Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Fukushima : 20 réflexions amères de personnes déplacées de Fukushima

Après le grand séisme de l'Est du Japon en 2011, le moine bouddhiste japonais Daiki Nakashita a visité [japonais, comme tous les liens suivants] la région sinistrée et offert un soutien moral aux victimes, dans le cadre de son oeuvre plus large de prévention du suicide au Japon. Récemment, le prêtre a écrit un billet sur son blog, dans lequel il cite les commentaires de 20 résidents touchés par la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Alors que le Rév. Daiki écrit avec humilité dans son billet, qui a récemment recueilli plus de 2.400 “aime” sur Facebook, que les commentaires ne reflètent qu'une fraction des deux millions d'habitants de la préfecture de Fukushima, le billet a été largement diffusé sur les médias sociaux. Plusieurs personnes citées dans le billet sont présentées comme vivant dans abris provisoires, logements temporaires qui ont été mis en place après la catastrophe.

Quand et comment ces citations ont été recueillies n'est pas clair, Global Voices ne peut ni identifier la source ni vérifier ces citations. Néanmoins, elles offrent un aperçu poignant de ce qu'est devenue la vie depuis l'accident nucléaire il y a plus de deux ans. 

福島市の仮設・80代の女性「除染なんて、私達が若いころ(戦時中)、強制的に竹やりを持たされて鬼畜米兵と言わされていたのと本質的には同じ。小手先だけの対応で、何の意味もないことは皆、分かっている。でもそれを声に出すと、非難される。同調圧力だよ」

Une femme octogénaire, d'un logement provisoire de la ville de Fukushima : “Décontamination ? C'est comme quand nous étions jeunes (pendant la guerre) et on nous faisait fabriquer des lances de bambou et qualifier les soldats américains de brutes. Tout le monde sait que c'est juste une réponse habile qui n'a aucun sens. Mais si vous en parlez vous serez critiqué. C'est la pression sociale.”

南相馬市60代男性「自宅一軒、竹中工務店に560万円で除染を依頼し、現場の下請けはピンハネされまくって、70万円で作業をする。末端の作業員は日当約8千円。除染が終了したら仕事がなくなるから、皆、いい加減な仕事しかしない。それで雇用が確保され、経済が回る。それが除染ビジネスの実態」

Un sexagénaire de la ville de Minamisoma : “Un devis pour la décontamination d'une maison par la firme Takenaka coûtera 5,6 millions de yens. Sur le lieu de la tragédie, le sous-traitant encaisse beaucoup de pots de vin et commissions occultes volées qui portent à 700 000 yens le montant pour faire le travail. C'est environ 8000 yens par jour pour les ouvriers. Comme les possibilités de travail finiront lorsque la décontamination sera terminée, tout le monde fait un travail bâclé. En faisant cela, ils ont un emploi à long terme, et l'économie tourne. C'est l'état réel du secteur d'activité de la décontamination”.

Google Earth Image of Japan and Korea. Fukushima's power plant is marked as 'A'.

Image Google Earth du Japon et de la Corée. Le site de la centrale nucléaire de Fukushima est identifié par ‘A’.

原発で30年働いてきた。でも今は被曝して働けない体。人は目の前の現実が辛いと、現実逃避するんだ。将来の事なんて、意図的に考えないようにしている。酒を飲んでカラオケを歌って気晴らしをするけど、いい年したオヤジが何やっているんだろう?と思って、情けなくなる」

Un autre homme d'une soixantaine d'années du campement provisoire d'Iwaki : “J'ai travaillé à la centrale nucléaire pendant 30 ans. Mon corps a été exposé à des radiations, maintenant je ne peux plus travailler. Les gens évitent de regarder l'amère réalité devant leurs yeux. Je me fais un point intentionnellement de ne pas penser à des choses comme l'avenir. Je bois de l'alcool, je chante en karaoké et je me détends. Mais quand je pense à ce que vont faire les jeunes, ça me rend malheureux. “

