Le blanchissement catastrophique de la Grande Barrière de corail est passé inaperçu dans les médias

Coral bleaching severity survey on Orpheus Island 2017

Étude sur la gravité du blanchissement corallien sur l'île d'Orphée 2017. Photo du Centre d'excellence ARC pour l'étude des récifs coralliens via Flickr, sous licence CC BY-ND 2.0.

Alors que les médias se concentrent exclusivement sur la crise du Covid-19, la Grande Barrière de corail australienne a connu un blanchissement corallien [en] catastrophique pour la troisième fois en cinq ans. L'augmentation de la température de la mer pendant l'été est la cause principale de ces effets dévastateurs sur les vastes zones de corail.

Un blanchissement important [en] a été retrouvé sur des récifs plus proches du rivage. Bien que les coraux blanchis ne meurent pas systématiquement, le risque augmente si les températures restent élevées. Le blanchissement a également des effets négatifs sur les habitats des autres espèces marines.

Il va sans dire que la dernière mauvaise nouvelle n'a pas reçu l'attention détaillée qu'elle méritait de la part des internautes ; cependant, des groupes environnementaux comme Greenpeace ont tenu à souligner les implications et à rallier les troupes engagées sur la question du changement climatique :

Alors que nous sommes déjà si nombreux à souffrir, cette nouvelle est vraiment difficile à digérer. La lutte contre la crise climatique ne va pas disparaître, et il faudra que nous soyons tous en bonne santé et en sécurité pour la gagner.

Certain·es Australien·ne·s ont pris le temps de commenter, comme le professeur microbiologiste David Osborn de l'Université RMIT de Melbourne qui a tweeté :

J'ai manqué ça hier, mais une nouvelle plus terrible encore – cette fois-ci le troisième blanchissement corallien massif en 5 ans. #corail #GrandeBarrière

Après la fin du #COVID19 avec des économies en difficulté, nous ne pourrons plus ignorer le changement climatique.

Le professeur Terry Hughes, directeur du Centre d'excellence ARC pour l'étude des récifs coralliens à l'Université James Cook du Queensland, a partagé cette vue aérienne unique :

Ce fut une journée merdique et fatigante sur la Grande Barrière de corail #GreatBarrierReef

J'ai l'impression d'être un amateur d'art qui erre dans le Louvre… alors qu'il brûle à mes pieds.

La nouvelle a suscité des réactions sur les réseaux sociaux à l'étranger. Un universitaire étranger se sentait vraiment touché :

Et il y a aussi le plus grand blanchissement de corail sur la Grande Barrière de corail. Ca y est, on est finis.

Assaad Razzouk, un commentateur singapourien très en vue, spécialiste du climat et de l'énergie propre,  a partagé une vidéo:

Pendant ce temps, les menaces climatiques continuent de se manifester partout. Après les feux apocalyptiques, l'Australie a de nouveau été touchée : la Grande Barrière de corail souffre de son troisième blanchissement en 5 ans en raison de la hausse de la température de la mer. Un site du patrimoine mondial ayant une « énorme importance scientifique et intrinsèque ».

Les références inévitables à la pandémie ont également fait surface :

La Grande Barrière de corail a une fois de plus subi un blanchissement majeur, je sais que nous sommes confrontés à une catastrophe mondiale sans précédent avec le #coronavirus mais nous sommes également face à une catastrophe assurée sur le récif corallien. Nous ne pouvons pas laisser passer cela. #Auspol

Au moins, on peut remplacer la Grande Barrière de corail par des gros bateaux de croisière échoués !

Quelques-uns des sceptiques habituels ont remis en question de rôle du changement climatique, dont Reiver :

C'est cyclique, les nouveaux récifs se forment par dessus et c'est ainsi que c'est devenu la Grande Barrière de corail 🙄

En ce moment le tourisme est en baisse en Australie, et le reste de l'économie est en berne. De nombreuses personnes dans le monde entier espèrent que les visiteurs auront la chance de voir les merveilles du récif lorsque l'urgence du coronavirus prendra fin :

#ClimateAction Citation du jour
« Avec de l'aide, l'industrie du tourisme peut se rétablir après le Covid-19, mais seulement si il y a une Grande Barrière de corail en bonne santé à visiter une fois la crise passée. » Kate Smolski.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site