Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kenya : Le Ministre des finances ouvre le débat sur le budget sur les médias sociaux

Le Ministère des finances kenyan, Uhuru Kenyatta, a utilisé Twitter et Facebook pour solliciter l'opinion des citoyens sur l'élaboration du budget national du Kenya pour l'année 2011, qui a été présenté devant le Parlement  le 8 juin 2011. Pure coïncidence : les budgets de trois nations d'Afrique de l'Est étaient présentés ce même jour. Cependant, c'est uniquement au Kenya que le Ministre des finances a eu volontairement recours aux médias sociaux pour ce processus (le texte du discours de présentation du budget est disponible en téléchargement sur sa page Facebook)

Le ministre a utilisé trois outils en ligne pour solliciter l'avis des citoyens : un GoogleDocs (le document est maintenant fermé), Scribd et Facebook. La réaction a été énorme. C'est la première fois qu'un ministre des finances à recours aux médias sociaux de cette façon.

Le Ministre des finances du Kenya, Uhuru Kenyatta. Photo: Page Facebook de Uhuru Kenyatta

Les internautes kenyans ont fait leurs proposition et remarques sur le le budget sur Twitter, avec les hashtags (mots clés)  #Budget2011 . L'équipe du Ministère a utilisé de son côté #keBudget2011. Les débats au parlement ont été live-tweeté par@TeamUhuru et @UKenyatta. Les contribuables kenyans ont quelques critiques, mais trouvent néanmoins l'initiative positive :

@LoiseKare félicite Uhuru pour son utilisation des médias sociaux  :

..et il a mis les utilisateurs de Twitter dans la boucle pour élaborer le budget..C'est toute la différence entre un leader et un politicien. Bravo @UKenyatta

@MissRipplez pense déjà à l'élection présidentielle de 2012 au Kenya :

A en juger par la réaction à  #kebudget2011 et #teamuhuru, je suis convaincue que Twitter va être un terrain de bataille crucial pour les campagnes électorales de l'an prochain.  #kenyansontwitter

@Just_Wambui félicite le ministre et l'équipe qui gère sa communication sur Twitter :

Je suis extrêmement impressionné par l'efficacité des tweets sur #kebudget2011 publiés par @Ukenyatta et son équipe …Super job!

Avant la cloture des débats sur le budget, Zindua Kiongozi écrivait :

N'allez pas vous plaindre de ne pas avoir été consultés sur le budget 2011 pendant les débats publics. C'est ce que le Ministre des finances Uhuru Kenyatta répondra à ses détracteurs après vendredi, date limite pour envoyer des commentaires en ligne sur le budget 2011 et jour de clôture des débats. Le ministre a mis à disposition sur sa page facebook une application “Budget 2011″ qui explique de façon simple comment participer au processus.

Budget 2011 sur facebook

Cette application utilisant les documents partagés de Google Docs permet aux citoyens d'indiquer quelles sont les priorités du budget pour eux et d'envoyer leurs suggestions, en utilisant un formulaire en ligne qui ventile les commentaires par grands secteurs clés du budget. Il vous reste moins de 48 heures pour soumettre vos commentaires et suggestions, jusqu'au 13 mai.

SportsKenya commente à sa manière différents extraits du discours.

Je cite le discours :
“…outre l'engagement dans ces activités, j'aimerais aussi les encourager à développer leurs talents dans le monde du sport. Très souvent, les jeunes ont rendu fiers ce pays par leurs performances exceptionnelles dans les compétitions internationales de différentes disciplines . (… Jusque là, tout va bien)
Je crois qu'un investissement ciblé pour les sports, épaulé par une gestion solide, peut faire du sport, qui attire des milliers de nos jeunes, une source d'emplois durables. Notre jeunesse doit pouvoir réaliser ses rêves et faire carrière dans le sport ( ….bien dit, Monsieur le Ministre )
A cette fin, j'ai alloué 210 million de Shillings kenyans (1 million par circonscription) pour le sport de compétition, pour les jeunes de tout le pays. Ils seront utilisés pour l'organisation et la dotation de trophées, pour octroyer des récompenses en espèces aux équipes participantes, et pour rembourser les frais des officiels qui supervisent cette initiative ( …ah, maintenant, vous partez dans l'ambigu, Monsieur, quels sports exactement, et cette somme est minable, à moins d'organiser une seule  compétition par an)
Les entreprises privées, dans le cadre de leur budget alloué à la Responsabilité sociale (CSR) abonderont pour le même montant, sur la base minimale d'un Shilling par Shilling de subvention.” (…Joli. Défier les entreprises privés qui font des bénéfices obscènes, mais ne donne que des miettes au sport. MAIS ce mot, CSR, Responsabilité sociale, il me file des boutons ! )

Je ne veux pas aller contre les points cités ci-dessus, mais nous pensons que le Ministre aurait pu aller plus loin pour développer le secteur du sport. Comme nous l'avons fait remarquer auparavant (et j'ai mis sa citation sur ce sujet), le sport peut créer beaucoup d'emplois si de judicieux investissements sont faits, et si une bonne gestion est mise en place.

Dans son analyse du budget, Blogger Kebati avoue qu'il a été impressionné par le discours du ministre :

J'aimerais conclure avec les mots de l'Honorable Uhuru Kenyatta, Ministre des finances du Kenya, alors qu'il clôturait les projections du budget 2011/2012.

“Il est important de noter que 50% de ces suggestions ont été envoyées par des citoyens kenyans âgés de 18 à 30 ans et j'aimerais féliciter tout particulièrement ce groupe de jeunes Kenyans qui se sont donnés la peine de communiquer avec le gouvernement via la technologie et les médias sociaux, qui sont selon moi la nouvelle frontière de l'implication des citoyens dans le débat public. Monsieur le Rapporteur de l'Assemblée, je voudrais aussi vous encourager, ainsi que les députés qui ne sont pas encore présents sur ces plateformes, à s'inscrire sur Facebook, Twitter, ou d'autres réseaux en ligne similaires, grâce auxquels vous pouvez engager directement un dialogue constructif avec les Kenyans, en temps réel.

Les Kenyans sont de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux, et il devient déjà évident que la citoyenneté peut en être renforcée, en permettant par exemple aux citoyens de participer au processus de prises de décisions politiques. Le Ministre des finances en a fait la preuve dans son discours de présentation du budget. D'autres dirigeants africains suivront-ils son exemple ?

1 commentaire

  • […] Global Voices / Kenya : Le Ministre des finances ouvre le débat sur le budget sur les médias socia… Ce billet bien documenté d'un réseau de bloggeurs du monde entier montre combien mobile et internet amènent à reconsidérer la fracture entre pays du nord et du sud. Avec 63% de pénétration du mobile et 54% d'internautes "mobile only", le Kenya est l'un des pays d'Afrique le plus connecté aux réseaux télécoms. Pionnier en matière de mBanking, il semble que le Kenya le soit également en matière de politique 2.0. Ainsi, le Ministère des finances Uhuru Kenyatta a sollicité l'opinion des citoyens sur l'élaboration du budget qui vient d'être présenté devant le Parlement le 8 juin 2011, en utilisant sites de réseaux sociaux et outils en ligne. Une page Facebook mais aussi un GoogleDocs (maintenant fermé) et un Scribd ont été ouverts à cet effet. Sur Twitter, les hashtags #Budget2011 pour les propositions des citoyens et pour l'équipe du Ministère#keBudget2011 ont été créés et les débats au parlement live-tweetés. Un exemple africain de politique 2.0 à suivre en France? ( Laurence Allard) (tags: politique kenya parlement participation sns global) […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site