いわき市仮設60代男性「どうしたら原発が止められるかって?そんなこと簡単だ。もう一回どっかの原発が爆発して土地が汚染され、人が住めなくならないと原発を止めることは無理じゃないのか?アメリカ・財界・官僚が政治家に圧力をかけている構造も問題だがな」

Un autre homme dans la soixantaine aussi, toujours du campement municipal d'Iwaki : “Comment pouvons-nous cesser d'utiliser l'énergie nucléaire? Eh bien, c'est simple. S'il n'y a pas une autre explosion dans une autre usine quelque part, le sol n'est pas pollué et les gens n'ont pas à quitter leur foyer, alors il n'y a absolument aucun moyen pour cesser d'utiliser l'énergie nucléaire, n'est-ce pas ? Mais l'Amérique, le monde de la finance et les bureaucrates vont faire pression – pression sur les politiciens pour la construction d'autres centrales. Ce qui est également un problème. “

大熊出身・福島の仮設入っている70代Aさんが言う「冬に出稼ぎに行かずに、安定した暮らしを得る為、子供や孫と同じ場所でずっと暮らすために、俺たちは原発を受け入れた。豊かな暮らし、安定成長を求めて原発を受け入れた。そしてそこで俺はずっと働いてきた。それがこんな事になるなんて・・・・」

A-san, originaire de Okuma, installé à 70 ans dans le logement provisoire de Fukushima, a ceci à dire : “Pour ne pas aller travailler loin de chez nous en hiver, afin de nous faire un revenu stable, nous avons accepté de travailler à la centrale pour pouvoir rester avec nos enfants et petits-enfants tout le temps. Nous avons accepté la centrale dans l'espoir qu'elle aurait fourni une croissance stable et un bon niveau de vie. C'est comme ça que je suis venu travailler ici. Qu'une chose pareille se serait produite ici, c'était simplement …

いわき市仮設70代男性「被災者と言っても、状況は皆、違う。家族が死んだ・家族が生きている人、仕事を失った人・仕事がある人、家を流された人・家がある人、帰る場所がある人・帰る場所がない人、カネがある人・カネがない人・・。確かな事は、震災前からあった格差が今、露呈しているという事」

Un septuagénaire, du campement provisoire d'Iwaki : “Même si on les dit tous victimes, la situation est différente pour chacun. Il y a ceux dont les familles sont mortes et ceux dont les familles sont vivantes, ceux qui ont perdu leur emploi et ceux qui en ont un, ceux dont les maisons ont été emportées et ceux qui ont des maisons, ceux qui ont un endroit où revenir et ceux qui n'en ont plus, ceux qui ont de l'argent, et ceux qui n'en ont pas … ce qui est certain, c'est que les disparités qui existaient avant le tremblement de terre sont maintenant mises à nu.

南相馬市50代女性「私は最近、放射能より、人間の方が怖いと思う時がたくさんあります。ここ福島では、放射能の話をするだけで、圧力がかかる雰囲気が一部に蔓延しています。命がけで、放射能の問題を意図的に考えないようにしている人がいっぱいいる。一種の思考停止状態。それは自分を守るため?」

Une femme sur la cinquantaine, de la ville de Minamisoma : “Dernièrement, il y a eu de nombreuses fois où je suis venue à penser que les êtres humains sont plus effrayants que les radiations. Ici, à Fukushima, seulement en parlant de radiations, il y a une atmosphère sociale qui exerce une sorte de pression qui se propage. Il y a beaucoup de gens qui essaient désespérément de ne pas penser délibérément aux problèmes des radiations. C'est une sorte de condition dans laquelle l'esprit est vide de pensées. Le font-ils pour se protéger ? ” 

temporaryhousing

Photo d'habitat provisoire à Fukushima, sur Flickr par selena lynn, juillet 2013. (CC BY-NC-ND 2.0)

