Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Australie: Deux Kényanes demandent l'asile en invoquant les mutilations génitales

Deux Kényanes risquent l'expulsion d'Australie après le rejet de leur demande d'asile. Elles invoquaient  le risque de subir des mutilations génitales si elles étaient renvoyées chez elles.

D'après un article du journal australien The Age [en anglais, comme tous les liens], Grace Gichuhi, âgée de 22 ans, et Teresia Ndikaru Muturi, 21 ans, sont arrivées en Australie en juillet de l'année dernière avec des visas de touristes pour participer aux Journées mondiales de la jeunesse 2008.

Il y a eu d'abord peu de réactions sur cette affaire dans la blogosphère politique d'Australie. Le réchauffement climatique et la stratégie économique ont  dominé l'actualité.

Mais un article paru dans le quotidien The Age a suscité 54 commentaires en ligne, démontrant un vif d'intérêt des lecteurs. Ces commentaires représentent des positions opposées. Exemples :

Laissez ces femmes rester.

Ben | Adelaide – 22 septembre 2009, 9:30 du matin

Elles ont présenté des demandes. Celles-ci ont été évaluées. Leur demande a été refusée.

Renvoyez-les chez elles.

Point final.

David_T – 22 septembre 2009, 9:34 du matin.

Comme c'est pathétique que l'asile soit refusé à ces deux femmes. Cela ferait du bien à l'Australie d'avoir plus de personnes comme ces deux jeunes femmes, et en ce qui me concerne, elles sont les bienvenues aussi longtemps qu'elles le souhaitent.

jollysroger | Townsville – 22 septembre 22, 2009, 10:22 du matin.

Sur son blog Pocket Carnival, Penny Eager dit avoir pris l'initiative d'écrire au Ministre de l'immigration et de la citoyenneté, Chris Evans, sur son site internet , pour exprimer son indignation:

Je viens juste de découvrir l'affaire de Grace Gichuhi & Teresia Ndikaru Muturi, deux jeunes femmes du Kenya, à qui le statut de réfugiées a été refusé.

Je crois que la torture de la mutilation génitale est exécrable et que le fait de refuser des visas de réfugiées à ces deux femmes équivaut à prendre une position sur ce sujet.

Je vous prie d'intervenir dans ce cas, non seulement pour aider ces femmes, mais aussi pour envoyer un message clair au Kenya que l'Australie ne peut pas fermer les yeux sur ces pratiques.

Est-ce un problème religieux ?

Aussie News and Views (Nouvelles et Opinions d'Australie) qui se définit “un ‘blog amical judéo-chrétien américain, australien, israélien, anglais” a publié la vidéo d'un reportage sur ces deux femmes, en ajoutant :

Et bien, je me demande qui pourrait être derrière ce refus ? Quelle sorte d'idolâtrie de Satan a pu survivre au Kenya aujourd'hui pour qu'on puisse faire cela à de jeunes femmes?

Philip Maguire sur Whaddya Reckon? s'est attiré un certain nombre de commentaires sous ce billet:

DEUX femmes chrétiennes du Kenya doivent être expulsées d'Australie, bien qu'elles risquent la mort ou la mutilation génitale.

Peut-être qu'elles auraient du arriver ici comme clandestines, cachées dans un bateau en provenance d'Indonésie.

Lisa Valentine de Embrace Australia, une communauté en ligne pour des étrangers cherchant à vivre en Australie, a aussi épousé leur cause :

Aussi bien Grace que Teresia sont actuellement terrifiées du sort qui les attend si elles étaient renvoyées au Kenya.

Un porte-parole du Département australien de l'immigration a dit :”Aux termes de la Convention internationale, elles ne répondent à aucune des obligations signées par l'Australie envers les réfugiés.

Les jeunes filles, accompagnées de Soeur Aileen Crowe, une franciscaine qui est en train de les aider, ont adressé un appel au Ministre australien de l'immigration, Chris Evans, mais il l'a rejeté. Un deuxième appel a été encore lancé et les deux filles attendent la décision, mais elles ont été invitées à se préparer pour leur expulsion.

De façon ironique, une nouvelle loi doit être présentée au Parlement qui pourrait leur assurer la protection. La loi est appelée Protection complémentaire et elle détermine de nouvelles conditions sous lesquelles un réfugié peut demander l'asile.

Campagne en ligne

Une page a été créée sur Facebook intitulée Help save these Women from Genital Mutilation (Aider à sauver ces deux femmes de mutilations génitales) par des Australiens qui soutiennent la tentative de ces femmes de rester en Australie. Au 25 septembre, 154  personnes y ont adhéré. Une mise à jour a été publiée par Vanessa Muradian  mardi :

Voici la plus récente mise à jour : selon des sources, ces deux femmes sont protégées en Australie, jusqu'à ce que M. Evans décide quoi faire d'elles. Qu'il rejette leur demande ou non,  nous attendons encore de le savoir…le gouvernement devrait accorder un visa complémentaire… je suis en train de faire des recherches en ce moment – En bref, le visa complémentaire, “complètera” le visa , AFIN QUE CES réfugiées puissent bénéficier d'un visa. ACTUELLEMENT, le visa de réfugié ne protège pas les femmes contre la MUTILATION GÉNITALE et le crime d'honneur. La proposition de  loi a été présentée en septembre au Parlement et le Parti libéral s'y oppose en ce moment …

Actuellement, ces femmes ont juste besoin de notre soutien. M. le Ministre Evans prendra la décision grâce à son privilège d'intervention ministérielle.

Je suppose que nous devrions le contacter …

Comme d'autres institutions gouvernementales qui pourraient aider dans l'adoption de cette “Loi complémentaire”!!!!!!!!

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site