Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Biélorusses travaillent nus (ordre de leur président)

Belarusian Internet users stripped in their workplaces to respond to the President's call to put more effort into their work. Image from Instagram.

Les internautes biélorusses se sont déshabillés pour obéir à l'ordre du président. Image sur Instagram.

Les citoyens biélorusses ne sont pas d'ordinaire connus pour accepter de bon gré les ordres de leur président depuis une éternité, Alexandre Lukashenka. Son régime autoritaire ferait plutôt froncer les sourcils. Mais comme pour chaque règle, il y a des exceptions.

Le  22 juin, le président Lukashenka a fait un discours lors de la rencontre pan-biélorusse, et l'a conclu par un appel aux Biélorusses qui espèrent une vie meilleure.

Наша жизнь в простом. Надо раздеваться и работать. До седьмого пота. Не будет этого – погибнем.

Our life is about simple things. We must get undressed and get to work. Work till we sweat. If we don't, we'll perish.

Notre existence dépend de choses simples. Nous devons nous déshabiller et nous mettre au travail. Travailler jusqu'à en transpirer. Si nous ne le faisons pas, nous périrons.

La vidéo du discours a fait le tour des réseaux sociaux : incrédules, les internautes ont essayé d'avoir confirmation que le mot utilisé était bien “se déshabiller” (раздеваться) et non “se développer” (развиваться), de prononciation proche.

Mais la retranscription du discours publiée sur le site de la présidence a bien confirmé la chose. Et les Biélorusses se sont mis à la tache avec enthousiasme.

Très vite, les réseaux sociaux ont été inondés de photos et de vidéos de (jeunes pour la plupart) Biélorusses dans leur bureau ou sur leur lieu de travail, tout à fait nus, les endroits stratégique dissimulés par des dossiers, des tables de bureau, des ordinateurs, et absorbés par leur travail quotidien. Le site d'information biélorusse CityDog a compilé  les meilleures photos de ce flashmob en ligne.

#раздеватьсяиработать #ялюблюсвоюработу #чутьчтомыодеты #четкаяконспирация #minsk

A photo posted by Маргарита Воропаева (@margo_voropaeva) on

Batka (Lukashenko's nickname) said we should get naked and work, so we got naked and are working.

Batka (surnom de Lukashenko) a dit que nous devions nous déshabiller et nous mettre au travail, alors nous nous sommes déshabillés et nous travaillons.

We'll follow the advice as well))

Nous aussi avons suivi le conseil:)))

Anything to prop up the country's economy.

Tout pour soutenir l'économie du pays

Au final, des milliers de Biélorusses ont posté des photos sur Instagram, Facebook, et Twitter avec le hashtag #раздеватьсяиработать (#déshabillezvousettravaillez).

#раздеватьсяиработать #музейбровки #ниднябезбровки #музей

A photo posted by Музей Петруся Броўкі (@museum_brovka) on

I weeded the strawberries today. And how have you fulfilled the state's command?

J'ai désherbé les fraisiers, aujourd'hui. Et vous, comment avez-vous obéi à l'ordre de l'Etat?

Le flashmob est devenu si populaire que même des internautes d'autres pays russophones s'y sont joints.

Supporting the Belarusian flashmob!

Je soutiens le flashmob biélorusse !

Certains internautes sont allés encore plus loin et ont posté des vidéos de chansons composées spécialement pour l'occasion. Dans ces vidéos, bien entendu, les chanteurs sont à peu près nus. Ce qui prouve bien que les dirigeants de pays doivent être très prudents avec les voeux qu'ils expriment.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site