Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

De nouvelles taxes annoncées en Macédoine: les travailleurs indépendants et à temps partiel dans la rue

"No to racketeering by the state" - banner at a protest in Skopje, Macedonia, Dec 22, 2014. Photo: F. Stojanovski, CC BY.

“Non à l'Etat racketteur” –  Banderole lors d'une manifestation à  Skopje (Macédoine), le 22 décembre 2014. Photo: F. Stojanovski, CC B

Plusieurs milliers de Macédoniens sont descendus au centre-ville de Skopje le 22 décembre dernier pour protester contre un nouvel impôt qui rendra obligatoires les cotisations pour le régime de retraite et les caisses de maladie. À compter du 1er janvier 2015, cette taxe sera imposée sur les salaires des travailleurs indépendants et servira aussi à calculer leur impôt sur le revenu. Le taux de chômage en Macédoine a avoisiné les 29% lors du deuxième trimestre 2014. Le travail indépendant et les emplois à temps partiel étaient donc les seules solutions dont disposaient de nombreuses personnes. 

Les organisateurs de la manifestation ont créé une page Facebook au sujet de ce rassemblement, auquel se sont inscrits plus de 5 000 internautes. Le hashtag #ПротестХонорарци [en français:#ColèredesTravailleursIndépendants] a été utilisé sur Twitter et Facebook. En tête du cortège se trouvaient plus de 15 différentes organisations, sans liens les unes avec les autres, qui étaient là pour exprimer leur soutien: l'Association des Traducteurs de Macédoine, le Syndicat des journalistes indépendants, les organisations gauchistes Lenka et Solidarity ainsi que le Plénum étudiant. De nombreuses célébrités étaient là aussi, parmi lesquels des artistes, des musiciens, des militants. Des entrepreneurs, dont de nombreux travailleurs indépendants, avaient également fait le déplacement.

Les manifestants se sont rendus au Parlement, au Ministère du Travail et de la Politique sociale ainsi qu'au siège du gouvernement de la République de Macédoine. Ils n'ont reçu aucune réponse officielle de la part des autorités.

"Taking from the poor to give to the rich!" - some protesters associated the Prime Minister Gruevski with the slogan of "reverse Robin Hood."  Skopje, Macedonia, Dec 22, 2014. Photo: F. Stojanovski, CC BY.

“Il vole les pauvres pour donner aux riches !” – Pour certains manifestants, le Premier Ministre Gruevski est un faux Robin des Bois. Skopje (en Macédoine), le 22 décembre 2014. Photo: F. Stojanovski, CC BY.

Selon les opposants à cette taxe, ce sont les travailleurs qui vont être directement touchés, bien que ce soient les employeurs qui sont théoriquement concernés, en Macédoine, par le système des impôts sur le revenu et les paiements de l'assurance maladie. Ceux qui critiquent ce nouvel impôt affirment que les employeurs y réagiront par une baisse des salaires pouvant aller jusqu'à 35%. Les gens s'inquiètent aussi d'un éventuel risque de discrimination. En effet, les employés de plusieurs secteurs d'activité, parmi lesquels les élus et hauts fonctionnaires, seraient exemptés de cette taxe. 

Cet impôt est également critiqué pour d'autres raisons. Par exemple, les travailleurs touchant à un moment donné plus que le salaire minimum ne pourront pas, l'année suivante, faire une demande d'allocations chômage. On s'attend à ce que l'impôt supplémentaire pèse lourd sur le secteur à but non lucratif ainsi que sur les médias indépendants, dont les ressources supplémentaires sont rares. Selon les manifestants, les nouvelles taxes ne vont pas augmenter la qualité des services publics de la Macédoine. Elles ne feront que déplacer les coûts du système actuel. 

"Is this personal enough?" Protest meme designs  by MightyCreation Aleksandar Pesevski

“Est-ce suffisant pour chaque personne ?” Ces illustrations et ce slogan résument la colère des manifestants – Aleksandr Pesevski (MightyCreation) CC BY-NC. 

Selon les rédacteurs d'un texte que l'on peut lire sur la page Facebook consacrée à cette manifestation, il est inacceptable – et ce, pour plusieurs raisons – que les travailleurs indépendants ou à temps partiel doivent payer des impôts supplémentaires: 

Намерата на Владата да воведе плаќање придонеси за хонорарите од 1 јануари 2015 година ќе доведе до зголемување на сиромаштијата и до зголемување на невработеноста. Покрај тоа, изземањето на државните службеници од оваа обврска што Владата им ја наметнува на сите други смртници, без никакво логично објаснение, ја покажува целата извитопереност на вака зацртаниот концепт на плаќање придонеси за хонорарите.

Кои се нашите барања?

Нашите барања се:

1) да се стопира примената на измените на законите со кои се воведува плаќање на придонеси од задолжително социјално осигурување за хонорарите, со цел да се отвори простор за нивна измена и повлекување;

2) преку засилени инспекции на Инспекторатот за труд да бидат отстранети случаите на прикриен работен однос, односно на наметнато вршење работа без договор или врз основа на договор за дело, при што за работниците не се плаќаат придонеси од задолжително социјално осигурување.

3) да се покачи или целосно да се укине највисоката месечна основица за пресметување и уплата на придонесите на плата од шест просечни плати.

Кого сè ќе го загрозат законските измени?

