Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Fusillade dans une école de Moscou : témoignages directs et légendes photo erronées

PioneerBarrels

La tragédie s'est déroulée lundi 3 février dans une école moscovite : un élève au profil de premier de la classe est arrivé avec deux fusils de chasse et a abattu son professeur de géographie, blessant au passage deux policiers qui tentaient de le neutraliser – l'un d'eux est décédé depuis. Comme souvent à notre époque moderne, plusieurs témoins des événements les ont relatés sur Internet.

Une fillette qui fréquente cette école a raconté ce qui s'est passé dans un billet [russe] publié sur le réseau social VKontaktié [équivalent de Facebook] :

Сегодня в моей школе было вооруженное нападение, у[с]троенное одним из учеников 10 класса. Убит учитель географии – Кирилов Андрей Николаевич (светлая память !!) […] У Андрея Николаевича 5-ти летний сын. Мне бы безумно хотелось, что бы эта ПАДЛА оказался на месте сына учителя. Имя террориста – Гордеев Сергей. Предположительная причина – 4 в четверти по географии. Парень шел на золотую медаль. Теперь парень пойдет в тюрьму.

Aujourd'hui dans mon école il y a eu une attaque à main armée, menée par un des élèves de terminale. Le professeur de géographie – Andreï Nikolaiévitch Kirilov – a été tué (paix à son âme !!), […]  il avait un petit garçon de 5 ans. Comme je voudrais que ce SALAUD vive ça à sa place ! Nom du terroriste : Sergueï Gordéiév. Mobile supposé : un 4 en géographie [les élèves russes sont notés sur 5]. Le mec était promis à une médaille d'or [qui récompense les meilleurs éléments]. Aujourd'hui, le même mec va faire de la prison.

Une autre fillette, apparemment élève de l'école voisine a posté sur Instagram un selfie (supprimé depuis) d'élèves grimaçant devant l'objectif avec le commentaire : “F…ck”. Plus tard dans la journée a été  mis en ligne [russe] le récit d'un des camarades de classe du tireur, qui a pris pour pseudo sur Facebook le nom de l'ex-gourou du Kremlin Gleb Pavlovski. Il donne anonymement des détails sanglants sur le meurtre :

Вдруг кто-то стучиться в дверь.[…] Появляется лицо Гордеева. […] Андрей Николаевич не успел ничего сказать, как Серёга стрельнул ему в лицо. Андрей Николаевич сделал пару оборотов, сбил у художника с парты вещи и упал на пол, хлестая кровью. […] Серёга говорит:”А теперь вопрос на оценку, почему он ещё не сдох? Я же его убил” Потом говорит:”всем два балла” и стреляет ещё пару раз в Андрея Николаевича.

Soudain, on frappe à la porte.[…] Le visage de Gordéiév apparaît. Andreï Nikolaiévitch [Kirilov] n'a pas eu le temps de dire ouf que déjà Sergueï l'a fusillé en pleine tête. Andreï Nikolaiévitch a fait deux tours sur lui-même, heurtant le bureau, et s'est écroulé au sol dans une mare de sang. […] Sergueï : “Et maintenant une question à 10 points : pourquoi il n'est pas encore crevé ? Pourtant je viens de le tuer”. Il ajoute : “Ça arrive à tout le monde d'avoir une mauvaise note” et tire encore plusieurs coups de feu sur Andreï Nikolaiévitch.

Selon cet élève, Gordéiev prend la classe en otage et commence à raconter sa vie et sa foi en Dieu. Quand il a eu sa mère au téléphone, il lui a dit qu'il était “psychopathe” et qu'il voulait mourir. Puis arrive le père de Gordéiev qui réussit, après pourparlers, à désarmer son fils et à libérer les élèves.

Le député trublion Vitali Milonov en mème : “Le tireur était un premier de la classe en terminale – Interdisons la terminale et les premiers de la classe.” Image anonyme trouvée sur Internet.

Ainsi qu'on l'a appris par la suite, le père de Gordéiev est officier des services de sécurité russes [le FSB], ce qui a fait bondir les internautes de l'opposition. Alexeï Navalny écrit [russe], que ceci explique sans doute que le policier de service n'ait pas exigé de voir son permis de détention d'armes ni vérifié qu'il gardait celles-ci en lien sûr. D’autres blogueurs appellent [russe] le tireur “fils de FSBiste” ou encore “fils de tchékiste”, et font mine [russe] de se demander si le parlement va désormais interdire  la possession d'armes personnelles aux employés des services de sécurité. Parallèlement, la majorité des internautes se demandent [russe] pourquoi personne ne parle de la négligence de son père concernant ses armes ni de ses liens avec les organes du FSB. Sultan Suleimanov, du Tjournal [un agrégateur de tweets], ose ce tweet [russe] sarcastique :

Ouf, on a de la chance que l'élève soit un fils d'agent du FSB. Sinon on n'aurait pas su pourquoi le détester: il n'est ni émigré, ni de droite, ni gay.

Le hasard d'une identification erronée a pour un temps dirigé toute la vindicte sur un autre Sergueï Gordéiev. Le journaliste, blogueur et troll notoire Maxime Kolonenko (alias “Parker”) a trouvé sur VKontaktié une photo  de Sergueï Gordéev et l'a postée sur Facebook et Twitter en la qualifiant de “préliminaire”. D'autres utilisateurs de Twitter et des principaux médias russes ont repris le cliché sans vérifications et s'en sont servi pour illustrer leurs articles (enfreignant vraisemblablement la loi, car le visage visible sur cette photo est celui d'un mineur). Ensuite, le Sergueï Gordéiev en question a mis en ligne une photo de lui tenant un journal avec le visage de l'élève meurtrier à la une, prouvant ainsi qu'il ne s'agissait pas de lui. Avec ces mots [russe] :

Ребят, вы извините дурачки 1) Я Сергей Гордеев это правда!!!!!! 2)Я не стрелял не кого (просто ошиблись, тоесть ТВ врет) 3)Если это был я я бы сейчас не фотался с газеткой!!!(Кстати сегодня был в “Комсомолькой правде” Там все при**ели когда меня увидели…….)

Les mecs, vous m'excuserez, mais vous êtes cons 1) Je suis bien Sergueï Gordéiev !!!!!! 2) Je n'ai tiré sur personne (c'est une erreur, comme quoi la télé ment) 3) Si c'était moi je ne me serais pas pris en photo avec ce journal !!! (D'ailleurs je suis passé à la “Kosnomolskaïa Pravda” aujourd'hui. Ils étaient morts de trouille quand ils m'ont vu…)

Kononenko s'est excusé pour son erreur, soulignant tout de même que ce n'était pas lui qui avait repris cette photo dans les médias.

"

“Ce sont les jeux vidéo qui m'ont rendu violent” dit Staline. Image vidéo trouvée sur Internet.

Pendant ce temps, les députés de la Douma, à qui il fallait un coupable, ont accusé [russe] les armes à feu, les films violents, les jeux vidéo et l'influence américaine.  A quoi le blogueur et journaliste Ivan Davydov a répondu ceci:

Les députés pensent petit. Pour empêcher les armes dans les écoles, ce ne sont pas les armes qu'il faut interdire, mais les écoles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site