Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Panama : la crise énergétique entraîne la fermeture des écoles

Le Panama fait face à une crise énergétique qui pourrait paralyser tout le pays. Cette crise est en partie due au retard du début de la saison des pluies.

Voici le début d'un article de Prensa Latina [es, espagnol] sur cette sécheresse :

Con un régimen pluvial privilegiado por su condición de istmo favorecido por los dos principales océanos del planeta, en Panamá históricamente llueve nueve meses del año y sus caudalosos ríos y abundantes lagos siempre están saturados.

Sin embargo, el cambio climático se está sintiendo en las cuencas de toda su geografía y pocas escapan a una escasez de lluvias pronunciada, mientras ecologistas y ambientalistas como Raisa Bansfield alertan que a ese fenómeno contribuye la acción del hombre.

Constitué d’isthmes et bordé par les deux principaux océans de la planète, le Panama bénéficie d’un régime pluvial privilégié ; historiquement, il y pleut neuf mois de l'année et ses grandes rivières et multiples lacs sont toujours pleins.

Cependant, le changement climatique se fait sentir dans tous les bassins versants du pays et peu échappent à un manque de pluie prolongé. De plus, les écologistes et environnementalistes, comme Raisa Bansfield, mettent en garde contre le comportement humain qui aggrave le phénomène.

Le gouvernement tente d'éviter les coupures de courant programmées qui pourraient causer des pertes allant jusqu'à 3,7 millions de dollars par heure, comme rapporte Prensa Latina [es] :

La Cámara de Comercio alertó que el sector podría perder 3,7 millones de dólares por cada hora de apagón si se llega a tomar esa medida como resultado de una baja en la generación eléctrica motivada por el descenso del nivel de las aguas en ríos y represas que abastecen a las hidroeléctricas.

La Chambre du Commerce a averti que le secteur pourrait perdre 3,7 millions de dollars pour chaque heure de coupure de courant si cette mesure est prise en conséquence de la baisse de production d'électricité due à la chute des niveaux d'eau des rivières et barrages qui approvisionnent les centrales hydroélectriques.

La sécheresse a affecté les principales centrales hydroélectriques du pays, ce qui a poussé les autorités à prendre des mesures drastiques comme d'éteindre les panneaux lumineux, de permettre à deux bateaux de traverser le canal en même temps ou encore de fermer les supermarchés à 22h00 ainsi que d'autres mesures.

Toutefois, la mesure qui a engendré le plus grand nombre de réactions est la fermeture des écoles publiques et privées pendant trois jours.

Meme que se ha compartido ampliamente en redes sociales.

Image largement partagée par le biais des réseaux sociaux.
“OK! Nous devons trouver des idées pour combattre cette crise énergétique !!!
- Fermons les écoles…
- … et les universités…
- … ou les galeries marchandes qui consomment beaucoup plus.”

Ivana Tejada (@IvanaTejada) [es], par exemple, pense que les autorités ont été incapables de prévenir cette crise et réagissent maintenant trop tard :

@IvanaTejada Incapaces de prevenir las cosas, esperan que el país esté en crisis para tomar medidas drásticas. A ellos les dimos el poder.

@IvanaTejada [es] : Incapables de prévenir les choses, ils attendent que le pays soit en crise pour prendre des mesures aussi drastiques. Voilà à qui nous avons donné le pouvoir.

Jorge Yau (@mopx) [es] pense que suspendre les classes c'est aller trop loin. Il affirme qu'il est possible d'étudier sans utiliser autant d'appareils électroniques :

@mopx: En mis tiempos lo único eléctrico en el salón era el abanico de techo, que usan los chiquillos ahora? iPad, Laptop, WIFI, silla masajeadora?

@mopx [es] : A mon époque, le seul appareil électrique dans la salle de classe était le ventilateur de plafond. Qu'est ce que les élèves utilisent aujourd'hui ? Des iPads, des ordinateurs portables, le WIFI, des chaises massantes ?

D'après Mery (@megirom) [es] le fait de suspendre les classes pour économiser l'énergie ne fait pas de sens puisque les élèves vont consommer de l'électricité à la maison.

@megirom: Claro, porque los estudiantes van a estar en sus casas leyendo bajo la luz de la guaricha. [*En Panamá se le llama guaricha a una fuente rustica de luz artificial, por lo genera un mechón con querosén.]

@megirom [es] : C'est certainement parce qu'à la maison, les étudiants vont lire à la lumière d'une guaricha [*au Panama, une guaricha est une source de lumière artificielle rustique, habituellement, une mèche et du kérosène].

Oliver (OliverCh17) [es] est d'accord et pense qu'un simple calcul montre que la suspension des classes va entraîner une consommation accrue d'énergie :

@OliverCh17: Matemática simple, 30 niños juntos en un aula de clases o 30 casas con niños consumiendo + energía. . . GENIOS!!!

@OliverCh17 [es] : Simple calcul : 30 enfants ensemble dans une salle de classe ou 30 maisons avec des enfants consommant plus d'énergie… COUP DE GENIE !!!

Selon Tito Herrera (@TitoHerrera) [es] la mesure va permettre au gouvernement d'économiser non seulement l'énergie mais aussi les explications :

@TitoHerrera: Ahorro de Energía según el gobierno: “Cerrando las escuelas también cerramos los cerebros, esto representa un ahorro en dar explicaciones”

@TitoHerrera [es] : L'économie d'énergie selon le gouvernement : « En fermant les écoles nous allons aussi fermer les esprits, ce qui veut dire, économiser les explications ».

Ce qui est certain, c'est que les mesures vont se multiplier et des coupures de courant ont été annoncées s'il ne pleut pas suffisamment dans les prochains jours. D'après La Prensa [es] :

Los cortes programados de energía se aplicarían durante los próximos días si no hay agua de lluvia para los embalses de las hidroeléctricas de Fortuna en Chiriquí y Bayano en Panamá.

Les coupures de courant programmées seront appliquées dans les prochains jours si les centrales hydroélectriques de Fortuna à Chiriquí et de Bayano à Panaman ne reçoivent pas d'eau de pluie.

Le matin du jeudi 9 mai 2013, des averses dans plusieurs parties du pays ont donné espoir aux Panaméens que la crise trouvera une solution naturelle sans qu'il y ait besoin de prendre des mesure plus extrêmes. TVN [es] explique :

Este jueves amaneció lloviendo en Arraiján y otras comunidades de Panamá Oeste, así como en Chilibre, Panamá Norte y la comarca Guna Yala, lo que llenó de esperanza a los panameños de que entre de lleno la estación lluviosa y se recuperen los embalses de las hidroeléctricas Fortuna y Bayano.

Jeudi, le jour a commencé par des averses à Arraiján et dans d'autres communes de l'ouest du Panama, ainsi qu'à Chilibre, dans le Nord du Panama et dans la région de Guna Yala, donnant espoir aux Panaméens que la saison des pluies serait sur le point de débuter et que les réservoirs des centrales hydroélectriques de Fortuna et de Bayano pourraient retrouver leur niveau habituel.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site