Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afrique : Premiers échos du scandale du lait contaminé chinois

En Chine, on estime aujourd'hui que 13 000 bébés sont victimes du scandale du lait en poudre contaminé. Parallèlement à la montée de l'influence de la Chine en Afrique, les importations de produits chinois sur ce continent ont augmenté pour de très nombreux produits, allant des baskets aux nouilles instantanées. Les blogueurs francophones du Sénégal et du Congo, désormais inquiets des risques que font courir ces produits chinois aux consommateurs africains, suivent de près cette affaire.

Depuis Dakar, Naomed, du Blog Politique du Sénégal  a écrit cette petite histoire satyrique, qui joue sur la ressemblance des mots mélamine, nom du produit chimique ajouté au lait contaminé, et mélanine.

A ma gauche votre petit(e) dernier(e) charmant bambin normalement constitué, héritier de la jolie couleur chocolat de son papa et de sa maman.

A ma droite, un verre de lait, un honnète verre de lait semble-t-il. Que nenni ! Un verre de lait chinois, autrement dit contaminé jusqu'à la dernière molécule de caséine. Soyons honnête, tous les laits chinois ne sont pas contaminés, mais c'est un peu comme les jeux de hasard, ceux qui gagnent le plus sont ceux qui ne jouent pas.

La scène est plantée, le gamin qui bave en attendant son verre de lait et le verre de lait.

Imaginez ce qui arriverait si malencontreusement vous achetiez un lait chinois pour vos enfants. Si si, cela peut vous arrivez malgré votre vigilance, tricheurs comme ils sont, les chinois sont bien capables de marquer sur le paquet “Made in Bretagne. France”. Donc, imaginez, vous servez le verre de lait au gamin et vous quittez la pièce pour continuer à vous préparer, comme d'hab vous êtes en retard pour aller bosser.

Soudain, un hurlement venant de la bonne et du salon. Quoi-t-esse-ky-n'ya ?

A la place de votre gamin, un autre gamin qui termine son verre de lait tout en pleurant, pas vilain vilain le môme, mais enfin pas aussi joli que le vôtre.

Ca va être dur de vous habituer à sa nouvelle couleur, d'expliquer aux voisins et aux parents le pourquoi du comment. On va vous soupçonner des pires péchés pour avoir été punis comme ça. Votre vie va devenir un calvaire. Je vous plaint, sincèrement.

Y'a même des gens qui disent que, quelques fois, les gamins deviennent rouges, rouges communistes. Mais ça, je crois pas, c'est juste des menteries d'anticommunistes primaires et malveillants.

Lui aussi pince-sans-rire, un lecteur, Thomas, fait ce commentaire :

y'a aucun risque avec le lait au sénégal, puisqu'ici c'est pas du lait qu'on boit, c'est une poudre blanche sur laquelle on ajoute de l'eau… on m'a souvent dit que c'était du lait en poudre, mais franchement, vu le goût, j'en doute ;)

Dans un autre billet, intitulé “Du lait chinois pour les petits noirs”Le Blog Politique du Senegal redevient sérieux. Naomed reconnaît que : “Nous sommes tellement habitués aux produits occidentaux règlementés, contrôlés, que nous oublions que le reste du monde ressemble un peu à l'Afrique pour ce qui est du respect de normes minimales de sécurité, du respect du consommateur”.

Naomed poursuit :

Je ne veux pas dire que l'occident n'est pas avide, que le capitalisme n'y redeviendrait pas sauvage forcené si on le laissait faire. Non, mais justement, on ne le laisse pas faire. Les états ont posé des règles minimales, qu'ils font appliquer sous la pression des consommateurs/citoyens.

Nous allons chercher nos modèles chez les Chinois et les Indiens sans vouloir regarder leurs conditions et modes de fonctionnement. Aveuglés par un prétendu miracle économique que pour rien au monde nous ne voudrions subir, nous en occultons les pratiques.

Naomed ne souhaite pas que l'Afrique adopte ce modèle de développement :

Ce miracle économique, c'est le miracle de l'esclavage, de l'exploitation forcenée, de l'irresponsabilité. C'est le miracle capitaliste.

Au Congo, le blog Forum Realisance  suit aussi le scandale du lait en poudre. Munsengeshi Katata rappelle que le lait n'a pas été uniquement exporté au Bangladesh, à Taiwan, à Hong Kong et au Japon, mais aussi vers des pays africains comme le Burundi et le Gabon.

Et curieusement, de la part des africains, pas un mot, pas des demandes rapides d´éclaircissement afin d'établir la responsabilité commerciale, d´aider les enfants touchés à se faire soigner rapidement, et endiguer les dégâts en retirant rapidement les restes de ces postes du marché. Rien. Et je dois avouer que ce silence met en colère et prouve, encore une fois, combien l´Afrique est fragile dans la défense de ses enfants et se ses intérêts ouvertement lésés…

1 commentaire

  • Après les bonbons Dairy Milk, ce sont les confiseries chocolatées fabriquées en Chine du groupe britannique Cadbury qui ont été retirées des rayons à Hong Kong, Taïwan et en Australie en lien. Au total, onze marques font l’objet d’un rappel parmi lesquelles les Cadbury Eclairs, cette décision fait suite au scandale du lait chinois contaminé à la mélamine. A Birmingham où se trouve le siège du groupe Cadbury, Tony Bilsborough, le porte-parole a précisé que des “traces de mélamine” avaient été décelées à travers des tests. Le représentant du groupe n’a pas voulu donner d’autres détails et a renvoyé les journalistes à l’établissement de Cadbury à Singapour pour d’autres informations.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site