Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Japon : les journalistes freelance utilisent les NTIC pour contourner le monopole de l'information

photo mxmstryo, licence CC

[Liens en anglais sauf mention contraire]  Pendant que les citoyens de nombreux pays découvrent comment se servir des nouvelles technologies pour se faire entendre, au Japon, ce sont les journalistes freelance qui défient les médias de l'establisment, dont ils entendent bien se démarquer.

Il faut savoir qu'au Japon le flux de l'information était jusqu'à présent contrôlé par un système appelé le “kisha club”.

La traduction littérale de Kisha club est ‘club des journalistes’ ou ‘club de la presse’ et  décrit les ‘cellules d'information’ qui sont présentes dans quasiment toutes les institutions publiques telles que les ministères, la police, les administrations d'entreprises, etc.,  et dont l'une des fonctions est de gérer les conférences de presse des institutions qu'ils couvrent.

Comme le détaille leur charte :

A une époque où des informations fiables réunies selon des méthodes sérieuses et basées sur le code de l'éthique des médias sont de plus en plus recherchées, les kisha clubs ont la responsabilité sociale de contrôler l'exercice du pouvoir public par les officiels et de rechercher la transparence de l'information provenant des institutions publiques.  C'est la responsabilité des membres du Kisha club et des participants à leurs conférences de remplir ce rôle important.

Seuls les journalistes travaillant pour quelques médias traditionnels sont autorisés à être membres et, par conséquent, à assister aux conférences organisées par les Kisha clubs.
Les journalistes freelance – et souvent les média étrangers – en sont exclus.  S'ils sont autorisés à assister à ces conférences, ils ne peuvent pas poser de questions.

Le 13 février Takashi Uesugi [en japonais], l'un des journalistes indépendants les plus populaires au Japon, qui demande l’ abolition du système du kisha club, tweetait [en japonais]:

上杉隆「ツイッター、ユーストリームが一次情報を独占する記者クラブの壁を超えた。それ以前にこの記者クラブのシステムが日本人に知られていない。公権力の匿名は許されないというのが当然のジャーナリズムのルール」7:45 PM Feb 13th TweetMe for iPhoneから

Twitter et Ustream ont contourné les clubs de la presse qui jusqu'à présent monopolisaient la dissémination de l'information.  Les modalités du fonctionnement du système du Kisha club ne sont même pas connus au Japon. Refuser l'anonymat du pouvoir public est une règle évidente du journalisme.

Hirakawa Club, le Kisha club du Parti démocratique libéral. Photo tomo honeycomb sous licence CC

Signe d'un changement de cap, des représentants du gouvernement élu l'année dernière ont décidé d'ouvrir leurs conférences de presses à tous les journalistes professionnels.  Ceux des médias en ligne ont saisi l'opportunité et commencé immédiatement à couvrir les conférences de presse avec l'équipement leur permettant de diffuser en direct.

En septembre dernier, Tetsuo Jimbo, un vidéo-journaliste vétéran, éditeur et PDG de videonews.com rapportait cette nouveauté : une conférence de presse ministérielle ouverte à tous les journalistes professionnels.

まず大方針は「原則として、記者クラブ所属報道機関以外の全てのメディアにも解放する」(岡田氏)です。
[…] これまでは、仮にその団体の加盟社の記者でも、社を通じてそれぞれ当該の記者クラブに入会していることが必要でした。それぞれの報道機関の社内ポリティックスなどの事情で、新聞協会加盟社の記者であれば誰でも会見に出られるというわけではなかったということです。
それが、これからは基本的には、上記の団体に加盟している社の記者であれば、誰でも会見には出られることになるので、例えば朝日の別の部署の記者が、朝日の記者クラブの記者に気を遣って会見に行けないとか、NHKのクローズアップ現代の記者やNスペのディレクターがNHK報道局の外務省霞クラブ所属の記者に会見の出席や撮影を妨害されるというような馬鹿げたこと(これが本当にあるんですよ。)もなくなります。