Голем број лица во Македонија, немајќи можност за редовно вработување, се принудени да се борат за својата егзистенција работејќи за хонорар, кој најчесто не е ниту редовен ниту висок. Покрај тоа, ним не им следуваат сите оние права кои ги имаат според закон работниците во редовен работен однос. Далеку од привилегирани, овие лица се дел од прекаријатот, еден од најзагрозените делови од работништвото. Ним, кога ќе стапат на сила законските измени, работодавачите ќе им ги намалат хонорарите за со тие пари да ги платат придонесите кон државата и на тој начин ќе предизвикаат нивно дополнително осиромашување. Дури е можно, неможејќи повеќе да ги плаќаат, да ги отпуштат од работа, со што ќе се зголеми и невработеноста.

Сите лица кои се работно ангажирани и сите лица што во иднина ќе бидат работно ангажирани се загрозени од овие законски измени![…]

Со овие законски измени Владата сака да превиди дека најголемиот проблем на Македонија е сиромаштијата, а не зголемувањето на парите кои таа ги контролира! И понуди лек кој е полош од болеста! Решавањето на проблемите кои самата власт ги создаде кај Фондот за пензиско и инвалидско осигурување и кај Фондот за здравствено осигурување не смее да биде на грбот на сиромашните и обесправените!

Le gouvernement a l'intention de mettre en place des contributions pour les travailleurs indépendants à partir du 1er janvier 2015. Cela va augmenter les taux de pauvreté et de chômage. En outre, le fait d'exempter les fonctionnaires de cette obligation imposée par le gouvernement à toutes les autres catégories professionnelles, et cela sans explication logique, montre bien à quel point ce concept a des effets pervers. 

Nous demandons:
1. Que soit arrêtée la mise en oeuvre de ces nouvelles réglementations… afin de créer un espace pour que ce projet soit modifié ou retiré 
2. Que les inspecteurs du travail voient leurs heures de travail augmentées, ce qui leur permettra de détecter les cas réels de travail dissimulé ou bien de s'attaquer au problème notoire du travail au noir… 
3. Que soit augmentée ou supprimée l'assiette mensuelle la plus élevée qui sert à calcul de contributions équivalant actuellement à six salaires moyens.

Qui sera touché par ces modifications législatives ?

Un grande partie des citoyens macédoniens qui n'ont pas la chance de travailler à temps plein sont contraints de se débrouiller pour survivre. Ils perçoivent des honoraires qui ne sont, le plus souvent, ni réguliers ni élevés. Ces travailleurs indépendants ne peuvent prétendre aux droits dont bénéficieraient les salariés à temps complet. Les travailleurs indépendants, bien loin d'être des privilégiés, font partie des travailleurs précaires, c'est-à-dire de la classe la plus menacée. En effet, si ces modifications législatives entrent en vigueur, les employeurs baisseront les honoraires afin de pouvoir payer les cotisations demandées par l'État, et l'appauvrissement s'amplifiera. Il se peut aussi qu'une baisse des résultats financiers provoque un très grand nombre de licenciements de travailleurs indépendants, ce qui augmentera les chiffres du chômage.

Tous les employés (actuels ou futurs) qui travaillent à temps complet seront touchés par ces changements législatifs ! […]

Avec ces amendements, le gouvernement veut fermer les yeux sur le problème le plus important que connaît la Macédoine, à savoir la pauvreté, mais non pas sur l'augmentation du montant financier qu'il contrôle ! La solution qui est proposée aura des conséquences plus graves que le fléau lui-même ! Les pauvres et les opprimés ne devraient pas servir de boucs émissaires ni être sacrifiés, sinon le gouvernement ne pourra pas surmonter les problèmes qu'il rencontre au sujet des assurances retraite et invalidité et le fonds, qu'il a lui-même créé, de l'assurance maladie !

Le parlement macédonien a adopté cette nouvelle loi lors d'une réunion spéciale l'été dernier, en faisant fi des exigences en matière de discussion publique et de consultation des parties prenantes. Les politiciens ont attendu le mois d'octobre pour aborder quelques ambiguïtés existant dans les nouveaux arrêtés, et le gouvernement a refusé de reporter la mise en oeuvre de cette loi. Récemment, il y a cependant eu des signes laissant à penser que les législateurs seraient disposés à diminuer certains privilèges prévus pour les fonctionnaires. (De manière inexplicable, les officiels gouvernementaux ont fait retirer du site internet sur les fonds de pension publics le langage qui aurait servi à faire appliquer ces droits.)

Certains usagers des réseaux sociaux accusent l'État d'ajouter des clauses anticonstitutionnelles et discriminatoires – qui, selon eux, seront juste utilisées comme argument dans des négociations – aux nouvelles réglementations et qui pourraient, par la suite, être retirées pour apaiser l'opinion publique. 

"Hell comes when you could have said 'No!,' but you kept silent" - protest in front of the Government of Republic of Macedonia, Dec 22, 2014. Photo: F. Stojanovski, CC BY.

“La situation est catastrophique. Vous auriez pu la refuser, mais vous n'avez rien dit” – Manifestation devant le gouvernement de la République de Macédoine le 22 décembre 2014. Photo: F. Stojanovski, CC BY.

Jusqu'à présent, le gouvernement macédonien n'a pas bronché face aux manifestants, même après que les étudiants ont protesté en masse. L'afflux d'argent (estimé à environ 68 millions d'euros) issu de ces nouvelles taxes aidera dans une certaine mesure à alimenter les fonds de dépenses nationales pour la santé et les retraites. La Macédoine compte environ 2 millions d'habitants. Les salaires perçus par 180 000 fonctionnaires, tout comme les diverses allocations dont bénéficient les tranches importantes de la population votant principalement pour les partis au pouvoir – à l'instar des retraités et des agriculteurs qui perçoivent des subventions – grèvent le budget de l'État. 

#ПротестХонорарциpic.twitter.com/EpTun6yALl                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            — Венчо (@veky9), le 19 décembre 2014                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

 

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site