Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un suicide révèle la dure condition des enseignants en Chine rurale

[Sauf mention contraire, tous les liens sont en anglais]

« J’ai les preuves. Ça sera prouvé ! », Cheng Xinggui a-t-il crié peu avant de se jeter dans une rivière, sous une pluie torrentielle. Il s'est donné la mort le 17 juillet 2013 à l'âge de 58 ans en protestation contre le processus administratif qui l'empêchait d'obtenir son salaire, dans la province du Yunnan.

La décision de Cheng de mettre fin à ses jours a attiré l'attention sur la situation difficile dans laquelle se trouvent beaucoup d'enseignants en Chine rurale. De nombreux professeurs travaillent toute leur vie dans des écoles comme « enseignants suppléants », car les collectivités locales des régions pauvres ne disposent pas des ressources nécessaires pour embaucher des enseignants permanents. Les suppléants n'appartiennent à aucune DANWEI [fr] ou unité de travail, et ne bénéficient donc d'aucune protection sociale. De plus, leur revenu n'équivaut qu'à un cinquième [chinois] de celui des enseignants permanents.

Comme la plupart des suppléants enseignant dans des zones rurales n'ont pas de qualification professionnelle, le ministère de l'Éducation a proposé en 2006 de mettre en place la mesure Qing Tui (清退) dans le but de licencier 448 000 enseignants suppléants dans l'ensemble du pays afin d'améliorer la qualité de l'éducation en zone rurale. L'échéance des licenciements systématiques était fixée à 2010, mais les autorités en charge de l'éducation n'ont pas trouvé assez de professeurs qualifiés pour remplacer les suppléants et la mesure a fait l'objet de nombreuses critiques de la part du public.

Par exemple, la courte vidéo ci-dessous nous montre une enseignante suppléante qui enseignait depuis 20 ans dans une école primaire d'une zone rurale de la province du Sichuan. Elle a été licenciée une première fois il y a quelques années et cela était sur le point de se reproduire en 2010. Comme les suppléants n'ont pas de contrat les protégeant, elle est restée totalement passive pendant le processus de licenciement. Pendant toutes ces années, sa famille a vécu dans la pauvreté et son mari devait aller travailler au centre-ville pour subvenir à leurs besoins de base :

http://youtu.be/vepU2fb34Ac

Afin de répondre aux doléances, le ministère de l'Éducation a publié en 2011 un document qui exigeait des autorités locales qu'elles indemnisent les professeurs suppléants en fonction de leurs années de service. Comparé à d'autres qui ont été licenciés avant 2011, Cheng Xinggui aurait pu se considérer comme chanceux, car selon les termes du nouveau document, il avait droit à 21 165 yuans (2.550 euros) d’indemnisation pour ses 25,5 années de service, calculés sur la base de 830 yuans par mois.

Toutefois, ses fiches de salaire sur huit années ont disparu. Les autorités locales en charge de l'éducation ont jugé non-valables les autres preuves qu'il a présentées.

Se sentant humilié et ignoré, Cheng a sacrifié sa vie en signe de protestation. Un mois après son suicide, les autorités locales ont finalement reconnu ses 25 années d'expérience dans l'enseignement.

Sur Sina Weibo, la plateforme de microblogging la plus populaire de Chine, de nombreuses personnes ont fait part de leur tristesse face au suicide de Cheng et aux problèmes des suppléants qui enseignent en zone rurale.

@LFGL1205 se souvient de l'un de ses professeurs de primaire :

我的家乡广东省化州市合江镇沙垌岭小学也有一位代课老师叫刘付建英,是我幼时的老师,早几年退休了,只拿每月100多的退休金,现在年轻的代课老师都转正了,工资都有2000多,过年回家见到他,说起人事,感觉很凄凉,据说政府现在算他的工齡才几年,真的好无语,很理解这个程兴贵,太难接受这个落差了。

Je me souviens de Liufu Jianying, un de mes professeurs suppléants à l'école primaire Sha Tong Ling située dans la ville de Huazhou, dans la province du Guangdong. Il était mon professeur quand j'étais enfant. Il a pris sa retraite il y a quelques années et reçoit 100 yuans [environ 12 euros] par mois. De nos jours, la majorité des jeunes professeurs suppléants obtiennent leur qualification et gagnent 2 000 yuans [environ 240 euros] par mois. Dès que je reviens dans ma ville natale, nous parlons du passé et je peux sentir son chagrin. Il m’a dit que le gouvernement n'a retenu que quelques années d'enseignement pour calculer sa retraite. Je ne sais pas comment réagir [face à cette triste situation]. Je comprends parfaitement la réaction de Cheng Xinggui, accepter cette réalité injuste est trop difficile.

