Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Timor : “Prière à tous les navires baleiniers de se rendre dans les eaux de Timor Oriental”

 

Photo Fat Old Sod sur Xanana Republic Gazzete, publiée avec autorisation.

Le titre de cet article est une citation de l'utilisateur Twitter  @BILL_ROMANOS du 31 Décembre, célébrant une découverte de chercheurs australiens et est-timorais dont les explorations récentes ont résulté en des découvertes fondamentales concernant la vie sous-marine : la plus grande concentration jamais rapportée de baleines et de dauphins, entre autres cétacés, a été trouvée à 50 km (30 miles) au large des côtes du Timor Oriental.

Grâce à cela, le Timor Oriental, un pays jeune à l'histoire troublée, trouve désormais un nouveau vent d'espoir pour son activité prometteuse d'éco-tourisme. Une fois de plus, le détroit stratégique de Wetar-Ombai (EN) prouve son importance. Bien qu'il soit surtout célèbre en tant que route pour les «sous-marins australiens et nucléaires américains naviguant entre les îles indonésiennes»(anglais), cette fois, le détroit qui sépare le Pacifique des plaques eurasiennes est reconnu comme «route migratoire majeure pour la vie marine qui se déplace entre les océans Pacifique et Indien.» (anglais)

Cathal Foster écrit à ce sujet (PT) :

A expedição, que foi o primeiro grande estudo de cetáceos em Timor-Leste, veio confirmar aquilo que os biólogos marinhos apenas suspeitavam: as águas profundas dos estreitos de Wetar e Ombai, ao largo de Timor – que podem ter até três mil metros de profundidade -, são uma importante rota migratória e corredor para a vida marinha, ligando os oceanos Pacífico e Índico.

L'expédition, qui a été la première grande étude sur les cétacés au Timor Oriental, confirme ce que soupçonnaient les biologistes : les eaux profondes des détroits de Wetar et Ombai, au large de la côte de Timor, – qui peuvent atteindre une profondeur de 3.000 mètres (1.864 miles) – sont une importante route migratoire et un corridor pour la vie marine, reliant les océans Pacifique et Indien.

Cette découverte a attiré l'attention de nombre d'internautes qui se sont mis à lier leurs blogs ou leurs tweets à la presse générale :

L'incroyable diversité des espèces qui choisissent les eaux au large des côtes du Timor Oriental comme «point chaud» est mentionnée occasionnellement par les blogueurs. Fat Old Sod a publié, début novembre, des photos de «méga faune» qu'il a prises d'un tour en avion au-dessus des eaux timoraises :

Méga Faune signifie en fait tout ce qui est plus grand que les tortues incluses. (…) Nous avons vu au moins 6 espèces de baleines, facilement plus de 4000 dauphins, des raies manta en bancs, d'ENORMES requins-marteaux croisant en surface et nous avons cessé de compter les tortues dès que nous avons atteint Com et au-delà, tellement il y en avait.

 

whales2.jpg

Photo Fat Old Sod sur Xanana Republic Gazzete, publiée avec autorisation.

Un commentaire anonyme au billet intitulé Découverte d'un point chaud pour les baleines et les dauphins au Timor Oriental(PT) constate :

Mais um grande ponto para a futura indústria do turismo em Timor.
Bem regulamentado poderá ser mais uma grande fonte de rendimento para o país.

Encore un grand pas en avant pour la future industrie touristique de Timor. Si elle est bien régulée, elle pourra être une nouvelle source importante de revenus pour le pays.

Levi Novey, est toutefois inquiet (EN) :

Cela souligne le besoin d'une plus grande protection des zones de biodiversité marine comme celles-ci contre la pêche non régulée – un défi vu le désir du Timor Oriental de développer son industrie de la pêche.

La règlementation de la pêche apparaît comme un problème pour la préservation de la faune ainsi découverte, du fait que souvent elle n'est pas respectée, ce qui laisse la voie libre à la pratique de la pêche illégale dans ces eaux. Avec son appareil photo, Fat Old Sod a surpris des pêcheurs la main dans le sac :

Nous avons aussi pris des photos de quelques bateaux de pêche illégaux venant d'Indonésie, que nous avons transmises aux autorités compétentes, avec heure, nom du bateau, localisation, etc…

Edy, un Timorais, a commenté la découverte, soulevant quelques points intéressants sur les conditions que ces eaux offrent à la vie marine :

(…) l'environnement marin dans cette zone et (sic) certainement plus sûr, plus propre et plus calme pour que ces mammifères puissent s'y rassembler et peut-être pour être utilisé comme leur habitat marin pour s'y reproduire et se multiplier. Etant donné que dans cette zone maritime il y a moins d'activité de pêche à dimension industrielle et qu'elle n'est pas considérée du point de vue stratégique comme assez bonne pour le passage des navires de commerce et militaires, d'où la quasi-inexistence dans cette zone de tout bruit pouvant être préjudiciable aux baleines et aux autres espèces. Voilà pourquoi c'est un point chaud où ces animaux marins peuvent vivre en abondance. Tout habitat d'autres espèces, trouvant le temps, l'espace, moins de perturbation par les activités commerciales et militaires gourmandes des humains, ne peut que trouver son propre mode de vie, de survie, de reproduction et de développement en plus grand nombre au bénéfice de tous les êtres vivants sur cette planète que nous appelons la Terre.

Revenant à son billet Whale of a Time (La baleine de notre époque), Fat Old Sod dit combien il était heureux qu'on lui ait demandé de survoler l'endroit, ainsi que d'avoir pris des photos et d'avoir assisté à quelque chose d'aussi extraordinaire.

Je savais que nous avions une fabuleuse vie marine ici, mais j'ignorais qu'elle était aussi prolifique. Les deux scientifiques avec qui j'étais m'on dit que c'était une étude absolument exceptionnelle. Et quand un scientifique commence à utiliser des adjectifs à rallonge vous êtes sûrs d'avoir vu quelque chose d'extraordinaire !

whales1.jpg

Photo Fat Old Sod sur Xanana Republic Gazzete, publiée avec autorisation.

Pour davantages de photos à couper le souffle de la vie marine au Timor Oriental, visitez ces sites web :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site