Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

À Hong Kong, des militants demandent aux restaurants de retirer la soupe d’ailerons de requin de leur carte

Manifestation contre la consommation d'ailerons de requin, devant un restaurant Maxim's. Photo par PH Yang. Utilisation non-commerciale avec autorisation.

Le 10 juin dernier, plusieurs dizaines de militants manifestaient devant le principal restaurant de la chaîne Maxim's Group à Hong Kong afin de protester contre la présence de soupe d’ailerons de requin sur ses menus.

Les manifestants, qui comptaient parmi eux plusieurs enfants, portaient des déguisements de requins dépourvus d’ailerons et tachés de peinture rouge, et scandaient : « Si on arrête d’acheter, on pourra aussi cesser le massacre ». Des photos de leur manifestation ont été publiées sur Twitter.

Super de voir des gens de tous âges à la manifestation sur les ailerons de requins #protection

Les manifestants disent à la direction de Maxims de CESSER DE VENDRE DES AILERONS DE REQUIN. C'est cruel et INSOUTENABLE !

Manifestation pacifique sur les ailerons de requin #EnDanger #Jaimelesrequins

La ville de Hong Kong est la capitale mondiale du commerce d’ailerons de requin, et représente à elle seule environ la moitié du marché annuel. Rien que pour satisfaire la demande de soupe d’ailerons de requin pour les banquets chinois, il faut trancher chaque année les ailerons de 73 millions de requins. Actuellement près d’un quart des espèces de requins et de raies sont menacées d’extinction.

Tandis qu’une enquête de 2015 indiquait que 94 % des personnes interrogées ne souhaitaient pas consommer d’espèces menacées, les restaurants locaux refusent quant à eux de retirer ce mets raffiné de leurs menus. Dans la plupart des cas, les consommateurs qui se marient ou organisent un banquet se retrouvent forcés de choisir des menus fixes qui comprennent généralement de la soupe d’ailerons de requin. L’enquête de la Hong Kong Shark Foundation, qui portait sur 375 restaurants chinois de la ville, a révélé que 98 % d’entre eux proposaient de la soupe d’ailerons de requin pour le menu du Nouvel An chinois 2016.

Maxim’s figure parmi les plus grandes chaînes de restaurants à Hong Kong et a ouvert plus de 980 établissements à Hong Kong, en Chine, au Vietnam et au Cambodge. La majorité des grands restaurants chinois de la chaîne basés à Hong Kong servent de la soupe d’ailerons de requin.

Une pétition demandant au groupe de restaurants d’arrêter la vente de soupe aux ailerons de requin explique les motifs de la manifestation :

La société n’a pas répondu aux demandes de retrait de la soupe aux ailerons de requin de ses menus, ignorant ainsi la volonté de nombreux citoyens de Hong Kong, qui sont opposés à cette tradition cruelle et non soutenable.
Maxim’s affirme ne servir que de la soupe aux ailerons de requins bleus mais, selon certaines données scientifiques récentes, les populations mondiales de requins bleus sont en train d’être décimées par la surpêche.
Le groupe Maxim’s va-t-il attendre l’extinction des requins bleus avant d’admettre qu’il existe un problème?
Pour sauver les requins et l’environnement marin, Maxim’s se doit d’agir pour mettre un terme à cette pratique en retirant immédiatement les ailerons de sa carte et en particulier de ses menus. Tout comme les consommateurs de Hong Kong ont la responsabilité de cesser de manger des ailerons de requin, les groupes comme Maxim’s ont une responsabilité égale d'arrêter d’en vendre.

WildAid Hong Kong, l’organisation de défense des droits des animaux à l’origine des manifestations contre les ailerons de requin, avance également qu’il est facile d'obtenir “sur demande” dans les restaurants de Hong Kong des espèces menacées de requins, comme les requins-baleines, les requins-pèlerins et les requins-soyeux, répertoriées dans l’Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES).

Hong Kong est signataire de la CITES et, selon cette convention, les espèces menacées mentionnées dans l’Annexe II doivent être contrôlées dans le « but d’éviter une exploitation incompatible avec leur survie ».

Sur sa page Facebook, l’organisation précise :

Bien que la direction de Maxim’s prétende ne servir que du requin bleu dans ses restaurants, des enregistrements en caméra cachée montrent que la chaîne offre en privé d’autres espèces plus ‹ exotiques ›. Celles-ci sont habituellement proposées par le personnel des restaurants, sans l’aval de la direction, pour satisfaire leur clientèle la plus exigeante. Le laxisme et le manque de transparence sont endémiques dans tout le secteur de la restauration chinoise de Hong Kong et l’opacité dans la chaîne d’approvisionnement est problématique dans le commerce des ailerons de requin, notoirement infesté par le crime organisé.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site