@melo pense que ce n'était pas l'argent qui posait problème à Cheng, mais le manque de reconnaissance :

也许钱并不是最重要的,一生就这样被抹去,才会有程兴贵用生命去证明。

Ce n'est peut-être pas l'argent qui posait problème [à Cheng]. La valeur de sa vie entière a été effacée [par les autorités], c'est pourquoi il s'est servi de sa vie pour prouver [sa valeur en tant que professeur].

« Eau ordinaire 3 477 375 174 » (@小微的力量白开水3477375174) a fait remarquer que la société a une dette envers les professeurs suppléants et que le gouvernement devrait s'en acquitter :

一个负责任的政府,应该努力解决他的欠帐,但我们丝毫看不到这种迹象。今天是代课教师、赤脚医生,明天又会是谁。呼吁国家彻底解决代课教师和赤脚医生的待遇和养老问题

Un gouvernement responsable devrait faire tout son possible pour payer ses dettes, mais nous ne voyons pas de tels efforts mis en œuvre. Aujourd'hui [les victimes] sont les suppléants et les médecins aux pieds nus [fr] [médecins non professionnels qui exercent dans des communautés rurales], qui seront [les victimes] de demain ? J'en appelle au pays pour enfin résoudre les problèmes auxquels font face les professeurs suppléants et les médecins aux pieds nus, [augmenter leur] salaire et [leur donner] une retraite décente.

Certains blogueurs se sont montrés critiques envers le ministère de l'Éducation et la politique de licenciement de tous les suppléants, autrement appelée « mesure Qing Tui » (清退).

Le blogueur « A-solider » a écrit sur son blog :

从这个意义讲,代课教师程兴贵的自杀,应该引发对拷问’清退’质量的全面拷问,来催发相关部门在对待代课教师问题上及时纠偏,弥合相关制度断裂,体现更多的公共关怀,让代课教师在离开讲台后,都能获得一种既体面优有尊严的人生。

Dans ce sens, le suicide de Cheng Xinggui devrait conduire à une introspection au sujet de la mesure Qing Tui afin d'aider le gouvernement à réparer le traitement injuste fait aux suppléants, de leur apporter une attention humaniste et d'assurer qu'ils puissent tous mener une vie correcte et digne lorsqu'ils quittent leur poste d'enseignant.

Le microblogueur @ntheatre a écrit :

尽管程兴贵自杀的背景涉及全国的数以十万计代课教师的补偿政策,但此前并无媒体报道。代课教师的利益诉求是什么,一刀切的政策是否恰当,也未能成为公共领域的话题.念及代课教师在特殊年代对乡村教育所付出的辛劳,以及他们受到损害的现状,这种忽视无疑是遗憾的.

Jusqu'à aujourd'hui, aucun des médias traditionnels n'a parlé des problèmes liés à la politique d'indemnisation des enseignants suppléants dans le pays. Jusqu'à maintenant, il n'y a pas eu de discussion au sein de la sphère publique au sujet des demandes des professeurs suppléants et de leur opinion sur les mesures de licenciement. Si l'on prend en considération leur contribution à l'éducation en zone rurale et leur exploitation sur le long terme, il est hautement regrettable que [leurs demandes et opinions] aient été négligées depuis le début.

[La photo de vignette est celle de Cheng Xinggui]

La première cause de suicide est la dépression non traitée. On peut soigner la dépression et on peut éviter les suicides. Les personnes suicidaires ou traversant une crise émotionnelle peuvent obtenir de l'aide de la part de lignes d'écoute confidentielles. Consultez Befrienders.org pour trouver le numéro la ligne de prévention du suicide dans votre pays.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site