine Oo sur Facebook.

Le problème a été âprement débattu par les internautes. Certains diffusent des propos haineux sur Facebook alors que d'autres se désolent de ces affrontements religieux.

L'Association des jeunes bouddhistes a posté une image sur laquelle on peut lire « Ne laissez pas les conflits religieux éclater par votre faute ! », accompagnée de l'explication suivante :

Ne faites pas place aux haines, aux conflits et aux émeutes religieuses/ethniques qui barrent la route à la démocratie. Nous considérons que les injustices, les conflits et les émeutes devraient se régler légalement, car c’est la seule manière d’en limiter les conséquences.

- L'association des jeunes bouddhistes (Myanmar)

Plus de 2000 personnes ont partagé cette page Facebook et mettent en garde ceux qui écrivent des propos haineux et dont l'identité reste pour la plupart du temps inconnue.

Tun Zaw Anyar Myay s’inquiète [my] de la possibilité de se faire entraîner dans un tourbillon interminable de violences :

Mes amis, nous sommes tous très tristes (d'entendre ces nouvelles). Si nous transmettons ces conflits aux prochaines générations, ce sera un cercle vicieux de violence sans fin.

Ye Htut, ministre adjoint à l'information, a publié [my] un article pour rappeler à tous l'importance de résoudre les problèmes démocratiquement :

Alors que nous faisons tous le maximum pour soigner les blessures d'une société très fragile, pourquoi font-ils tout pour mettre de l’huile sur le feu ?

Je voudrais que tout le monde comprenne que résoudre les problèmes par la force alors que l'on peut trouver une solution légale ne conduit pas à la démocratie.

D'autre part, certains se demandent si les émeutes n'ont pas une autre explication. Thanda Win remarque [my] que les violences qui éclatent dans le pays coïncident avec des déplacements des responsables politiques :

1) Dès que Tante Suu (Aung San Suu Kyi) ou le Président sont en déplacement à l'étranger, des émeutes éclatent au Myanmar.

2) Dès qu'un hôte important est en visite au Myanmar, des émeutes éclatent.

En effet, le directeur de Google, Eric Schmidt, était au Myanmar ce week-end.

Ye Min Htun compare [my] son expérience du soulèvement de 1988 avec la situation actuelle. Lui aussi rejette l'extrémisme:

Qui provoque les conflits ethniques et religieux ? Qui va être concerné si de tels conflits peuvent se développer. […] Je condamne quiconque soutient les extrémismes raciaux et religieux. L'extrémisme n'est pas la solution.

Mg Byine O, qui est originaire de Meikhtila, donne également son avis [my] sur les émeutes.

Toute la journée j'ai eu peur que le feu n'atteigne ma maison ou celle de mes amis […] Après deux semaines d'arrêt de travail des habitants de Meikhtila, les villages alentours qui dépendent de la ville vont eux aussi en souffrir. Je viens de parler à ma grand-mère au téléphone et elle m'a dit « Comment vais-je faire pour vendre ma récolte d'oignons ? Je suis très inquiète ». C'est désolant. […]

À Meikhtila, les gens et les religions se côtoient – hindouisme, islam, christianisme et même croyances traditionnelles. Tout le monde s'entend bien. Nous n'avons pas de problèmes. Il nous arrivé d'avoir des différends entre les religions mais jamais à ce point. Il y a beaucoup de commissariats de police, et quand on cause des problèmes on peut se retrouver en prison. […] Tout le monde le sait à Meikhtila. Tout le monde se mélange pacifiquement. Actuellement ce n’est pas un conflit religieux, mais [ils] en font un conflit religieux.[…] Je refuse d'entendre la déclaration d'un général qui dirait « Les militaires ont repris le pays pour mettre un frein à la détérioration des conditions de vie dans tout le pays ». Phew… […]

Le tweet de Ye Myat Min va dans le même sens :

@yemyat91 : Le cerveau qui se trouve derrière toute cette agitation politique n'a d'influence que sur les gens de peu d'esprit. Le sang et la colère sont leurs cartes maitresses #Myanmar

D'autres internautes critiquent aussi les extrémistes et les personnes qui diffusent de fausses informations et de fausses nouvelles. Moe Zay Nyein a même fait la liste [my] des pages Facebook qui diffusent de fausses nouvelles et des billets extrémistes qui utilisent les mots bouddhistes et musulmans. Eleven Media, une agence de presse locale bien connue, a relevé [my] qu'un article [my] de la page Facebook de la BBC qui mentionnait 10 personnes tuées (le 21 mars 2013) était inexact.

Le ministre de l'Information a fait paraître [my] un communiqué de presse (le 22 mars 2013 à 18 h 37 heure locale) faisant état de 11 morts et de 39 blessés.  Les émeutes ont détruit 152 maisons, 2 voitures, 1 bâtiment administratif, 1 moto, 2 trishaws à moteur et 13 bâtiments religieux. Pour rétablir l'ordre, le ministre a déclaré l'état d'urgence dans la ville.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site