Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : Sida, argent, sex toys

Le Maroc est peu touché par le HIV, si on le compare à d'autres pays africains. Selon les chiffres officiels,  depuis la découverte de la pandémie dans les années 80, 2 800 Marocains ont développé la maladie,  22 300 ont été infectés et vivent avec le virus. Le 25 avril, une journée nationale d'information et de dépistage du VIH/sida a été organisée.

Looking out to Sea by gwgs on Flickr.

Regarder la mer par gwgs sur Flickr.

Le pays a la réputation d'être tolérant, mais dans une société majoritairement jeune et assez ouverte, les préjugés contre les personnes infectées par le virus sont toujours là, ainsi que la stigmatisation attachée au HIV/sida, comme le rappelle le blogueur Miloud [en arabe] :

ينظر المجتمع المغربي إلى هؤلاء المصابين باحتقار أحيانا وبخوف في أحايين أخرى، فالمغاربة يعتبرون أن السيدا لعنة إلهية تصيب المرء عقابا على سلوكه المنحرف البعيد عن الأخلاق والدين الإسلامي، وبناء على ذلك ينبذون المصابين […] يعيشون وسط القلق والاكتئاب والميولات الانتحارية بسبب هذا النبذ الاجتماعي وعدم التفهم الذي قد يكون في كثير من الأحيان من طرف أقرب الأقرباء.

La société marocaine considère ceux qui sont infectés par le virus parfois avec mépris, parfois avec peur. Les Marocains assimilent le HIV/sida à une punition divine pour comportement déviant, en contradiction avec l'éthique et la religion musulmane, et rejettent ceux qui en sont atteint […]. [Les victimes] vivent dans la peur et la dépression, avec des tendances suicidaires provoquées par cet ostracisme social et le manque de compassion y compris, parfois, de leurs parents proches.

Gay-Maroc-Musul, un blog consacré aux problématiques gay au Maroc, nous rappelle à quel point les fonds sont important. Il explique que les ONG, dont l'importante association marocaine contre le sida  ALCS,  a rencontré le Ministre des affaires étrangères français  Bernard Kouchner le 22 avril pour obtenir des fonds supplémentaires du Fond Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria. La réponse du ministre les a déçu :

[Les associations] ont fait valoir que le Fond Mondial n’avait plus assez de ressources pour financer tous les projets techniquement et scientifiquement validés qui lui sont soumis par les pays les plus pauvres. Mais Bernard Kouchner a clairement exclu toute augmentation de la France au Fonds mondial, confirmant juste le maintien de son financement actuel.

Dans de nombreux pays, et surtout dans les sociétés conservatrices, l'épidémie du HIV/sida a indéniablement modifié l'approche de la sexualité, longtemps taboue. Alors que la société marocaine essaie de trouver le moyen le plus efficace de combattre l'épidémie, les discussions en ligne sur la blogosphère deviennent de plus en plus ouvertes et nous découvrons des “signes d'émancipation”, comme certain les appelleraient.  Selon Vanessa Pellegrin, une  journaliste basée à Casablanca et qui blogue sur le blog collectif  Casawaves :

Contrairement aux idées reçues, les marocaines (surtout celles âgées entre 20 et 25 ans) sont friandes [de sextoys]. Mis à part les commandes privées faites à une amie qui s’envolerait pour l’Europe, et qui ramènerait avec elle un jouet coquin sous le manteau, il existe de vrais réseaux, parfaitement discrets et organisés qui se chargent de vendre ces jouets pour adultes.

Ce billet a provoqué une avalanche de commentaires passionnés.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site