Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Le projet “Une vidéo par jour” à Cartagène

Photo de Mario Carvajal sous licence CC-by

Un groupe de vidéo-blogueurs colombiens a décidé que 2010 serait l'année du vidéo blogging, et a entrepris de réaliser une vidéo par jour tout au long de l'année [en français]. Voici aujourd'hui une sélection de ces vidéos, pour la ville de Cartagène [en français]. Il s'agit d'une ville inscrite au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO et d'une destination touristique très recherchée selon les guides de voyage Frommer.

[Les liens sont en espagnol] Erika Pao et Luisa Santiaga sont deux jeunes filles qui vivent à Cartagène et souhaitaient la faire connaitre à travers les yeux de ceux qui y vivent au quotidien :

contar a través del video toda esa cotidianidad e historias anónimas que nos rodean; toda esa riqueza cultural y social en las que estamos inmersos pero que muchos desconocen de nuestra ciudad

Montrer, par la vidéo les événement quotidiens et histoires anonymes qui nous entourent : toute la richesse culturelle et sociale dont nous sommes entourés dans notre ville, mais que beaucoup ignorent.

Le succès de la campagne nationale lancée par la Colombie pour attirer les touristes  tient pour beaucoup à son slogan : la Colombie est la passion. Son influence n'est pas seulement sensible à l'étranger, mais aussi en Colombie, où la campagne a lieu aussi pour renforcer la fierté nationale. Un événement a par exemple été organisé à Cartagène sur l'une des places qui se trouvent à l'intérieur de la vieille ville. Des sculptures et œuvres d'art ont été exposées, toujours dans le cadre de cette campagne. La chanson accompagnant la vidéo a été composée par différents artistes colombiens et porte le même titre : Colombia es Pasión.

Le 2 janvier a eu lieu la procession de la vierge Candelaria : les catholiques gravissent ce jour-là les rues jusqu'au couvent situé au sommet de la colline Popa, puis redescendent en procession avec la statue de la vierge sur leurs épaules jusqu'à la chapelle située au bas de la colline.

Toujours à Cartagène, près de la place de Carriage, existe un passage couvert où se trouvait un marché aux esclaves. A la fin du XIXe siècle, un nouveau genre de commerce s'y est développé, beaucoup plus attirant : celui des bonbons. Le portail des bonbons propose beaucoup de spécialités traditionnelles de la région, à base de tamarin, de noix de coco et de canne à sucre.

On trouve aussi dans ces vidéos quotidiennes des instants de la vie quotidienne, comme dans cette vidéo, où des enfants jouent pieds nus au foot dans les rues, en plein soleil de midi, dans le quartier appelé “Riz pas cher”.

Les vidéos suivantes proposent de découvrir ce que l'on mange et boit à Cartagène. En premier lieu, une boisson mystérieuse, à base de riz de lait et d'épices, de lait sucré concentré, copeaux de chocolat et de glace. Le vendeur la décrit sur une pancarte comme “Exquise, nourrissante et rafraichissante” :

Un autre plat traditionnel de Cartagène est le “patacón pisao”, du plantain écrasé et frit deux fois que l'on mange à chaque repas.  Luisa Santiaga nous guide pas à pas à travers les étapes de la préparation : éplucher, couper, frire, écraser et frire à nouveau le plantain.

Cette dernière vidéo nous conduit à l'extérieur des murs de la ville, à travers les rues où les Cartagènois vivent, se promènent et font leurs courses :

Si vous souhaitez voir Cartagène à travers les yeux de ces deux jeunes filles, vous pouvez visiter le site Cartagena 365 et vous inscrire pour recevoir les mises à jour, ou suivre sur Twitter @luisasantiaga et @erikapao.

Nous vous ferons rencontrer d'autres vidéo-blogueurs colombiens qui participent au projet 365 et si vous connaissez des vidéo-blogueurs que vous aimeriez voir sur Global Voices, n'hésitez pas à nous écrire !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site