Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Barcelone en état de siège pendant le Sommet de la BCE

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur l'Europe en crise

L'assemblée de la Banque Centrale Européenne s'est tenue les 2, 3, et 4 mai à Barcelone, en Espagne, une ville mise en état de siège par la police : 8.000 policiers ont été acheminés dans la capitale capitale, soit au total 2.300 agents de la police nationale, 1.200 de la garde civile, plus 4.500 de la police montée (Mossos d’Esquadra).

A l'occasion de cette réunion, l'Espagne a temporairement (du 28 avril au 4 mai) suspendu la convention de Schengen à la frontière avec la France. L'accord de Schengen élimine les contrôles aux frontières internes entre certains Etats européens, transférés à une frontière extérieure unique à l'entrée de la zone Schengen, qui ne comprend qu'une partie des pays membres de l'Union Européenne.

Barcelone, ville policière. http://t.co/QlZ3g0bJ

@premsaindignada: Jueces para la Democracia “suspender Schengen es de Estado democrático miope” http://bit.ly/BienvenidoMrBCEweb #bienvenidoMrBCE  http://bit.ly/J2ccqP

@premsaindignada [catalan]: Juges pour la démocratie : “suspendre Schengen est le propre de l'Etat démocratique myope.” http://bit.ly/BienvenidoMrBCEweb [catalan] #bienvenidoMrBCE [catalan] http://bit.ly/J2ccqP [espagnol].

Utilisant également Twitter, la police elle-même a mis en garde les habitants de façon très paternaliste:

@policia: Recordad: Hasta el viernes, 4, suspendido Tratado Schengen y restablecidos los controles fronterizos en España y se refuerzan en #Catalunya

@policia [espagnol] : Rappel : traité de Schengen suspendu jusqu'au 4 mai, contrôles aux frontières rétablis en Espagne et renforcés en #Catalunya [espagnol].

La suspension du traité relève de motifs politiques, au cas où des incidents violents seraient survenus entre les groupes soi-disant anti-système et ceux chargés de la sécurité lors de la réunion. Le déploiement a dépassé celui des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, depuis les tireurs d'élite positionnés à l'Hôtel Arts, où séjournaient les ministres de l'économie, aux fouilles au hasard des gens arrêtés dans la rue sans motif particulier à fins de vérifier leurs sacs.

Bilan de ce déploiement : 10 arrestations à la frontière, 18 refus d'admission en Espagne, et plus de 126 000 personnes contrôlées (vérifications d'identité et même une voiture fouillée) en essayant de passer la frontière [espagnol]. Des personnes connues des services de police ont aussi été détenues.

Police anti-émeute à Barcelone http://pic.twitter.com/o5kLKIhe

Pendant l'assemblée, Barcelone n'a pas connu la violence attendue car la ville a tourné le dos à ses participants ; mais, dans une certaine mesure, il y a eu de la contestation :

@Acampadabcn; Recordar mostrar vuestro rechazo al BCE a las 21:00h en forma de cacerolada… Que nos oigan! http://bit.ly/cassoladaBCE #CassoladaBCE

@Acampadabcn [espagnol/catalan] : N'oubliez pas de montrer votre rejet de la BCE à 21:00 sous forme de concert de casseroles… Qu'ils nous entendent ! http://bit.ly/cassoladaBCE [espagnol] #CassoladaBCE [catalan]

Le 3 mai, les étudiants ont manifesté contre les coupes budgétaires dans l'enseignement supérieur public et la hausse des frais d'inscription. Cette manifestation avait beau être pacifique, les dirigeants politiques responsables se sont livrés aux harcèlement en ordonnant à la police anti-émeute d'encercler les derniers manifestants et de les canaliser de façon provocante, comme on le voit sur la photo et la vidéo.

Manifestants étudiants complètement encerclés par la police. http://imgur.com/tQ2cc

Un commentaire sur le compte sur le compte YouTube de la vidéo note :

Yo estuve allí y te lo puedo explicar. Al final de una manifestación pacífica sin altercados, un grupo reducido de esa misma manifestación decidimos seguirla hasta una universidad de la zona donde había comida y actos por el tema de la subida de las tasas universitarias. A la altura de plaza Cataluña la policía que nos iba persiguiendo en furgonetas nos rodean sin ningun motivo, nos encierran con coacción y nos empiezan a grabar e intimidar.

J'y étais, et je peux en parler. A la fin d'une manifestation pacifique sans altercations, un groupe réduit de cette même manifestation a décidé de continuer jusqu'à une université du la zone, où il y avait à manger et de l'action sur le thème de la hausse des frais d'inscription universitaires. A la hauteur de la plaza Cataluña, la police, qui nous suivait en fourgons, nous a coursés sans aucun motif, encerclés par la coercition et ils se sont mis à nous enregistrer et nous intimider.

Voilà pour le respect du droit à manifester en Espagne :

http://www.youtube.com/watch?v=HLVUCGactac

La Banque Centrale Européenne (BCE) et son chef, Mario Draghi, qui a été président de la Banque Mondiale et vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs, a demandé à l'Espagne de poursuivre les réformes actuelles et de persévérer dans le soutien aux banques.

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur l'Europe en crise.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site