Annonçant le principe de base de cette nouvelle politique, Mr. Okada, ministre des affaires étrangères, déclarait : “En principe, j'ouvrirai (les conférences de presse) à tous les médias, y compris ceux qui ne font pas partie du kisha club [de ce ministère].”
[…] Jusqu'à aujourd'hui, les journalistes d'un groupe qui avait un kisha club devaient déjà réussir à y être admis et en raison des politiques internes de chaque compagnie, ne pouvaient pas assister à tous les événements de leur choix.
Maintenant, et selon la nouvelle politique, [à part les journalistes indépendants, les journalistes de magazines et des médias en ligne] tous les journalistes qui travaillent pour une organisation membre peuvent assister à n'importe quelle conférence.  Cela veut dire que, par exemple, un journaliste de Asahi qui fait partie d'un certain club n'aura pas à avoir de regrets s'il souhaite assister à une conférence d'un autre club que celui auquel il est assigné.  Ou un directeur de la chaine NHK qui travaille pour des shows comme Close Up Gendai ou NHK Special ne sera pas gêné pour filmer ou assister à une conférence d'un autre ministère par un collègue journaliste NHK qui couvre habituellement ce ministère.  Et ces incidents ridicules (parce qu'il y en a eu) ne se produiront plus.”

L'outil en ligne de retransmission vidéo Ustream, en particulier, a servi de source alternative pour contourner le filtrage du flux d'informations par les média traditionnels.

Un autre cas bien connu est celui du populaire site de partage de vidéos Nico Nico Douga qui jusqu'à l'année dernière offrait une retransmission en direct à ses utilisateurs [en japonais]. Le staff assiste maintenant régulièrement à la conférence de presse hebdomadaire du ministère des affaires étrangères et offre l'opportunité aux utilisateurs de communiquer avec le présentateur.  Non seulement ils peuvent assister à l'évènement en direct, mais ils peuvent aussi poser des questions sur une page web. Les questions sont reprises par le staff de Nico Nico Douga et posées au ministre.  D'après le site de Nico Nico Douga [en japonais], leurs utilisateurs ont ainsi pu poser des questions sur les bases militaires américaines, les activistes de l'ONG Sea Shepherd, le soutien de l'Afghanistan par le Japon etc.


Retransmission en direct de la conférence du ministre des affaires étrangères Okada sur Ustream par Yasumi Iwakami le 29 juin

Le blogueur nob1975 commente l'opportunité que les citoyens et les internautes japonais ont maintenant de voir les conférences de presse avant que la télévision et la presse ne les traitent et ne les filtrent :

国民が、一次情報に触れる機会が、いままでかつて、あったろうか?
政治家も、バラエティショーの一環としての「報道番組」、政治をネタにした完全なる「バラエティ番組」、司会者の仕切りがうざい「討論番組」から飛び出して、記者クラブも通さず、じかに、国民に向けて、情報発信できる時代。
素晴らしいと思う。
[…]
エポックメイキングな瞬間だったと思う。

Maintenant, les citoyens ont une chance d'accéder à  la source de l'information.  Je me demande s'il y a jamais eu une telle opportunité par le passé ?  Nous vivons une époque où les politiciens peuvent parler directement aux citoyens sans passer par les kisha clubs ou participer à des “programmes d'information” qui font partie des programmes de divertissement, à des spectacles de variété qui traitent les sujets politiques comme un sujet de divertissement ou à des “talk shows” où le présentateur mène la conversation.
Je pense que c'est merveilleux.
[…]
J'ai l'impression d'avoir vécu un des ces moments fondateurs d'une nouvelle époque.

Des journalistes indépendants comme Takashi Uesugi, cité précédemment, ou le journaliste très admiré Yasumi Iwakami [en japonais] se sont aussi servis de Ustream pour créer des débats ouverts spécifiquement sur le “système des kisha clubs”, pour attirer l'attention des japonais sur la nature souvent biaisée et limitée des informations qu'ils reçoivent.  Un exemple est le débat entre Uesugi et l'économiste Nobuo Ikeda [en japonais] sur “les fuites organisées par la police dans les média”.

Voici ce que l'on peut lire sur le profile de Iwakami sur Ustream :

フリージャーナリスト・岩上安身が、どこにでも出かけて、誰にでも取材し、可能な限り、ダイレク トに情報をお伝えします。インタビュー、対談、記者会見、などなど。

Le journaliste libre Yasumi Iwakami, va partout, interviewe tout le monde et, quand c'est possible, transmet l'information directement : interviews, débats, conférences de presse, etc.

Enfin, Hiroshi Hirano, éditeur du magazine quotidien par email Electronic Journal, qui critique le monopole de l'information comme contraire aux principes de la démocratie, met en garde contre les dangers créés par le pouvoir des médias.

情報を自分たちだけでずっと独占していればそれは一種の利権と化し、政治家側や官僚側から利用されやすくなるのです。

Si une source a le monopole de l'information, elle devient une forme de pouvoir et peut facilement être manipulée par les politiciens ou les bureaucrates dans leur propre intérêt.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site