Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La tragédie des Yézidis, menacés de mort par l'avancée de l'Etat Islamique dans le nord de l'Irak

Militant hoisting the Islamic State flag, replacing the Kurdish flag

Un militant hisse le drapeau de l'Etat Islamique pour remplacer le drapeau kurde, tweet d'un compte soupçonné d'être lié à l'Etat Islamique @nynwa_news.

[Tous les liens dirigent vers des pages en anglais]

Selon les autorités onusiennes, les milliers de Yézidis qui étaient bloqués dans les montagnes du nord de l'Irak ont été secourus. Depuis le 3 août, des dizaines de milliers de Yézidis, hommes, femmes et enfants sont bloqués là sous une chaleur caniculaire. Au moins 40 enfants sont morts et 25.000 autres risquent de mourir de faim.

Les Yézidis sont une minorité ethnique religieuse qui a dû fuir la ville ancienne de Sinjar, proche de la région autonome du Kurdistan et de la frontière Irak-Syrie, après que les combattants de l'Etat Islamique (E.I. ou E.I.I.L.) ont pris la localité aux combattants kurdes dimanche.

Les Yézidis, comme les autres minorités en Irak, sont la cible d'exactions et d'exécutions de la part des militants de l'Etat Islamique. La foi des Yézidis, d'origine kurde, se rapproche par certains côtés du zoroastrisme. Certains irakiens qualifient les Yézidis d’ “adorateurs du diable” car leur religion s'appuie sur un récit de l'ange déchu, qui ressemble au Satan dans les religions abrahamiques.

Les militants extrémistes sunnites de l'Etat Islamique ont pris le contrôle des villes de l'ouest et maintenant du nord de l'Irak, et se sont emparés d’un quart du territoire irakien au cours des derniers mois, obligeant la majorité chiite du pays et la minorité de chrétiens et de yézidis à fuir ou ouêtre exécutés.

La guerre de l'Etat Islamique contre les “infidèles”

Tous les Yézidis, hommes et femmes, n'ont pas pu quitter Sinjar. Des sites d'information kurdes avancent le nombre de 100 à 2.000 tués. Le site kurde Rudaw a interrogé des réfugiés qui ont dénombré 300 tués. Ils parlent aussi de 500 femmes et jeunes filles transportées à Mossoul pour être “vendues”.

Ce n'est pas la première tentative de nettoyage ethnique par l'Etat Islamique dans une région où les gens sont considérés comme ‘indignes’ et ‘infidèles’. Les militants de l'Etat Islamique ont fait la même chose avec les chrétiens Assyriens de Mossoul, la deuxième ville du pays, dont il ont pris le contrôle le10 juin, et avec les Turkmènes chiites de Guba et Shireekhan, qu'ils contrôlent depuis le 23 juin. Certains chrétiens Assyriens et Turkmènes chiites avaient fui pour se réfugier auprès des Yézidis de Sinjar.

Le procédé semble être le même : l'Etat Islamique demande aux populations civiles, soit d'évacuer la zone, soit de se convertir à l'islam, faute de quoi elles seront exécutées. Le bombardement de lieux saints importants pour les chiites, les sunnites, les chrétiens, les juifs et/ou les yézidis  est aussi très courant.

Sur le site kurde Rudaw, Ayub Nuri écrit:

Sinjar est occupé par un mouvement qui n'a rien à faire ici. Espèrent-ils convertir la population à l'Islam ? Ont-ils l'intention de s'installer définitivement ? C'est impossible. Les Yézidis sont attachés à leurs croyances depuis 4.000 ans. Ils ont résisté, défié et survécu aux premières conquêtes islamiques et à des centaines d'années de persécution et d'humiliation de la part de leurs voisins. Ils ne vont pas abandonner maintenant. Comme les habitants de Léningrad pendant la seconde guerre mondiale, ils préfèreraient résister non pas cinq jours mais cinq ans plutôt que descendre des montagnes et se soumettre à la volonté d'un groupe radical qui commet des massacres partout où il passe.

