Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Suite à l'expulsion de l'équipe des vétérans, ce club de football catalan sort le carton rouge face aux insultes machistes

Capture d'écran du clip de campagne des #Orgullosas del Terrassa FC (Fières du Terrassa FC). Extrait de leur chaîne YouTube.

Le samedi 2 février 2019, plusieurs membres de l'équipe des vétérans du Terrassa FC ont provoqué un incident scandaleux en lançant des insultes sexistes contre leurs propres coéquipières de l'équipe de foot. L'incident s'est terminé par l'expulsion de l'équipe des vétérans de la compétition.

Ces derniers, qui devaient jouer un match après le match féminin, s'échauffaient lorsqu'un but marqué par les visiteuses ainsi qu'un éventuel retard dans le programme pour la partie suivante, les ont incité à insulter les joueuses, en disant selon l'arbitre : «sortez du terrain, maintenant, c'est à nous de jouer. Ce match devrait être suspendu, vous ne devriez pas être en train de jouer».

Les joueuses ainsi qu'une partie du public ont répondu aux vétérans, mais cela n'a fait qu'augmenter leur agressivité. Il n'en a pas fallu plus pour que commencent à fuser les insultes machistes : «Retournez en cuisine, allez faire le ménage, vous êtes des merdes, vous êtes des truies», sont quelques-uns des propos recueillis pendant la scène.

La violence s'est intensifiée jusqu'à ce qu'une bagarre éclate, c'est pourquoi l'arbitre a décidé de suspendre le match. Les sportives ont décidé de tenir tête, et l'équipe de Terrasa ainsi que l'équipe visiteuse, el Viladecavalls, se sont assises sur le cercle central du terrain pour empêcher les vétérans de jouer leur partie. Une vidéo de la chaîne Diari de Terrassa, diffusée sur Youtube, a capturé la scène :

L'enquête du Terrassa FC qui a eu lieu par la suite, a révélé que seuls deux joueurs seraient derrière ces insultes machistes. Cependant, comme tous les membres de l'équipe ont refusé d'identifier ces joueurs, le club a décidé de tous les éliminer de la compétition. Dans un message publié sur son site, le club a affirmé que «les insultes sexistes sont un délit très grave», en ajoutant :

El nostre club, que ha treballat i continuarà treballant d’una forma molt activa i enèrgica per la igualtat, vol ressaltar que els nostres valors estan molt allunyats de la imatge que es va donar.

Notre club, qui a travaillé et qui continuera de travailler énergiquement pour l'égalité, souhaite souligner que nos valeurs sont très éloignées de l'image donnée [par l'équipe des vétérans].

Noemí López, une des joueuses du Terrasa FC, a également tweeté son malaise à propos de ce qui s'était passé, en y joignant une copie du procès-verbal rédigé par l'arbitre.

Dommage qu'il faille encore vivre ce genre de situation …

De nombreux autres utilisateurs de twitter ont manifesté leur soutien à l'équipe féminine :

Il semble que chaque fois que le #futfem fait un pas en avant, certains doivent sortir de leur grotte pour attirer l'attention.
Tout à fait lamentable de la part des vétérans de @TerrassaFC

La Fédération royale espagnole de football a condamné les événements au travers d'un communiqué de presse déclarant qu'elle rejette les insultes “grossières et machistes” et affirme que “ces comportements ne sont pas acceptables dans notre football”.

Certaines voix ont toutefois tenté de défendre ou de justifier les vétérans, arguant que les hommes se faisaient également insulter. Le commentaire de mr nice, dans 20 minutes, en est un exemple:

No es que quiera justificarlo, pero a los jugadores hombre también se les pita e insulta y no van llorando por las esquinas y se ponen en plan me enfado y no respiro. Si quieren igualdad, eso es lo que les hacen a los hombres.

Ce n'est pas que je veuille les justifier, mais les joueurs masculins sont également sifflés et insultés et ne vont pas pleurer dans un coin. Ils ne se mettent pas en mode “je me fâche tout rouge et j'arrête de respirer”. Si elles veulent l'égalité,[qu'elles sachent que] ça arrive aussi aux hommes.

Le commentaire a reçu une réponse de l'utilisatrice Makoke, qui a tenté d'expliquer la différence entre les deux situations :

(…) Que se insulte en un partido de fútbol está mal, pero es lo que hay. Pero que hombres adultos se pongan a insultar a chavalas con frases del rollo de vete a fregar o tira a la cocina, es machista. Y que además sean los de su propio club, es de ser gilip0llas. Cuando a un negro en el partido le llamas hijodepvt@, está mal. Que le llames negromierd@, es racista.

(…) Être insulté dans un match de football, c'est mal, mais c'est comme ça. Mais quand des hommes adultes se mettent à insulter des jeunes filles avec des phrases du genre de : va récurer ! ou va à la cuisine ! c'est machiste. En qu'en plus, ce soient ceux de votre propre club, c'est que ce sont des c0nnards. Quand tu dis hijodepvt@ à un noir durant le match, c'est mal. Si tu lui dis negromierd@, c'est raciste.

Pour de nombreux internautes, la rapidité et la vigueur des autorités du club ont été un motif de satisfaction.

En réponse, une bonne partie des réseaux sociaux a applaudi la rapidité et la vigueur des autorités du club :

Messieurs/mesdames du TerrassaFC, simplement, bravo

Cette réaction des autorités sportives semble indiquer un changement important dans la culture sexiste qui a accompagné le football et qui s'est reflété dans les insultes et les humiliations que subissent de nombreuses femmes qui tentent de conquérir un terrain traditionnellement réservé aux hommes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site