Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les révélations sur le mariage religieux du président mexicain

foto Boda_Enrique_Angelica

Angelica Rivera et Enrique Peña Nieto le jour de leur mariage, célébré à la Cathédrale de San José de Toluca. Photo : Aristegui Noticias.

Ce reportage a été réalisé par Carmen Aristegui, Daniel Lizárraga, Rafael Cabrera, Irving Huerta et Sebastián Barragán pour Aristegui Noticias (Mexique). Il est republié par CONNECTAS dans le cadre d'un accord sur la diffusion de contenus.

À la télévision, le mariage religieux de l'actuel président du Mexique, Enrique Peña Nieto, avec l'actrice populaire Angélica Rivera semblait tout droit sorti d'un conte de fées. Cependant, il n'a été possible que grâce à un procédé semé d'irrégularités, de mensonges et de simulacres au sein du diocèse de Mexico.

Pour que ce mariage ait lieu, il a fallu manœuvrer afin d'annuler et de dissoudre l'union religieuse entre Angélica Rivera et son ex-mari, le producteur de télévision José Alberto Castro, privant par la même occasion de l'exercice de son ministère sacerdotal, le prêtre Luis Salinas Aranda, qui réalisait aussi des activités pastorales sur la chaîne Televisa. C'est ce que révèlent le site d'information Aristegui Noticias et l'hebdomadaire Proceso.

Ces révélations sont intervenues quelques jours avant la visite du Pape François au Mexique, où il a été reçu par des millions de croyants et par le président Enrique Peña Nieto, qui a tenté d'étouffer l'affaire, selon les révélations publiées sur la plateforme d'information latino-américaine CONNECTAS.

À l'époque du mariage, célébré le 27 novembre 2010, à la cathédrale de Toluca, la presse people avait couvert l'événement de façon détaillée. Le mariage scellait une candidature présidentielle préparée et impulsée de toute évidence par la télévision. Néanmoins, ce qui s'est passé avant cette cérémonie a été qualifié de “flagrante parodie de justice” par la Rote romaine, au Vatican.

La hiérarchie de l'Église, des autorités du Saint-Siège et Enrique Peña Nieto lui-même, alors qu'il était Gouverneur de l'État de Mexico, ont eu connaissance du procédé douteux utilisé pour annuler la première union religieuse d'Angélica Rivera. Toutes les procédures qui ont facilité le mariage de celui qui est aujourd'hui premier représentant du Mexique ont également affecté la carrière du père Salinas Aranda, décédé au mois d'octobre dernier, sans que personne ne s'intéresse à ses requêtes pour lever la sanction pesant sur lui, sanction irrégulière selon les documents du clergé et qui a freiné le déroulement normal de sa vie d'homme d'Eglise.

Dans la dernière lettre que le père Salinas a envoyé au Pape François, il a ainsi supplié :

Lo hago con el corazón en la mano y movido por la enorme confianza en la misericordia que le distingue. Pongo confiadamente en su corazón de padre y pastor esta situación que me agobia”.

Je le fais en toute sincérité et mû par l'immense foi en la miséricorde qui vous caractérise. Je dépose en toute confiance cette situation qui m'accable, dans votre cœur de père et de berger”.

Dans la même lettre, le prêtre a expliqué :

Esta misiva tiene varias intenciones. La fundamental es hacer aclaraciones necesarias para resarcir mi persona en el ejercicio del ministerio sacerdotal, frente a infundios y calumnias por las que me he visto sometido a la sanción canónica y en las que se encuentran involucradas personas que pertenecen a la jerarquía de la Iglesia, así como otras pertenecientes en activo a instancias políticas”.

Cette missive a plusieurs intentions. La plus fondamentale est d'apporter les clarifications nécessaires pour dédommager ma personne dans l'exercice du ministère sacerdotal, face à des calomnies sans fondement à cause desquelles j'ai été soumis à la sanction canonique et dans lesquelles se trouvent impliquées des personnes de la hiérarchie de l'Église ainsi que des élites politiques”.

D'après ses lettres, le père Salinas était convaincu que “quelqu'un” avait fait pression pour qu'on accorde à Angélica Rivera l'annulation de son mariage avec José Alberto Castro afin qu'elle soit libre de se marier avec Enrique Peña Nieto, aujourd'hui président du Mexique.

Angélica Rivera et José Alberto Castro ont commencé à vivre en union libre au début des années 90. De leur relation, sont nées trois filles : Sofía (1996), Fernanda (1999) et Regina (2005).

En 2004, il se sont mariés lors d'une cérémonie intime, en l'absence de la presse à sensation, à l'église Notre Dame de Fátima, dans la capitale mexicaine.
Neuf jours après, le samedi 11 décembre 2004, ils se sont rendus, avec leurs familles et amis, à la plage de Pichilingue, à Acapulco, pour une cérémonie dans le seul but d'offrir leurs remerciements pour le sacrement célébré plus tôt à Mexico. Cette cérémonie a été présidée par le père Salinas.
En 2008, Mme Rivera et M. Castro ont signé leur divorce civil. En mars 2009, l'actrice aurait sollicité l'annulation de son mariage. Le19 mai de cette même année, le Tribunal ecclésiastique de Mexico a publié un décret annulant le mariage de Mme Rivera et M. Castro, invoquant un défaut d'ordre canonique, notamment au sujet de la cérémonie à la plage.

Lors d'une interview, Mme Rivera a commenté :

Después de mi divorcio civil, pedí la anulación de mi matrimonio por la Iglesia y hasta entonces me enteré de que la Iglesia no puede hacer válido el supuesto matrimonio de la iglesia de Fátima porque no se corrieron amonestaciones, en la ceremonia del 2 de diciembre no hubo anillo, no hubo lazo y, por si fuera poco, el padre de la iglesia de Fátima que firmó el acta no tenía permiso para celebrar el sacramento.

Après mon divorce civil, j'ai demandé l'annulation de mon mariage par l'Église et ce n'est qu'à ce moment-là que j'ai appris que l'Église de pouvait pas valider le soi-disant mariage de l'église de Fátima parce que les bans n'avaient pas été publiés, lors de la cérémonie du 2 décembre, il n'y a pas eu d'anneau, ni de chapelet et qui plus est, le prêtre de l'église de Fátima qui a signé l'acte n'avait pas la permission de célébrer le sacrement.

Au moment de l'annulation, le diocèse a aussi mis en place une procédure contre le père Salinas qui a été sévèrement puni pour avoir officié une messe d'action de grâce, mais il n'a jamais pris de mesure contre le père Ramón García López, qui a lui, bel et bien marié Mme Rivera et M. Castro à l'église de Fátima, et qui d'ailleurs, continue à exercer le ministère.

Lisez ici pour comprendre comment s'est déroulé le premier mariage d'Angélica Rivera et la procédure complexe qui a donné lieu à son annulation pour permettre la cérémonie religieuse avec Enrique Peña Nieto.

Pour lire le reportage complet, cliquez ici :

CONNECTAS

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site