[…] Les habitants de Léningrad ont résisté à un siège de près de trois ans par les forces armées hitlériennes avant de voir la défaite de leur ennemi. Les kurdes yézidis verront eux aussi leurs ennemis s'enfuir et pourront un jour ou l'autre reconstruire leurs maisons et leurs lieux saints. Mais pourquoi rester assis sans rien faire ? Les jeunes gens de tout le Kurdistan ont pris les armes et se battent maintenant pour Sinjar. Le monde entier devrait faire de même.

L'Etat Islamique (EI), aussi connu sous le nom d'Etat Islamique d'Irak et du Levant (EIIL) était Al-Qaïda en Irak. Mais l'Etat Islamique et Al-Qaïda se sont séparés officiellement en février 2014, quand l'Etat Islamique a refusé d'obéir plusieurs fois à des ordres de tuer des civils en Syrie. Depuis le 10 juin, l'Etat Islamique contrôle cinq puits de pétrole en Irak. Certains experts estiment que l'Etat Islamique pourrait dépasser Al-Qaïda et devenir le groupe extrémiste le plus influent au monde. Le groupe contrôle actuellement un tiers de la Syrie et un quart de l'Irak, soit l'équivalent de la superficie de la Grande Bretagne. 

Les forces armées kurdes aux prises avec l'Etat Islamique

La prise de Sinjar a été la première défaite importante des forces armées kurdes, qui défendent le nord de l'Irak des avancées de l'Etat Islamique.

A l'heure où nous écrivons, les forces armées kurdes prévoient une contre-attaque. Le Premier Ministre irakien Nouri al-Maliki a ordonné aux forces armées aériennes de soutenir les forces armées kurdes. Jusqu'à maintenant Maliki était en désaccord avec les forces armées kurdes du Kurdistan autonome en Irak sur la lutte contre l'Etat Islamique. Après la prise de Mossoul par l'Etat Islamique, les forces armées kurdes ont pris le contrôle de Kirkouk, la ville voisine et centre pétrolier stratégique, ce qui contrarie M.Maliki.

Le 6 août, dans une déclaration publiée sur un site que l'on pense appartenir à l'Etat Islamique, le mouvement revendique la prise d'un barrage stratégique dans le nord et promet de poursuivre son objectif de créer un califat islamique qui chevauche les frontières entre la Syrie et l'Irak. Le mouvement contrôle actuellement d'importants territoires sur deux des frontières du Kurdistan : avec la Syrie et avec l'Irak.

Les Yézidis menacés

Les Yézidis sont persécutés depuis des siècles et sont accusés d'être des ‘adorateurs du diable’.

“Au cours de notre histoire, nous avons subi 72 massacres. Nous craignons que Sinjar ne soit le 73ème”, a dit Haji Ghandour, député irakien yézidi, dans une interview au Washington Post.

Selon les  Nations Unies, à cause de l'Etat Islamique, 200.000 Yézidis ont dû fuir de différentes villes du nord de l'Irak et près de 147.000 se sont réfugiés à travers le Kurdistan autonome, ce qui représente le plus important et le plus rapide afflux de réfugiés depuis des dizaines d'années. On compte 500.000 Yézidis en Irak.

Les Yézidis âgés ont été particulièrement touchés par l'exode dans les montagnes de Sinjar et les zones kurdes des environs. Donatella Rovera, conseillère spéciale sur la réaction aux crises pour Amnesty International, a twitté l'histoire d'une de ces personnes âgées, heureusement vivante :

#Iraq J'ai marché 10 heures pour échapper à l'attaque de mon village par l'Etat Islamique, me raconte un vieux Yézidi de 80 ans de Sinjar. Maintenant voilà ma maison.

Des images de yézidis qui arrivent sur le Mont Sinjar ont été prises par Ajansa Nûçeyan a Firatê, ou ANF, et reprises sur le site du Guardian au Royaume-Uni.

