Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Liban : Incendies de forêt et réchauffement climatique

Voilà maintenant des années que des incendies de forêt se déclarent en été sur ce qu’il reste des étendues sauvages libanaises. Et chaque année, on s’amuse à se renvoyer la balle : les partis et les hommes politiques se reprochent d’abord mutuellement de ne pas y être préparés puis vont jusqu’à s’accuser d’avoir intentionnellement déclenché les incendies. Alors, qu’en pensent les blogueurs ?

Kadmous [en arabe] évoque, la destruction par les incendies des espaces naturels libanais et il accuse les institutions de l’état de s’intéresser à des sujets moins importants et de négliger cette question pourtant si vitale.

تتوالى الحلقات السوداء في هذا المسلسل الدرامي الذي لا تبدو نهايته قريبة… وكلّ منطقةٍ من لبناننا نالت حصّةً من التصوير…
النار لا تميّز بين أخضرٍ ويابس… النار لا تفكّر، بل تحرق كلّ شيء لتموت في النهاية مع آخر شجرةٍ تقتلها…
من الذي أطلقها؟ الله أعلم!
كائناً ما كان السبب أو من كان خلفه وأمامه فإنّ ما تبقّى من مساحةٍ خضراء (كي لا نقول مساحات) ينتقل من الحياة إلى الذكرى…
والدولة المشغولة بهموم البيانات وتفسيرها، تخرج عن نطاق صلاحياتها إطفاء النيران… والمال المعطى لوزراء البيئة والزراعة والسياحة والداخلية والعدل والمواصلات والأشغال ولجان مجلس النواب كافةً (منذ الأستقلال وحتى اليوم( لا يكفي لتشغيل ورشةٍ تقطع الطريق على الأسباب التي تجعل كلّ حريقٍ صغيرٍ مدمّراً…

On a l’impression que les sombres épisodes de cet enchaînement dramatique n’en finissent jamais… Le moindre recoin du Liban a été pris en photo… Le feu ne fait aucune distinction entre la verdure et les zones arides… Le feu ne réfléchit pas, il brûle tout avant de s’éteindre avec le dernier arbre qu’il tue. Qui en est à l’origine ? Dieu seul le sait ! Quoi que ce soit ou qui que ce soit, cela n’a pas d’importance car ce qui reste de l’espace (et non des espaces) vert devient vite un souvenir… et l’Etat, tout affairé qu’il est à ses programmes et leurs interprétations, n’a pas le pouvoir d’éteindre les incendies… et l’argent versé aux ministères de l’agriculture, du tourisme, de l’intérieur, de la justice, des transports, de l'équipement et à tous les comités parlementaires (et ce, depuis l’indépendance) ne suffit pas à mettre en œuvre des actions préventives qui empêcheront les incendies naissants de faire des ravages…

Tears for Lebanon [en anglais] évoque également les incendies et cite des représentants officiels qui, tout en signalant que des hélicoptères provenant de Chypre ont été utilisés pour éteindre les feux, déclarent par ailleurs que ces incendies sont criminels :

Un incendie gigantesque s’est déclaré mardi dans les forêts bordant quatre villages au sud-est de Beyrouth et a détruit des milliers d’arbres sur son passage. Darwish Hobeika, Directeur général de la défense civile, a indiqué que les incendies étaient prémédités, qu’ils s’étaient déclarés avant l’aube, ce qui est inhabituel pour des incendies spontanés qui, l’été, se déclenchent aux heures de grande chaleur.  Les équipes de la défense civile ainsi que des hélicoptères de l’armée libanaise et des hélicoptères chypriotes ont tenté de combattre l’incendie alors que des flammes léchaient le ciel et que de la fumée s’élevait des flancs des collines surplombant Beyrouth.

Pour changer de sujet, mais tout en restant dans le domaine de l’environnement, le blog the Inner Circle [en anglais] explique comment le réchauffement climatique menace d’extinction le cèdre, symbole de l’état libanais :

Le plus grand défi à relever désormais pour les cèdres du Liban, c’est le changement climatique, a déclaré Nizar Hani. Le cèdre pousse aujourd’hui entre 1200 et 1800 mètres au-dessus du niveau de la mer, a-t-il déclaré. Un climat plus chaud impliquerait que les cèdres ne pourraient se développer que plus haut, là où il fait plus frais. Jadis, les cèdres recouvraient de vastes étendues en Turquie, en Syrie et au Liban mais leur bois et leur résine sont depuis longtemps très recherchés, comme le mentionnent l’Epopée de Gilgamesh, datant du second millénaire avant Jésus-Christ et le récit biblique du roi Salomon faisant venir du bois de cèdre du Liban pour son temple à Jérusalem.

1 commentaire

  • Alors comment expliquez vous la recrudescence de 4×4 que ce soit sur l’autoroute ou en ville ? Je ne parle pas de ville de montagne, où les habitants de petits chalets isolés vont faire leurs courses et pour qui un 4×4 est utile, non je parle des nombreux 4×4 notamment parisiens qui sont indispensables pour accompagner les enfants le matin du domicile à l’école !Il faut dire que les constructeurs automobiles font de leur mieux pour faire la promotion de ces véhicules ; prenons le cas de Carlos Ghosn, à la tête de Renault, qui explique que Renault va développer son activité dans les créneaux porteurs, en particulier les 4×4 ; vous pensiez que Renault était exemplaire en développement durable ? Vrai et donc aussi faux !

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site