Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Argentine : la lutte pour la légalisation de l'avortement reprend avec de nouveaux espoirs

Vue aérienne de la manifestation #19F devant le Congrès argentin. Photo publique de Dronera.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en espagnol, ndlt]

Des milliers de personnes ont manifesté en faveur de la légalisation de l'avortement devant le Congrès national d'Argentine à Buenos Aires, capitale du pays, le 19 février dernier.

L'avortement est illégal en Argentine et passible d'une peine d'emprisonnement, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la femme.

La manifestation était organisée par la Campagne nationale pour le droit à un avortement légal, sûr et gratuit à propos du vote d'un projet de loi présenté au parlement pour la neuvième fois. Ce projet de loi vise à légaliser l'interruption volontaire de grossesse et mettre un terme à toute entrave à l'accès aux avortements déjà garantis par la loi.

La loi a presque été adoptée [fr] en 2018 — la Chambre des députés l'avait approuvée mais elle a été rejetée au Sénat par 7 voix de sénateurs conservateurs issus de différents partis politiques. La question de l'avortement dépasse les clivages traditionnels entre les partis politiques du pays.

Le projet de loi a été présenté de nouveau [fr] en 2019, mais n'a pas été examiné à l'époque parce que des élections étaient prévues la même année et que les candidats avaient choisi d'éviter les sujets polémiques.

En 2020, les défenseurs des droits des femmes sont encore une fois descendus dans la rue et devant le parlement avec de nouveaux espoirs et le slogan « le projet de loi est dans la rue » (« El proyecto está en las calles » en espagnol).

Bonjooooooooour !
Comment on s'en sort ?
 #19F: http://bit.ly/36TqEAW
DANS LE PAYS ET DANS LE MONDE

Pour défendre notre droit aujourd'hui nous sommes dans la rue, c'est là que se trouve notre projet #AvortementLégal2020 

Lors de la manifestation, surnommée #19F sur internet, on pouvait entendre des revendications pour la mise en place de mesures concernant les inégalités entre les sexes, la violence, les féminicides, l'homophobie, la transphobie et le programme d'éducation complète à la sexualité (ECS). Obligatoire dans toutes les écoles argentines, ce programme a rencontré plusieurs difficultés dans son application pratique en raison de l'opposition des mouvements conservateurs et fondamentalistes religieux.

Sur une scène en face de la Place du Congrès à Buenos Aires, des intervenants ont commenté la campagne, et trois membres du collectif chilien Las Tesis étaient également présentes. Elles ont interprété une adaptation du célèbre chant «Un violeur sur ton chemin » [fr] faisant allusion aux avortements clandestins et aux jeunes femmes forcées à devenir mères :

Toute la semaine les hashtags #19F#Pañuelazo (en référence aux mouchoirs brandis lors des manifestations) et #AbortoLegal2020 (#AvortementLégal2020) ont pris d'assaut les médias sociaux.

Parce que ce sont nos corps.
Parce que c'est notre droit.
Parce que s'ils ne sont pas légaux, ils seront clandestins.
Parce que tôt ou tard : ce sera la loi💚 #AvortementLégal2020 #19F

Soutien à nos sœurs argentines #panuelazo pour la légalisation de l'avortement! 💚💚💚

AUJOURD'HUI AUJOURD'HUI AUJOURD'HUI AUJOURD'HUI AUJOURD'HUI AUJOURD'HUI AUJOURD'HUI #panuelazo Éducation sexuelle pour décider – contraception pour ne pas avorter et #AvortementLégalSûrEtGratuit pour ne pas mourir. #AvortementLégal2020 💚

Nous ne voulons plus lire ce type de nouvelles. Aucune femme ne doit mourir dans la terreur du secret. Ne restons pas indifférent.es. Le droit à #L'AvortementLégalSûrEtGratuit est une question de santé publique.

Tôt ou tard, #Ceseralaloi 💚 #AvortementLégal2020

 Solidarité mondiale

Le mouchoir (en espagnol : pañuelazo) vert, emblème du mouvement #19F,  a été brandi lors de manifestations de soutien en Argentine et dans plusieurs villes du monde :

J'envoie toute ma force aux sœurs d'Argentine. Je répète souvent: nous apprenons tant de vous. Vous allez y arriver.

🇦🇷 💚 #AvortementLégal2020

Les Colombiennes avortent. C'est un fait, que ce soit légal ou non.

Nous voulons qu'elles le fassent en toute sécurité, sans mettre leurs vies en danger.

Éducation sexuelle pour décider, contraception pour ne pas avorter et #AvortementLégalSûrEtGratuit pour ne pas mourir! #AvortementLégal2020 💚

Il y a deux ans le #pañuelazo [en français: mouchoir] est apparu et a lancé le débat législatif de 2018 sur la légalisation de l'IVG en Argentine. #19F pour le droit à un avortement légal, sûr et gratuit dans toute l'Amérique latine.

« Que j'avorte ou non, c'est mon choix. » 💚

Nos sœurs argentines ont besoin de ressentir notre soutien avec le hashtag #AvortementLégal2020. Nous sommes persuadées que ce sera légal, continuez la lutte, vous n'êtes pas seules. 

Le nouveau président est favorable à la dépénalisation

En décembre 2019, lorsque le nouveau gouvernement du président Alberto Fernández [fr] et de la vice-présidente Cristina Fernández de Kirchner [fr] de la coalition Frente de Todos, est entré en fonction, la présidence a confirmé que le projet de loi serait examiné en 2020. 

Le président Fernández s'est lui-même publiquement déclaré favorable à la légalisation de l'avortement et a annoncé que l'exécutif présenterait ce mois-ci un projet de loi pour sa dépénalisation. Cela rompt avec le gouvernement précédent de Mauricio Macri [fr] (2015-2019), le premier à aborder le débat sur l'IVG, mais avec une position plus conservatrice sur le plan politique.

La composition du parlement argentin est la même qu'il y a deux ans, mais beaucoup partagent l'espoir d'un changement d'opinion dans le nouveau contexte politique de 2020. D'après les sondages, la majorité des Argentins sont favorables la légalisation de l'avortement.

À ce jour, les détails formels de chaque projet de loi et les prochaines étapes de leur élaboration n'ont pas été rendus publics. Quoiqu'il arrive, les féministes argentines poursuivront la lutte jusqu'à ce que le droit à l'avortement soit inscrit dans la loi.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site