福島の仮設・70代男性「原発でずっと働いてきた。しかし、危険な仕事は下請けに回していた。山谷や釜ヶ崎のような寄せ場から労働者が連れてこられていることを、俺達は知っていながら、見て見ぬふりをしていた。事故が起こった今、改めて考えると、俺も東電と一緒で、加害者なのかもしれない」

Un homme sur les 70 ans, du campement provisoire de Fukushima: “J'ai travaillé à la centrale depuis le début. Toutefois, les travaux dangereux étaient sous-traités. Même si nous savions qu'ils engageaint des travailleurs journaliers des environs comme Sanya et Kamagasaki, nous fermions les yeux. Et maintenant, après l'accident, en repensant à ce sujet, la firme Tokyo Electric Power Co. et moi sommes probablement responsables”.

福島・中通り60代男性「ラジオを聞いてひっくり返ったよ。放射能に負けない子供になろう!って福島県教育委員会がラジオで呼びかけているんだもの。中通りの住民は、被害者という意識が薄い。だから教育委員会は、県外に避難した人を非難するんだ。もうマスクをしている人も、ほとんどいないよ」

Un homme dans la soixantaine, à Fukushima, Nakadori: “Nous avons entendu plusieurs fois à la radio: Soyez un fils qui ne sera pas vaincu par les radiations ! Le Conseil de l'éducation de Fukushima répète cela à la radio. C'est à cela que se limite la prise de conscience dont les gens de Nakadori sont victimes. C'est pour cette raison que le Conseil de l'éducation a critiqué l'évacuation de la préfecture. Les gens ne portent même plus des masques “.

南相馬市・20代女性「今まで原発の勉強とかしたことない。でも、東電の下請け会社で働いている旦那が被曝して、入院してから、やっと目が覚めた。311以降<誰かが何とかしてくれるだろう・安全だ>と、放射能を浴びまくっても他人事のように考えていた。無関心は身を滅ぼすことにやっと気がついた」

Une femme de 20 ans, de la ville de Minamisoma : “Jusqu'à présent, je ne m'étais pas vraiment intéressée à l'énergie nucléaire. Mais j'ai ouvert les yeux après que mon mari a été exposé aux radiations alors qu'il travaillait dans une entreprise de sous-traitance de la Tokyo Electric Power et a dû être hospitalisé. Depuis le 11 mars, je considérais même que baigner dans les radiations comme un problème de quelqu'un d'autre, en pensant: “Je suis sûre que quelqu'un va faire quelque chose. Je suis sûre que c'est ainsi. ” J'ai réalisé que c'est l'apathie qui a provoqué notre ruine “.

いわき市仮設・40代女性「仮設で中高年の男性の自殺が起きた。明日は我が身・・・。でも、生きていればいいことがあるなんて、口が裂けても子供達には言えない。明るい未来なんて、ここ福島では絶対にありえない。普通に生きて、当たり前に暮らせることが、こんなにも難しいことなんて思わなかった」

Une femme d'une quarantaine d'années, du campement provisoire d'Iwaki : “Un homme d'âge moyen s'est suicidé dans le logement provisoire. Demain, ce pourrait être le tour d'un d'entre nous … Mais je ne peux pas aller dire aux enfants que tant que vous êtes en vie, ce sera bien. Un avenir prometteur ici à Fukushima est inimaginable. Vivre une vie ordinaire, juste vivre, je ne m'attendais pas que ce serait si dur”.

南相馬市・20代女性「友達の女の子が中絶をしたという話を聞くたびに、私も子供はムリって思ってしまう。旦那や姑は子供が欲しいみたいだけど、もう福島では子供を育てられない。線量計で自宅周辺を図ると、ビックリするよ。子供を産んでも、どうせ外で遊ばせられないから、子供も可哀想だよね」

