Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La société civile allemande se mobilise pour l'aide aux réfugiés

WIE_2

Des volontaires distribuent de la nourriture et des boissons aux réfugiés patientant devant l'office du Land de Berlin pour la santé et les affaires sociales (#LaGeSo). Photo par Tim Lüddemann, 13 août 2015 sur Flickr. Paternité-Pas d'utilisation commerciale.

Les guerres, les crises et la pauvreté au Proche-Orient et au Moyen-Orient, en Europe du Sud et en Afrique sont responsables de l'augmentation du nombre de réfugiés en Allemagne. De nombreuses villes et communes ont dû alors faire face à une situation à laquelle elles n'avaient pas été préparées. C'est ainsi que de nombreuses initiatives spontanées et auto-organisées portées par des volontaires engagés ont vu le jour pour venir en aide aux personnes venant de Syrie, d'Albanie, d'Afghanistan et d'Irak.

La majorité des projets se concentrent sur la distribution aux réfugiés de vêtements et de dons en nature, fournissent des interprètes et assurent un accompagnement dans les administrations et les cabinets médicaux, organisent des cours de langue, fournissent du Wi-Fi gratuit, ou bien s'occupent des enfants et offrent des occupations de loisirs.

wie_4

Un match de foot pour des équipes avec et sans réfugiés de l'association “Brot und Spiele e.V.”. Photo par Andi Weiland, 25 juillet 2015 sur Flickr. Publication sous licence CC BY-NC 2.0

Carla Scheytt s'est engagée pour les enfants du groupe de jeu ouvert du Netzwerk Wohlfahrtstraße à Bochum. Elle raconte à Global Voices que les volontaires s'organisent de manière informelle et directe via un groupe Facebook et des demandes Doodle. Ils peuvent ainsi lancer ponctuellement des appels de dons via Facebook.

Plusieurs des initiatives lancées dans ce domaine privilégient les médias sociaux ou les listes de diffusion pour coordonner leurs actions. Elles manquent toutefois de visibilité pour les personnes extérieures, car elles n'ont pas souvent le temps et le personnel pour présenter leur action et pour maintenir un site Web, explique la journaliste Birte Vogel à Global Voices :

L'objectif de ces initiatives, c'est de se lancer et d'aider, de prendre le taureau par les cornes, sans se contenter des discussions, tout en recherchant réellement le contact et en étant actifs. […] Ils ne parlent pas beaucoup de ce qu'ils font mais ils le font simplement.

Pour permettre aux volontaires intéressés ce créer un contact avec des organisations et pour créer des idées pour d'autres initiatives, Birte Vogel mis en place ave son blog “Wie kann ich helfen?” (Comment aider?) un portail d'information sur lequel elle synthétise, documente et classe tous les projets qui lui sont proposés.

Les volontaires intéressés par le bénévolat ont souvent du mal à trouver une initiative appropriée dans le domaine de l'aide aux réfugiés. Tous les centres de coordination eux-mêmes ne sont pas en mesure de renseigner sur les initiatives existantes, sur les personnes à contacter, sur les endroits où on a besoin de compétences particulières ou sur les projets acceptant des dons en nature.

WiE

Une étagère de vêtements pour enfants dans l'entrepôt de l'initiative “Willkommen in Essen” (Bienvenue à Essen). Photo par Anne Hemeda, 3 septembre 2015.

Les projets d'assistance doivent souvent trouver un équilibre entre les mouvements de base, de type “grassroot”, auquels participent de manière relativement informelle et spontanée le maximum de volontaires afin de réagir à une situation d'urgence aigue, et la nécessité de créer des structures, notamment pour assurer la protection et la participation des réfugiés lors de la planification des mesures. Dans le même temps, la pérennisation des projets d'assistance n'est pas toujours un objectif recherché.

