Hong Kong : à la mémoire de Marco Leung, première victime des manifestations contre la loi d'extradition vers la Chine

Uun homme vêtu d'un imperméable jaune, portant un masque de protection faciale et des gants blancs, se tient debout sur un échafaudage. Il pose une banderole sur laquelle on peut lire des inscriptions en chinois et en anglais.

Marco Leung. Image tirée du site Stand News, partenaire de contenu de Global Voices.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Les sympathisants du mouvement anti-extradition à Hong Kong recensent une douzaine de décès suspects en lien avec les manifestations de l'année dernière.

La majorité de ces personnes se sont suicidées : au moins six d'entre elles ont laissé une lettre de suicide exprimant leur soutien aux protestations et leur frustration vis-à-vis du gouvernement.

Parmi les événements les plus choquants, on retiendra les décès de Marco Leung Ling-kit [zh] le 15 juin et de Chow Tsz-lok le 3 novembre.

Le premier à mourir pendant les manifestations fut Marco Leung, âgé de 35 ans.

Le 15 juin à 16 heures, il a chuté de Pacific Place, un centre commercial, alors qu'il accrochait une banderole de contestation, et ce une semaine après qu'une manifestation d'un million de personnes ait échoué à convaincre les autorités de la ville à retirer le projet de loi.

Marco Leung Ling-kit ( 梁凌杰 )
15-06-2019 Mort depuis 1 an 😭
Chemise noire + Ruban blanc 🙏🏻#StandWithHongKong 🙇🏻‍♀️🙇🏻‍♀️

[image] L'image est composée de deux plans. Sur le premier, on voit une banderole posée par Marco Leung en haut d'un échafaudage. Sur le second plan, c'est un dessin du manifestant décédé, avec des inscriptions en chinois et en anglais. Le dessin montre son visage masqué et, collé à lui, un second personnage, illustrant le même manifestant, qui semble se diriger vers le “paradis”. Ce dernier est symbolisé par un ciel bleu et des couleurs pastels. L'image est paisible, une marguerite est visible en bas à droite du dessin.

Marco Leung était vêtu d'un imperméable jaune avec les mots « [La cheffe de l'exécutif] Carrie Lam a tué Hong Kong, les flics ont tué de sang froid. » (林鄭殺港 黑警冷血).

Il a écrit sur la banderole :

全面撤回送中。我們不是暴動。釋放學生 傷者。林鄭下台。Help Hong Kong。
反送中 No EXTRADITION TO CHINA。MAKE LOVE No shoot!

Annulation complète du projet de loi sur l'extradition vers la Chine. Nous ne sommes pas des émeutiers. Libérez les étudiants et les blessés. Démissionnez Carrie Lam. Venez en aide à Hong Kong. Pas d'extradition vers la Chine. Faites l'amour, ne tirez pas !

Le gouvernement en place à Hong Kong a refusé de retirer l'amendement au projet de loi de 2019 sur les délinquants fugitifs et l'entraide judiciaire en matière pénale, plus connu sous le nom de projet de loi sur l'extradition vers la Chine.

En réaction, le 12 juin, des milliers de manifestant·e·s se sont dirigé·e·s vers le Conseil législatif (LegCo).

Les forces de police anti-émeute ont réprimé la manifestation au moyen de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Les autorités ont qualifié les manifestations d'émeutes, une désignation entraînant des peines allant jusqu'à dix ans de prison pour les manifestants.

Marco Leung a manifesté, à titre personnel, pour réagir au refus du gouvernement de prendre en compte les demandes de la population et à la qualification des citoyen·ne·s comme étant des émeutiers.

Il est mort après qu'une équipe de secours a tenté de le ramener à l'intérieur du centre commercial. La mort de Marco Leung a bouleversé tous les habitants de Hong Kong.

Le lendemain, deux millions de personnes [fr] sont descendues dans la rue, appelant la cheffe de l'exécutif Carrie Lam à démissionner de son poste, ainsi que cinq autres revendications reprises par Marco Leung dans sa dernière intervention : Retrait complet de la loi d'extradition vers la Chine ! Non à la désignation des manifestations comme des émeutes ! Abandon des poursuites contre les manifestant·e·s ! Des enquêtes indépendantes sur le recours excessif à la police ! Suffrage universel pour le Conseil législatif et pour le chef de l'exécutif !

Après sa mort, l'imperméable jaune de Leung est devenu un symbole de protestation, tandis que les manifestant·e·s ont promis de poursuivre sur sa lancée et de forcer la réalisation de ses revendications.

