Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Équateur : Un braquage ordinaire dans un autobus de Guayaquil

La criminalité peut représenter une réalité quotidienne pour bon nombre d’Équatoriens, que ce soit dans la rue ou dans des endroits de la vie de tous les jours. En témoigne le blogueur José Andrés López Alvarez, qui a assisté à un acte de criminalité alors qu’il se trouvait à bord d’un bus dans la ville de Guayaquil. Étant donné qu’il n’y a pas eu de blessés et que ses effets personnels ont été épargnés, José a gardé sa bonne humeur. Sur son blog, Agucho [espagnol] il nous livre les détails de l’événement, ainsi que de la scène qui suivit le vol.

Mientras el bus estaba parado en un semáforo en rojo, dos tipos subieron, uno se sentó en medio y otro al final. Al arrancar el bus comenzaron a realizar su acto. Para que voy a dar detalles si todos los ecuatorianos han sido víctimas de un robo así que saben cómo son esos momentos.
Lo bueno fue, claro si es que puede haber algo bueno en un robo luego de estar amenazado con una pistola y ver como nerviosamente el ladrón manipula esta, que no me robaron nada.
¿Por qué?
Simplemente porque tenía mi seguro contra robos: “Estaba Chiro”
Definición de “Chiro” en el Ecuador.
Persona que no tiene nada de dinero en sus bolsillos.
Debido a esto no me robaron dinero, pero y el celular, bueno no me robaron el celular porque ya me lo robaron meses atrás y aun no tengo otro. :)

Alors que mon bus était à l’arrêt à un feu rouge, deux types sont montés, l’un deux s’est assis au milieu et l’autre à l’arrière. Une fois que le bus a démarré, ils ont commencé leur acte. A quoi bon fournir les détails puisque tous les Équatoriens ont été victimes d’un vol et qu’ils connaissent ce genre de situation. Ce qu’il y a de positif dans cette histoire, si l’on peut parler des bons côtés d’un vol, d’autant plus après avoir été menacé d’un revolver et voir la nervosité avec laquelle le voleur manipule celui-ci, c’est qu’ils ne m’ont rien pris.
Pourquoi cela ?
Tout simplement parce que je possède mon assurance antivol : « J’étais Chiro »
Définition de « Chiro » en Équateur.
Une personne qui n’a rien dans les poches. C’est pourquoi ils ne m’ont volé ni argent, ni portable ; en réalité, ils ne m’ont pas volé mon portable parce qu’on me l’a volé il y a quelques mois et que je n’ai pas encore pu le remplacer.

José nous fait part de ce qui est advenu de ses compagnons de route peu après que les criminels prirent la fuite.

Luego del robo viene algo interesante, este acto que causa nerviosismo en las personas luego origina una amistad entre los pasajeros. Cuando el ladrón baja del bus comienza un dialogo interesante. Hay el que dice que la pistola era de juguete o que no estaba cargada o que no valía, otros dicen que se le podría haber agarrado entre todos y no hubiera robado nada (claro eso nunca pasa, son solo unos “valientes” que solo lo dicen después del robo pero no lo hacen).La mitad de las persona quieren que el chofer siga al ladrón, la otra mitad quiere que avance rápido y no pare para nada, todo esto mientras unos a otros intercambiamos detalles de lo que nos robaron o dejaron de robarnos, como un señor que irradiaba felicidad porque el ladrón no quiso robarle su Alcatel viejito.

Il est intéressant de voir ce qui se passe après le vol, acte qui provoque un état de nervosité chez les victimes pour ensuite laisser place à une amitié entre les passagers. Une fois le voleur descendu du bus, un dialogue intéressant s’instaure. Il y a celui qui dit que le revolver était un faux, qu’il n’était pas chargé ou qu’il ne fonctionnait pas, d’autres disent qu’ensemble, on aurait pu les attraper et qu’ils n’auraient rien volé (ce qui bien sûr n’arrive jamais, il ne s’agit que de paroles de quelques « courageux » après le vol). La moitié des gens exigent du chauffeur qu’il poursuive le voleur, l’autre moitié souhaite qu’il poursuive sa route rapidement et qu’il ne s’arrête en aucun cas. Tout ceci pendant que chacun s’échange les détails de ce qu’ils nous ont volé et de ce qu’ils nous ont laissé, comme cet homme qui rayonnait de bonheur parce que le voleur n’avait pas voulu lui voler son vieux portable Alcatel.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site