Une épouse, la vingtaine, de la ville de Minamisoma : “Chaque fois que j'entends parler de la façon dont une amie a eu un avortement, je pense qu'il ne serait pas raisonnable pour moi d'avoir des enfants aussi. Il semble que mon mari, ma belle-mère et mon beau-frère veulent des enfants, mais on ne peut plus jamais élever des enfants à Fukushima. Nous avons été vraiment surpris quand nous avons mesuré la zone autour de notre maison avec un dosimètre. Si nous avions eu des enfants, je me sentirais mal pour eux parce que nous ne pourrions plus les laisser jouer dehors. “

南相馬市・20代女性「原発事故以来、国・政治・東電は最悪と、ずっと他者を批判してきた。でも良く考えてみると、私は選挙に一度も行った事はないし、新聞も読まないし、テレビはお笑いだけしか見ないし。原発近くに住んでいながら原発の事なんて全く知ろうとも思わなかった。今思うと恥ずかしい」

Une autre fille de 20 ans, de la ville de Minamisoma, elle aussi : “Depuis l'accident nucléaire je critique les autres comme étant mauvais : le pays, le gouvernement, la Tokyo Electric Power Co. Mais quand je pense vraiment à ce sujet, je réalise que je n'n'ai participé une seule fois à une élection, je ne lis pas de journaux, et pour ce qui est de la télévision, je ne regarde que des comédies. Bien que vivant à côté de la centrale, je n'ai même pas essayé d'apprendre quelque chose sur de l'énergie nucléaire. Quand j'y pense maintenant, je suis gênée.”

(大熊出身)会津若松仮設住宅・60代男性「さあ考えてみて。仕事もカネも産業も何もないただの田舎町が、原発を誘致することによって、莫大な恩恵が手に入るんだよ。目の前にニンジンをぶら下げられて、それを断れる人がどれだけいると思う?カネで動かない人間もいると思うけど、全体の中の一握りだろ」

Un homme dans la soixantaine, originaire la ville d'Okuma, maintenant résident au campement provisoire d'Aizuwakamatsu : “Maintenant, je veux que vous y réfléchissiez. Cette cité rurale ordinaire, sans emploi, ni argent, ni industrie a été séduite par l'idée qu'une centrale nucléaire serait une grande bénédiction. Une carotte agitée devant les yeux de tout le monde ! Combien de personnes pensez-vous auraient refusé cette offre ? Bien sûr, je pense qu'il y a aussi des gens qui ne peuvent pas être influencés par l'argent, mais c'est probablement juste une petite partie de l'ensemble”.

福島の仮設住宅・50代男性「仙台に行った。全国から建築関係者が集まり、復興バブルのような状態になっている。儲かってしょうがないって飲み屋で言っている経営者のような人がいたけど、心ではそう思っていても、言葉に出してほしくないね。だって、ここ東北では相当な数の人間が死んでいるんだよ。」

Un homme dans la cinquantaine, du campement provisoire de Fukushima : “Je suis allé à Sendai. Du personnel du secteur de la construction de tous les coins du pays se sont rassemblés et c'est comme s'ils avaient formé une bulle de récupération. A un certain moment, dans un bar, un type qui ressemblait à un patron a dit : Il n'y a rien à faire, ça va être rentable. Même si vous le pensez dans vos têtes, personne ne voudrait que ça soit dit à haute voix. Après tout, tellement de gens ont perdu la vie.”

福島の仮設・50代男性「知人の男性が2名、ここ数カ月で自殺したよ。男は仕事や家族を失うと、本当に弱い。今まで名刺の肩書きだけで勝負してきたのに、311を機にゼロになってしまった。俺も今は無職。仮設の集会所でサロンとかをやっているけど、大の男が一人で参加できると思うか?」

Un homme dans la cinquantaine, du campement provisoire de Fukushima : “Deux hommes de ma connaissance se sont suicidés ici au cours des derniers mois. Les hommes sont vraiment vulnérables, une fois qu'ils perdent leurs familles et leurs emplois. Jusqu'à présent, ils se battaient uniquement pour être à la hauteur du titre qui était écrit sur leurs cartes de visite, mais après le 11 mars tout a été réduit à zéro. Je suis, moi aussi, au chômage en ce moment. Ils dirigent un salon et c'est comme une salle de réunion au campement provisoire. Mais je me demande, un homme adulte seul pourra-t-il y participer ? “

