Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Koweit, vitrine de la démocratie dans le Golfe, prive les opposants de leur citoyenneté

[Liens en anglais et arabe] Le cabinet koweitien a révoqué le 21 juillet la citoyenneté koweitienne de deux de ses membres proches de l'opposition et de leurs familles. Un fait nouveau qui tire la sonnette d'alarme dans toute la région, puisque le Koweit fait généralement figure d'Etat le plus démocratique du Golfe arabique.

La décision fait suite à la menace du palais la semaine dernière qu'il prendra toutes les mesures nécessaires contre ceux qui seraient suspectés de vouloir “déstabiliser” le pays après les manifestations du mois dernier réclamant la remise en liberté de l'opposant et ancien député à l'Assemblée Nationale Musallam Albarrak. Celui-ci a entre temps été libéré sous caution.

La saga débute il y a quelques mois, avec le discours d'une heure d'Albarak à un rassemblement, dans lequel il lançait des allégations de fraude électorale, de tentative de coup d'Etat et corruption du pouvoir conduisant à une gabegie de milliards de dollars d'argent public. Les documents à l'appui de ses dires avaient fuité dans ce qui a été appelé le “Koweitgate”. Parmi les documents se trouvaient des pièces relatives à des virements en faveur de plusieurs juges, ce qui a valu à Albarrak un procès pour outrage à magistrats.

Le 2 juillet, @BarlamanNews, un compte Twitter d'informations sur le Koweit, tweetait à ses 17.300 abonnés cette nouvelle de dernière heure :

Le procureur ordonne l'arrestation de Musallam Albarrak dans la plainte déposée contre lui par le président du Conseil Supérieur de la Magistrature

Marquant le point de départ au Koweit d'une série de manifestations et confrontations suivies de près et documentées sur les médias sociaux, en particulier Twitter.

POMED (Projet sur la Démocratie au Moyen-Orient) a publié une déclaration et tweeté :

Koweit : plus de 2.000 personnes défilent pour protester contre l'arrestation du leader de l'opposition du Koweit

Albarrak a été remis en liberté sous caution à la suite de ce mouvement de protestation mais de nombreux manifestants ont été appréhendés.

Musalam Albarrak porté en triomphe par ses partisans au rond-point Alkaramah après sa libération sous caution cet après-midi

Le pouvoir a fait savoir la semaine dernière qu'il frapperait “d'une main de fer” pour défendre le “prestige” de l'Etat, et a chargé le Ministre de l'Intérieur de prendre toutes les mesures nécessaires pour appliquer les consignes royales. (Détails dans cet article du journal AlRai en arabe)

Parmi ceux désignés dans la décision de retrait de leur nationalité se trouve l'ancien député d'opposition Abdullah al-Barghash avec trois membres de sa famille.

Le gouvernement a aussi révoqué la nationalité d'Ahmad al-Shemmeri, le propriétaire de la télévision Al-Youm et du journal Alam Al-Yawm, tous deux indépendants. Son journal a reçu à deux reprises cette année une injonction judiciaire de fermeture temporaire pour avoir désobéi à un ordre du procureur de caviardage d'une enquête sur les assertions de coup d'Etat avorté évoqué par Albarak dans une de ses allocutions. Le retrait de sa nationalité sera certainement suivi de l'ordre de fermeture de sa chaîne de télévision et de son journal.

L'inquiétude s'est propagée dans tout le Golfe. Le journaliste bahreini Faisal Hayyat a tweeté :

Pourquoi révoquer la nationalité ? Sous quelles lois tout dissident devra répondre [de ses actes] ? Révoquer la nationalité est du terrorisme et du chantage. C'est une marque d'impuissance

L'ancien journaliste saoudien devenu universitaire Omar Ualymany a tweeté :

L'affaire du retrait de nationalité au Koweit provoque des réactions et menace la structure de la communauté koweitienne

L'utilisateur de Twitter abo3asam, suivi par plus de 113.000 abonnés, note :

Ils anticipent vos réactions si donc aujourd'hui ils vous effraient en vous retirant la nationalité et que vous restez silencieux, demain ils vous ôteront des droits plus grands que la citoyenneté

Le Koweit est un riche pays pétrolier, où le revenu par tête est l'un des plus élevés du monde. Il est considéré comme l'Etat le plus développé politiquement du Golfe. D'où l'importance de ces développements qui inquiètent sérieusement : comme l'écrit sur Twitter le blogueur Ahmed Alomran à ses 85.500 abonnés :

Le Koweit éclaire une nouvelle réalité : les citoyens arabes exigeant leurs droits au simple motif qu'ils en sont titulaires 

1 commentaire

  • […] La décision koweitienne de retirer leur nationalité à des opposants et à leurs famille a envoyé une onde de choc à travers le Golfe. Explications. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site