L'Etat Islamique a publié un communiqué en arabe sur Twitter donnant un lien qui explique leur ‘conquête’. Le lien contenait plus 40 photos très violentes que l'Etat Islamique a supprimées sans explication.

Les dernières informations concernant les invasions et conquêtes les plus récentes, parmi lesquelles deux opérations martyrs.

Le lien donné dans le tweet traite les Yézidis d’ ‘apostats’. L'une des images, supprimée par la suite, montrait un Yézidi assassiné accompagnée d'une citation du Coran retirée de son contexte:

فإذا لقيتم الذين كفروا فضرب الرقاب

Maintenant quand vous rencontrez [pendant une guerre] ceux qui persistent à nier la vérité, frappez-les.

Les Yézidis disent “arrêtez le génocide”

Fiyan Dakheel, une parlementaire irakienne Yézidi qui fait partie de l'alliance avec le Kurdistan, a éclaté en sanglots le 5 août après s'être adressée à l'assemblée pour demander “l'arrêt du génocide” :

Monsieur le Président de l'Assemblée,

On nous massacre au nom de “Il n'y a pas d'autre Dieu que Dieu” [remous dans l'assemblée après ces paroles]. A ce jour 500 hommes et jeunes garçons Yézidis ont été massacrés. Alors que nous parlons, un génocide a lieu contre les Yézidis [autres remous]. S'il vous plaît Monsieur le président laissez-moi finir. On massacre ma famille, tout comme d'autres Irakiens sont tués. Des chiites, des sunnites, des chrétiens, des turkmènes, des shabaks… et maintenant des yézidis. S'il vous plaît mes frères, mettons nos différences politiques de côté, et levez-vous avec nous en tant qu'êtres humains. Je m'exprime ici au nom de l'humanité. S'il vous plaît sauvez-nous ! sauvez-nous ! Au cours des dernières 48 heures, 30.000 familles sont restées bloquées dans les montagnes de Sinjar. Sans eau, sans nourriture, ils meurent. 70 enfants sont morts de soif. 50 personnes âgées, hommes et femmes, sont morts à cause des mauvaises conditions. Nos femmes sont utilisées comme concubines et vendues sur les marchés. Monsieur le Président, nous demandons l'intervention immédiate du Parlement pour faire cesser ce génocide. Il y a déjà eu 72 tentatives de suppression des Yézidis et cela se reproduit au 21ème siècle. On nous tue. On nous massacre. Toute une religion est balayée de la surface de la terre. Mes frères, je m'adresse à vous au nom de l'humanité, secourez-nous !

Son appel à l'aide a été repris par le Prince Tahseen Said, le ‘Représentant international des Yézidis’ et publié par l'Agence de Presse Internationale Assyrienne.

Je demande de l'aide et que l'on tende la main à la population de Sinjar et de ses environs, des villages et des cités où vivent les personnes de religion Yézidi. Je les invite à assumer leurs responsabilités humanitaires et nationales envers eux et à les aider à surmonter leur détresse et les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent aujourd'hui.

Le manque de réactions au niveau international, et en particulier de la part des gouvernements arabes, a été remarqué. Le blogueur libanais-irakien satirique Karl Sharro, twitte:

Vous avez remarqué tous les tweets de mes amis arabes choqués par ce qui se passe en Irak avec les kurdes yézidis ? Non, moi non plus.

L'activiste de gauche israélienne Elizabeth Tsurkov parle de “Génocide d'aujourd'hui”

Génocide d'aujourd'hui RT @basildabh: député irakien yézidi: ‘on massacre des centaines de personnes de mon peuple’ http://t.co/unvGPSQSrN

Et Vijay Prashad, histoiren de Global South, s'interroge sur le rôle de l'Arabie Saoudite dans cette affaire :

J'aimerais entendre le Roi Saoudien s'exprimer et dire à l'Etat Islamique de laisser la communauté Yézidi vivre en paix ou au moins quitter la région.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site