福島の仮設・20代女性「子どもがいるので被ばくについて勉強したいと思い、県内の講演会等に行くようにしている。しかし偉い先生の講演会は、「放射線量はほとんどゼロ」「内部被ばくなどない」「福島は大丈夫」ばかり。正確な情報が、手に入らない。それを声に出すと、さらに非難される」

Une mère, la vingtaine, au campement provisoire de Fukushima: “Comme j'ai des enfants, je pense que je devrais en savoir plus sur l'exposition aux radiations, donc je m'impose d'aller à des conférences dans la préfecture. Cependant, lors d'une conférence un professeur de renom, ce n'était que “Le niveau de radiations est proche de zéro”, “il n'y avait pas une telle exposition interne aux rayonnements” et à “Fukushima tout va parfaitement bien.” Je ne peux pas obtenir des informations précises. Si vous élevez la voix à ce sujet, vous n'attirez que des critiques.”

(大熊出身)会津の仮設・60代男性「もう覚悟はできている。瓦礫の処分場は、原発周辺の地域にするしかないだろ。だって、もう人が住めないんだから。除染なんかする金があるんだったら、原発周辺の土地を買い上げて、そこに瓦礫処分場を作ったらいい。地元住民は、誰も大熊に帰れると思っていないもの」

Un homme sur les 60 ans, de la ville d'Okuma, maintenant résident dans un logement provisoire : “Je me suis résigné. Pour la décharge, elle sera dans la zone autour de la centrale. La raison c'est pour que des gens n'aillent plus y vivre. S'ils ont de l'argent pour la décontamination, il serait préférable qu'ils achètent le terrain entourant la centrale pour y créer un site de décharge d'ordures. Pour les habitants de cette région, personne ne songe à retourner à Okuma”.

南相馬市・50代男性「東電や国のやり方は最低だ。人を人とも思っていない。でも、俺も今までずっと東電にぶら下がり、国に依存して生きてきた。一番悪いのは、俺の主体性のない生き方だ。思考停止に陥り、今さえ良ければいい、自分さえ儲かればそれでいいと、臭いものには蓋をしてずっと生きてきた」

Une femme sur la cinquantaine, de la ville de Minamisoma : “Les méthodes de ce pays et de la Tokyo Electric Power Co. sont épouvantables. Ils ne considèrent pas les gens comme des humains. Mais moi aussi, jusqu'à présent, je dépendais de la Tokyo Electric Power Co. et j'ai vécu en ayant confiance dans le pays. Le plus grand mal c'est mon mode de vie dépendant. Je suis tombée dans une sorte de stupeur. Si les choses vont bien pour le moment, alors c'est ok. Tant que je gagne ma vie, ça va aller. J'ai mis un couvercle sur mes soupçons, et vécu ma vie. “

福島の仮設・70代男性「若い世代にとっては、福島から逃げるのが一番の選択肢じゃないか?未来のある若者には、是非逃げてほしい。しかし、俺達のような年寄りは、今更逃げてもねぇ。生まれ育った故郷で死ぬまで暮らしたい。でも、それは自分で決めたこと。どうなっても覚悟を決めているよ」

Un homme sur les 70 ans, au campement provisoire de Fukushima : “Pour la jeune génération, ce n'est pas mieux pour eux de fuir Fukushima ? Je veux que les jeunes, ceux qui ont un avenir, fuient cet endroit.Toutefois, pour les plus vieux comme nous, il n'y a pas de raison de fuir à ce stade. Je veux vivre dans la ville où je suis né et dans laquelle j'ai grandi jusqu'à ce que je meure. Mais, c'est quelque chose que j'ai décidé, moi. Peu importe ce qui se passe, j'ai pris ma décision. “

Taylor Cazella a collaboré en traduisant les citations en anglais.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site