Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La police perquisitionne les bureaux de Navalny à Kirov

La police de Kirov a perquisitionné [russe] hier le bureau local d'Alexeï Navalny, installé pour coordonner la communication de l'avocat-blogueur dans la ville où il subit en ce moment un procès pour détournement d'un demi-million de dollars. L'affaire attire l'attention internationale, comme la dernière en date d'une longue série de procédures judiciaires politisées en Russie, après les procès de Mikhaïl Khodorkovski et de trois membres des Pussy Riot, pour les plus connues. A l'aide du site web ustream.tv, le “journaliste citoyen” [russe] et blogueur Roman Pomych a diffusé un fil vidéo en temps réel [russe] de la descente policière, où on voit les agents saisir les tracts de Navalny (qu'ils fourrent dans de grands sacs-poubelle) et interroger les volontaires sur les raisons de leur présence à Kirov. Pouffant et demandant aux policiers ce qu'ils espèrent trouver, les collaborateurs de Navalny paraissent incrédules d'être au centre d'un événement médiatisé. Et pendant quelques minutes, quelqu'un a joué le thème de la chanson “Bad Boys” de la série télé américaine “COPS,” sans doute pour ridiculiser les importuns. Selon ustream, quelque 900 personnes ont suivi le streaming vidéo de Pomych.

Screenshot of Pomych's ustream feed. Police seize newsletters from Navalny's Kirov HQ.

Capture d'écran de la vidéo en temps réel de Pomych sur ustream. Les policiers saisissent les bulletins d'information au QG de Navalny à Kirov.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site