Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Martinique et la Guyane disent Non à plus d'autonomie

Le réferendum tenu dimanche 10 janvier 2010 dans les départements d'outre-mer français de Martinique et Guyane pour une plus grande autonomie vis-à-vis de la France ou un maintien du statut actuel était très attendu, et ses résultats ont laissé les blogueurs mi-figue, mi-raisin. Voici une revue de blogs martiniquais et leurs réflexions sur ce qui s'est passé.

La blogueuse Imaniyé publie la question précise qui apparaissait sur le bulletin de vote :

…les Martiniquais et les Guyanais devaient répondre par oui ou par non à cette petite question : «Approuvez-vous la transformation de la Martinique en une collectivité d’outre-mer régie par l’article 74 de la Constitution, dotée d’une organisation particulière tenant compte de ses intérêts propres au sein de la République?»

Après avoir appris qu'un NON sans appel à plus d'autonomie l'avait emporté à 80% chez les électeurs Martinicais et à 70% chez les Guyanais, les premières pensées de beaucoup sont allées vers la figure tutélaire de l'île, feu Aimé Césaire et ce qu'aurait été sa réaction, s'il avait vécu assez longtemps pour voir ce référendum qu'il désirait tant. Imaniyé commence son billet par cette introduction :

Hier, les Martiniquais se sont prononcés pour le maintien du statut quo du pays et non pour un choix où les élus locaux auraient plus de pouvoirs. J'en connais un qui doit se retourner dans sa tombe.

Allant plus loin dans cette veine, sur MontrayKreyol, Thierry Caille imagine qu'il rencontre Aimé Césaire et lui fait commenter à titre posthume les résultats des urnes :

À l'énoncé des résultats du référendum du 10 janvier 2010, je me suis entretenu avec Aimé Césaire, que j'ai trouvé, désabusé, triste, sans colère apparente qui a tenu à s'exprimer devant les martiniquais, tous. Je vous livre ses propos, tels qu'il me les a fournis ….

L'écrivain martiniquais polémique Raphaël Confiant, qui blogue sur MontrayKréyol, dénonce le vote négatif de ses compatriotes, de façon virulente, après la grève générale d'un mois qui avait affecté la Martinique l'année dernière.

En Guyane, des élus qui soutenaient l'article 74 (pour une autonomie accrue) ont clairement exprimé leur déception, voire leur colère. Les sites martiniquais Bondamanjak et guyanais OuebTV.fr rapportent les commentaires de Christiane Taubira lorsque les résultats ont été connus :

…le non massif des Guyanais et des Martiniquais à une autonomie accrue était ‘un cri de détresse’ jugeant que le ‘jeu de la peur a très bien fonctionné’ dans une population craignant de perdre ses revenus sociaux.

A l'autre bout du spectre, le blog Martinique 73ou74, créé spécialement pour l'occasion (ainsi que pour héberger le débat sur le référendum) publie la déclaration du maire de Fort-de-France, Serge Letchimy après les résultats :

Cette campagne nous a divisé, mais elle ne nous a pas séparé. C'est la victoire d'une lucidité, d'une sagesse, du peuple Martiniquais.

Opinion confortée dans la section des commentaires du billet de JLDL qui rapporte une affirmation de Jean-Louis de LUCY, qui était présenté comme un Béké, dans le documentaire controversé “Les Derniers maîtres de la Martinique“. Voici ses mots :

La population martiniquaise s’est massivement et clairement exprimée et dans sa grande sagesse a déjoué le piège tendu par les indépendantistes.

Les partisans des articles 73 et 74 disent à présent que la situation reste très tendue – même après le vote – puisque le problème le plus grave reste sans solution : le chômage sur l'île.
Pour en savoir plus sur le débat, regardez les vidéos de Martiniklité sur Dailymotion [en français et créole].

L'image de la vignette est utilisée avec la permission de Dean Terry sur Flickr, selon les termes d'une licence Creative Commons. Visitez sa galerie de photos.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site