Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Grèce en Feu

Nous l’avons probablement tous entendu aux actualités à présent : la Grèce est en flammes. Aujourd’hui les feux ont atteint l’ancienne cité d’Olympie, le berceau des Jeux Olympiques et lieu où se trouve le Musée Olympie qui abrite une des plus belles collections archéologiques de Grèce.

Athènes en flamme

Athènes en flammes (photo du flickr utilisateur alefbetac)

Tandis que les feux brûlent encore à la périphérie d’Athènes même, voici ce que la blogsphère grecque avait à dire à ce sujet. EllasDevil a rédigé rien que le gros titre d’un important journal grec, Kyriakatiki Eleftherotypia.

Le titre disait simplement : « il n’y a pas de mots. »

CaliforniaKat, une américaine vivant en Grèce, a publié un billet détaillé de ce qui se passe, une liste des feux majeurs, les événements qui y ont conduit et ce que les gens peuvent faire pour aider.

  1. Ne jetez pas les cigarettes par la fenêtre de la voiture en conduisant ou sur le sol près d’herbe, papier ou plantes séchés – Beaucoup de feux de forêt commencent ainsi.
  2. Ne brûlez pas les ordures.
  3. Assurez-vous que vous contrôlez les feux de cuisson – Faites attention à la braise, au charbon brûlant ou tout petit bois qui peut s’envoler ou être en contact avec l’herbe, broussaille, etc…
  4. Demandez à votre municipalité de tailler les arbres pour qu’ils ne touchent pas les lignes électriques ou de débroussailler car ceci constitue un danger d’incendie.
  5. Ne dirigez pas les miroirs directement face aux rayons du soleil.
  6. Les maisons en milieu rural ou isolé doivent disposer d’extincteurs, d’une réserve d’eau avec tuyau/pompe, des couvertures en laine, échelle, râteaux, balais, bottes et un kit de premier secours. Aussi, certaines personnes rassemblent les documents importants, photos et autres objets de valeur dans un coffre ignifuge au cas où.

Hélicoptère russe rempli (photo de l’utilisateur flickr nkdx)

Tina, d’Athena, dit que le réchauffement de la planète et les incendiaires sont à blâmer pour ce désastre.

Ces deux derniers jours j’ai suivi comme tous les grecs les feux incontrôlables en Grèce. Mes sentiments sont peine et colère. Je ressens de la peine pour la perte de vies humaines, de forêts, d’écosystèmes perdus à jamais. C’est un désastre écologique sans précédent non seulement pour la Grèce mais pour toute la région Méditerranée. Je suis à la fois en colère et surpris. Ces derniers jours j’ai entendu beaucoup de causes possibles à ce désastre : les incendiaires semblent être les suspects principaux et habituels. Il semble que beaucoup aient comme but principal de détruire la Grèce. Je ne nie pas la possibilité que beaucoup des feux aient été allumés par des incendiaires. Mais je suis surpris de ne pas avoir réussi à trouver quelque part une cause plus simple et plus logique. LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ou le réchauffement de la planète.

Betabug rapporte ses propres observations sur les feux, de sa maison d’Athènes.

Les feux de forêt brûlent encore dans les banlieues proches d’Athènes. Les avions des pompiers sont passés au-dessus de notre immeuble. Nous sommes montés sur la terrasse et avons vu deux avions Canadair, un Beriev russe et un hélicoptère. Il y a beaucoup de fumée et à part le feu sur Ymittos (que nous pouvons facilement localisé), il y a un gros nuage jaune mais nous ne savons pas s’il s’agit de fumée ou juste d’un nuage normal.

Fumée des feux de forêt à Evia (photo de l’utilisateur flickr nkdx)

 Yazan Badran

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site