Marco Leung Ling-kit. 7/3/1984 -15/06/2019. Il était âgé de 35 ans.

[image] L'image est composée de deux plans. Sur le premier, il y a un gros plan d'un imperméable jaune avec en dessous des inscriptions en chinois. Sur le second plan, l'image apparaît telle un collage, avec ajout d'une multitude de personnes et de l'imperméable jaune, tout au centre. L'image est symbolique et elle rend hommage au manifestant disparu.

Cela fait maintenant un an que tu nous as quittés. Je me souviens que tu as été la première personne à formuler les cinq exigences. Les Hongkongais·es ne les oublieront jamais. Marco Leung Ling-kit, combattant pour la justice, est tombé sous la pression du régime. C'est un moment que je ne peux pas oublier et que je n'oublierai jamais.

[image] L'image est composée de quatre plans. Sur le premier plan, un dessin représente l'échafaudage avec la banderole et le manifestant. Sur le second, on voit un jeune homme mécontent, portant sur son dos le manifestant à l'imperméable jaune. Le dessin est sombre et triste. La troisième image est celle de 7 imperméables jaunes suspendus à l'aide de porte manteaux dans un centre commercial, très éclairé. 4 parapluies sont également visibles sous les imperméables. Chaque imperméable porte des inscriptions en chinois. On aperçoit deux personnes qui marchent aux abords. La dernière image est un rassemblement sur le lieu du décès, avec des fleurs et des bougies. La scène se passe en soirée. Une des personnes porte un imperméable jaune et tout le monde porte un masque facial.

Les autorités tardent à agir

Un autre manifestant, Chow Tsz-Lok, 22 ans, a fait une chute sur un parking lors d'une opération de police anti-émeute aux alentours de minuit le 8 novembre 2019.

Ce décès a été jugé suspect, car Chow Tsz-Lok envoyait des SMS à des sympathisants, comportant des informations sur la localisation de la police anti-émeute au moment de sa mort.

Qui plus est, il est seulement tombé du troisième niveau au deuxième niveau du parking – à quelques mètres de hauteur. Beaucoup considèrent qu'il a été assassiné.

En effet, il n'y a pas encore eu d'enquête du coroner sur les causes et les circonstances de la mort de Marco Leung et de Chow Tsz-Lok.

Le père de Marco Leung a confié aux journalistes [zh] que la police de Hong Kong avait tardé à transmettre le rapport d'enquête au tribunal.

À la veille de l'anniversaire de la chute tragique de Marco Leung, le Front civil des droits humains (Civil Human Rights Front), une coalition d'organisations non-gouvernementales locales, a exhorté les citoyen·ne·s à commémorer Marco Leung en déposant des fleurs devant le centre commercial Pacific Place.

Des milliers de personnes ont répondu à l'appel, en dépit de la forte présence policière anti-émeute.

Nous n'oublierons jamais !

15 juin à 17h20

[image] Quatre plans composent l'image. Sur le premier, il y a un gros plan sur des fleurs et des parapluies jaunes. Le second montre des personnes venues se recueillir autour d'un arbre, sur lequel un imperméable jaune est accroché. Autour de l'arbre, il y a des parapluies jaunes et des fleurs. Sur le dernier plan, une foule est réunie devant le centre commercial pour y déposer des fleurs.

La file d'attente s'est finalement tellement allongée que les gens devaient attendre deux heures avant de pouvoir déposer les fleurs à l'extérieur du centre commercial.

La file d'attente pour l'hommage au manifestant disparu, Marco Leung Ling-kit, s'étend de Pacific Place au parc de Hong Kong.

[description vidéo] Vidéo accélérée montrant la longue file d'attente de personnes, venues rendre hommage au manifestant disparu. La scène se déroule à l'extérieur du centre commercial.

Jusqu'aux petit matin le 16 juin, la foule s'est pressée à l'extérieur du centre commercial, et les conseillers de district favorables à la démocratie ont installé des monuments commémoratifs provisoires dans les autres quartiers de la ville, pour que les habitants puissent s'y recueillir.

La cause numéro un du suicide est une dépression non traitée. La dépression peut être soignée et il est possible de prévenir le suicide. Vous pouvez obtenir de l'aide en appelant les permanences téléphoniques confidentielles destinées aux personnes suicidaires et aux personnes en crise émotionnelle. Consultez le site Befrienders.org pour obtenir le numéro d'une ligne d'assistance téléphonique de prévention du suicide disponible dans votre pays.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site