Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Premier syndicat de marins-pêcheurs immigrés à Taïwan

Trois ans après le vote d'une réforme de la loi sur les syndicats (lien en anglais), autorisant les migrants à s'organiser en syndicat, 89 marins-pêcheurs philippins de la région de Yilan à Taïwan ont créé la première association de ce type dans l'île. `

Cette association de marin-pêcheurs est officielle depuis le 25 mai 2013, mais ne rassemble qu'une faible fraction des travailleurs immigrés légalement employés dans ce secteur industriel : ils seraient actuellement plus de 6000 [en chinois], parmi eux une majorité d'Indonésiens, les autres sont principalement des Vietnamiens et des Philippins. L'immense majorité ne sont donc pas organisés et se font souvent durement exploiter par leurs employeurs.

The meeting. Figure from the Coolloud report taken by Haochung (顥中).

“La réunion”. Photo prise par Haochung (顥中) de coolloud.org. CC: NC.

Un journal en ligne indépendant de Taïwan, Pots.com décrit les abus habituels à l'encontre de ces pêcheurs.

Jose Toquero說,契約上寫8小時,但若漁船故障需等到隔天,往往從晚上11點開始連續工作14個小時,而遠洋一次出海就需三、四天的作業,也很難明確劃分工作與休息。「我們沒有真正的休假,雖然滿月時不會出海,一個月本來規定有五天休假,但如果還需要補網子、做其他的工作,常常整個月都沒有休假,而且能不能休假也要看雇主,有的雇主完全不讓你休息。」

Jose Toquero raconte que selon leur contrat, le nombre d'heures quotidiennes de travail devrait être de 8, mais  si le bateau a des problèmes, il sont obligés d'attendre le lendemain pour débarquer. Ils travaillent ainsi couramment 14h d'affilée en commençant à 11 heures du soir. De plus, s'ils travaillent sur un bateau destiné à la pêche pélagique (de haute mer), les sorties peuvent durer trois ou quatre jours. Dans ce cas, il est toujours bien difficile de faire la part des heures de repos ou des heures de travail.José ajoute :”Selon notre contrat, nous n'avons pas réellement de congés, simplement nous ne pêchons pas en période de pleine lune, donc nous devrions avoir cinq jours de congés par mois. En réalité, si un autre travail s'avère nécessaire ces jours-là, comme réparer des filets, nous devons le faire. Avoir des vacances ou non, ça ne dépend que de l'employeur, et avec certains il n'y en a pas du tout.

Rolando說,剛來台時曾經連續十八個月都只拿到8000元薪水,光仲介費就需扣掉一萬多。談話時,我注意到他眼睛裡有不尋常的泛紅血絲,一問之下,他才說那是因為工作內容不只漁船作業,全部的事情都必須做,他的眼睛就是因為被老闆叫去做焊接時,因為沒有足夠的安全措施而導致眼睛被火花噴濺受傷。

Rolando (Mahinay) dit qu'il n'a reçu que 8000 nouveaux dollars taïwanais [266 US$] comme salaire mensuel pendant ses 18 premiers mois parce que des frais de commissions de plus de 10 000 ndt [333 US$] par mois étaient déduits. en lui parlant j'ai remarqué que ses yeux étaient rouges. Il m'a en effet expliqué qu'on lui demandait de faire toutes sortes de travaux en dehors de ceux concernant la pêche, et qu'il faisait de la soudure sans protection adéquate.
The fishery boat. Figure from the Coolloud report taken by Haochung (顥中).

Le bateau de pêche. Photo prise par Haochung (顥中), de Coolloud.org CC: NC.

Un article d'un média indépendant de Taïwan, coolloud.org précise les objectifs de ce nouveau syndicat de travailleurs immigrés :

工會監事會召集人何希(Jose Toquero)表示,來台前與雇主之約定通常也是每日工作8小時,但海上狀況多,幾乎不可能按時下班,不只是加班費該給而未給、工時過高是一大問題,未來希望能透過工會與雇主協調並解決。

Jose Toquero, coordonnateur du bureau, déclare que les pêcheurs souhaiteraient discuter avec leurs employeurs par l'intermédiaire du syndicat pour résoudre le problème des heures de travail non payées au-delà de huit heures. Avant d'arriver à Taïwan ils avaient signé un contrat avec leur employeur stipulant qu'ils ne devaient pas travailler plus de huit heures par jour. Et pourtant il est impossible pour eux  de quitter leur travail et donc le bateau s'il y a le moindre problème à bord…

由於工會組織最早的人際網絡是菲律賓Ilonggo的在台同鄉會,所以目前加入工會的都是菲律賓籍,不過Jose強調,希望工會能持續擴大,未來能不只服務菲律賓人,要讓更多印尼漁工也一起加入…現場也有來自漁業興盛的高雄、屏東等地的移民團體前來「取經」,盼能讓移工組織工會的風氣持續擴散。

Du fait que les membres de ce syndicat viennent principalement de l'association Ilonggo Seafarers ils sont pour la plupart originaires des Philippines. Pourtant, insiste José, ils souhaitent se développer activement et servir également à l'avenir les intérêts des marins indonésiens… plusieurs représentants d'associations de travailleurs migrants de Kaoshiung et Pingtung, des ports de pêche industrielle renommés, sont venus à leur réunion pour apprendre comment mettre en place un syndicat des travailleurs immigrés.
The fishermen. Figure from the Coolloud report taken by Haochung (顥中).

Les pêcheurs. Photo prise par Haochung (顥中), Coolloud.org. CC: NC

Coolloud a aussi interrogé Lee Lee-huan (李麗華), membre de la fondation Haoran, qui a soutenu la création de ce syndicat, sur les difficultés spécifiques inhérentes à cette mise en place.

雖然《工會法》在2年前就修正開放外籍人士加入工會,但還欠缺許多配套,例如語言就是重要問題,多數移工不諳中文,就連要了解相關法令的內容都相當困難,此外,船上工作工時不固定、臨時狀況多,四散在不同船家的漁工們,要湊在一起開會,也實屬不易。

Bien que cette loi permettant aux travailleurs immigrés d'organiser leurs propres syndicats ait été votée il y a trois ans, il n'y a pas eu de progrès suffisant. La langue est un gros problème, beaucoup de travailleurs ne comprennent pas le chinois, ils ont de grandes difficultés pour comprendre les détails de la loi. De plus leurs jours et horaires de travail sur les bateaux ne sont  jamais réguliers du fait des aléas de la pêche. Il est très difficile d'organiser une réunion pour rassembler ces travailleurs dispersés sur de multiples bateaux.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site