Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Macédoine : Alexandre le Grand, chair à médias

Depuis des années, les médias traditionnels de Macédoine font sans relâche la promotion  de tout ce qui a un rapport quelconque avec Alexandre le Grand et qui soit considéré comme “positif”, en termes de pouvoir médiatique.

La seule personne qui puisse provoquer cet engouement est le chanteur devenu héros national Toshe Proeski(1981-2007). Cependant,  il a pu  reposer en paix ces dernières semaines, après la conclusion du procès pour diffamation qui opposait son amie à son manager.

Alexandre III de Macédoine  (356 avant J.-C – 323 avant J. – C) n'a pas eu de son côté cette chance :  la chaine Kanal 5 de la télévision nationale macédonienne ce dimanche a  franchi une nouvelle étape dans sa descente aux enfers d’ Hades, quand elle a “élevé” littéralement son esprit dans un supposé scoop grâce à un “historien” qui s'est rendu en Floride avec une équipe de cameramen pour recourir aux services d'un célèbre prétendu medium et établir un contact avec ses (sic!) ancêtres …… Dans la vidéo, le charlatan prétend qu'un jeune homme vêtu de peaux de lion se tient debout dans la pièce, expliquant qu'il a été en Perse non pour la conquérir mais pour établir des échanges culturels et qu'il aimerait mieux connaitre la linguistique macédonienne.

Marble portrait of Alexander the Great said to be from Alexandria, Egypt (2nd or 1st century BC), currently in the British Museum, London, UK. Photo: Filip Stojanovski

Tête en marbre d'Alexandre le Grand qui aurait été emportée d'Alexandrie, Égypte (IIème ou Ier siècle avant J.- C), actuellement exposée au British Museum, Londres. Photo: Filip Stojanovski

Razvigor blog, le blog tenu par l'auteur de cet article, se demande comment [en macédonien] dans cette plaisanterie cet esprit ancestral a pu communiquer en anglais, une langue moderne qui s'est développé des millénaires après sa mort, mais ne connaissait pas le macédonien, qui s'est développé de la même manière. En outre, cette “communication” n'a fourni aucune information exclusive qui aurait été connue d'Alexandre le Grand  seul,comme l'emplacement de trésors que les archéologues auraient pu déterrer et présenter comme preuves, ou bien des informations communiquées par son esprit, comme le lieu où se trouveraient ses restes.

Deux jours plus tard, un utilisateur du service de signets  Kajmak.ot a  “déterré “[en macédonien ] une  information de toute évidence fausse [en serbe] d'un blog serbe sur la découverte de la tombe d'Alexandre dans le sud de la République de Macédoine, à côté de la frontière  grecque. L'article est rédigé dans la forme classique des “vrais” articles d'actualité, mais n'importe quel résident de Macédoine avec un minimum de connaissance de la géographie locale ou de sa société pouvait immédiatement voir la supercherie, car tous les noms cités d'institutions officielles, de fonctions, et de personnes, étaient faux.

Screen shot of the front page of Macedonian news portal Kirilica from April 14, 2009, prominently displaying the faux news about discovery of the grave of Alexander the Great as a real news item.

Capture d'écran de la page d'accueil du portail d'informations macédonien Kirilica le 14 avril, 2009, présentant en une la fausse information sur la découverte de  la tombe d'Alexandre le Grand

Durant la journée, un certain nombre de médias macédoniens comme le portail d'information  Kirilica [en macédonien ]ont  publié une traduction en macédonien de cette “information” en ajoutant en petits caractères, à peine lisibles, que l'information n'avait pas été confirmée. Ces articles fantaisistes ne contenaient aucun lien vers des sources, ou de lien vers l'article d'origine. Durant la journée, le site a été souvent inaccessible, , possibly due to bandwidth overload.

Des blogueurs ont mordu à l'hameçon, comme Vojvodataa, auteur du blog Radikalno, qui écrit [en macédonien, comme les blogs suivants]:

Mon Dieu, faites que ce soit vrai. L'article contient beaucoup de noms et prénoms de personnes, je pense qu'il y a quelque chose de vrai dedans. Si c'est vrai, Dieu vient à notre aide dans ce combat long d'un siècle pour notre nom et les éléments de notre identité, dont Alexandre le Grand est une partie indissociable.

D'autres blogueurs, tels que  Mojon et Azhder, réagissent avec un humour cinglant, invitant les médias à republier leurs articles sur  la découverte d'une photo sexy de la prof de math d'Alexandre en 5ème, prise avec son Antique  Iphone, et la découverte des deux crânes du Roi Marko .

Le blog scientifique Archeological Diary a suivi toute l'affaire , mettant en relief le sensationnalisme (dont celui de  A1, la chaine de télévision nationale la plus influente) et la couverture plus ou moins douteuse. L'auteur du blog, Vasilka Dimitrovska, un archéologue, écrit:

D'abord, et avant tout, toute information doit être vérifiée auprès d'au moins trois sources indépendantes. Bon Dieu, même moi – qui ne suis pas journaliste – je sais cela. C'est nébuleux de diffuser des informations ayant trait à l'archéologie sans aller sur le terrain, même s'il s'agit de la tombe et de l'esprit d'Alexandre de Macédoine en personne. A moins que quelqu'un vérifie toutes les sources et efface la moindre trace de doute, on devrait épargner au  lectorat scientifique ces informations médiatiques turbulentes et émotives.

Je suppose que les historiens et les archéologues se tairont sur cet épisode [MKD], exactement comme ils pas pipé mot sur le premier hamburger du monde, le livre de cuivre, Hunza et kalash, l'affaire de la pierre de Rosette, etc. Il n'y a rien de pire que ce genre de silence et de dédain, car cela implique une approbation silencieuse de telles hypothèses et théories. En tant que société, nous nous approchons de l'axiome “que cette terre a toujours été la nôtre,” qui vise à offrir une vue monolithique et uniforme d'un temps historique qui va du Paléolithique à Tito, même si certains de ses épisodes ne sont pas tout à fait  “sûrs” et conduisent aux folies mentionnées ci-dessus.

L'opinion selon laquelle l'Histoire est une science basée sur des mythes immaculés, où manquent les éléments de contradictions du fragile  schéma évolutionniste macédonien “officiellement à nous” mérite la critique. Nous n'avons pas besoin de mentir – la vérité suffit, quelle qu'elle soit. Même si cette tendance se remarque de la Grèce à la Suède -des recherches récentes montrent que les mythes nationaux de tous les pays européens sont presques identiques. La dissémination d'informations si triviales donne une fausse image au monde du renforcement de notre identité (surtout la partie sur la Macédoine antique),  et n'a aucun fondement scientifique, articles scientifiques publiés, découvertes archéologiques documentées. Je ne vois pas pourquoi nous devrions avoir recours à une technique d'auto-identification par le déni pour conforter une identité quelle qu'elle soit.

Pour conclure, je pense que les journalistes macédoniens qui s'occupent de culture, et particulièrement d'Histoire et d'identité, devraient acquérir plus de connaissances en archéologie, une science qui s'occupe des civilisations du passé, et non pas du présent. Pour ce qui me concerne, je suis prêt à intervenir dans ce style de séminaires ou ateliers. Et, si besoin en est, gratuitement . :-)

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site