Une étude de l'Institut berlinois pour la recherche empirique sur l'intégration et les migrations (BIM) estime qu'en 2014, près de 40 pour cent du travail avec les réfugiés était réalisé bénévolement, hors de toute struture existante. Les bénévoles assurent toutefois des tâches ayant une signification réellement fondamentale, comme la fourniture de logements, de vêtements et la mobilité :

Les bénévoles travaillent souvent à des activités qui découlent de déficiences structurelles. Le travail bénévole est investi, pour l'essentiel, dans des domaines où les administrations ont échoué à assurer une communication et des rapports appropriés avec les demandeurs d'asile et les réfugiés.

Lorsque des tentes sont mises en place dans les villes et que des soins sont organisés dans des centres d'accueil d'urgence, on trouve généralement des bénévoles travaillant en équipe avec les administrations compétentes et les travailleurs sociaux. Les personnels de l'organisation Johanniter ont travaillé bénévolement et 24 heures sur 24 depuis le début du mois d'août dans un centre d'hébergement d'urgence de Leipzig et ont mobilisé un suivi médical et des services de transport pour d'autres volontaires parmi la population. Dans le même temps, les soins apportés aus réfugiés devant l'office du Land de Berlin pour la santé et les affaires sociales ne seraient pas possibles sans l’engagement des bénévoles.

“L'engagement des bénévoles est certes important, mais il ne doit pas pour autant se substituer au travail social professionnel,” observe la fondation Amadeo Antonio dans ses “10 points pour une offensive en faveur de l'accueil à l'échelle de la commune“. Les organisations et les bénévoles intervenant dans l'aide aux réfugiés demandent donc que les communes, les Länder et l'administration fédérale prennent leurs responsabilités et mobilisent des moyens financiers et en personnel. Pour l’organisation de défense des droits humains ProAsyl, une politique doit être définie pour offrir un cadre à la culture de l'accueil en Allemagne.

Les bénévoles des projets d'aide ont également besoin d'interlocuteurs, d'un accompagnement professionnel ou d'une supervision, car ils sont en contact avec des personnes qui ont souvent subi des expériences traumatiques au cours de leur fuite, et ont connu un choc émotionel fort, explique Birte Vogel. Il est donc évident que le suivi des réfugiés traumatisés doit être assuré dans des conditions professionnelles.

WIE_3

Lors de la préparation d'une représentation théâtrale avec de jeunes réfugiés à Munich. Photo de la page Facebook du projet “Willkommen in München” (Bienvenue à Munich) par le cercle local de la jeunesse de Munich ville, téléchargée le 7 août 2015, utilisation avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Les volontaires souhaitent, au-delà de l'amélioration de la situation humanitaire des réfugiés, agir sur la société et lutter contre les préjugés, explique l’étude BIM. Les bénévoles s'opposent ainsi à la montée de l'agitation raciste en Allemagne. En août 2015, le nombre de délits contre les centres d'hébergement pour réfugiés, motivés par l'extrême droite a doublé, pour atteindre 335 cas par rapport à l'année précédente. Dans le questionnaire de l'étude “Le centre fragile – Situations de haine. L'idéologie d'extrême droite en Allemagne 2014” la fondation Friedrich Ebert près de la moitié des Allemands interrogés (44 pour cent) ont des opinions marquées par des préjugés contre les demandeurs d'asile.

Dans le même temps, 70 pour cent des de bénévoles en plus s'engage dans le travail en direction des réfugiés, explique l’étude du BIM. Au cours de l'étude ARD Allemagne de septembre 2015, 88 pour cent des Allemands interrogés ont déclaré souhaiter faire des dons à des réfugiés et 68 pour cent souhaitent avoir un engagement bénévole pour les réfugiés. Birte Vogel, qui a identifié au cours des derniers mois près de 400 projets, note avec enthousiasme que les personnes qui interviennent dans ces initiatives font preuve d'une créativité incroyable, avec énormément d'idées, d'idéalisme et d'humanité.

Ces initiatives apportent une contribution importante pour une société sociale et pacifique. La politique en Allemagne se doit de créer le cadre favorisant cette culture de l'accueil.

Note : L'auteure de ce billet soutient le travail de Willkommen in Essen (Bienvenue à Essen).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site