Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'éducation militaire des jeunes Sud-coréens remise en question après un drame

Cinq lycéens se sont noyés lors d'un bootcamp, un stage d'entrainement de type militaire, dans un camp privé au bord de la mer, en Corée du Sud, provoquant des débats sur la prévalence des camps d’entraînement de type militaire ainsi que sur la nostalgie de la culture militaire dans l’éducation coréenne.

Dans la province du sud de Chungcheong, cinq lycéens sont morts lors de ce camp d’entraînement de trois jours. Les instructeurs ont obligé les élèves à enlever leurs gilets de sauvetage et à sauter dans la mer en fin d’après-midi. Parmi les 23 étudiants pris dans un fort courant, cinq manquaient à l’appel, leurs corps ont été retrouvés le lendemain.

Avant les funérailles qui se sont tenues le 24 juillet 2013, les camarades de classe des victimes ont posté une courte vidéo dans laquelle ils expriment leurs condoléances sur Youtube (les sous-titres en anglais sont indisponibles) :

Plus tard, la police a découvert que plusieurs instructeurs non qualifiés avaient été embauchés à temps partiel pour la saison estivale. En outre, le camp d’entraînement a utilisé de manière frauduleuse le nom d'un corps de la marine militaire coréenne, bien qu’il n’ait aucun lien avec les forces armées.

Les réactions immédiates à la tragédie ont porté sur le manque de sécurité et les opérations dans les camps d’entraînement non autorisés, puis les blogueurs et twittos ont exprimé leurs inquiétudes sur la prévalence de la culture militaire dans l’éducation coréenne, qui piétine la créativité des lycéens, leur individualité et entrave aussi  selon eux le processus de formation de futurs citoyens responsables et actifs.

Les camps d’entraînement de type militaire sont l’une des activités les plus populaires durant les vacances dans de nombreuses écoles coréennes et le « Gyoryeon », la formation militaire pratique pour les enfants, était l’une des matières imposées aux lycéens pendant près de trente ans. Cette matière est devenue optionnelle en 1997 et a officiellement disparu des écoles seulement l’an dernier.

Image of Boot Camp in Seoul. Unrelated to the one that is responsible for the accident. Image by Flickr user @fast800 (CC BY-NC-SA 2.0)

Image d’un camp d’entraînement en Corée du Sud, sans lien avec le camp responsable de l’accident. Photo de @fast8000, Flickr (CC BY-NC-SA 2.

@blu_pn: 해병대캠프 사고로, 극기라는 이름의 병영훈련에 경악하는 분들이 많다. ● 허나 기억할랑가 모르겠다. 나 어릴적 학교에서는 교련이라는 군사훈련을 정규수업으로 받았고, 조회시간엔 군대식 사열과 교장선생님께 거수경례를 했었다[…]

@blu_pn: Après l’accident du camp d’entraînement, nombreux sont ceux qui ont exprimé le plus grand choc envers les camps d’entraînement et l'autodiscipline qu'il inculque par un entraînement intensif. Mais vous souvenez-vous ? Lorsque j’étais enfant, j’ai eu un entraînement militaire appelé « Gyo-ryeon » lors de mon éducation classique. Et pendant les annonces du matin, nous [les écoliers] nous nous mettions en rang comme dans une formation militaire et faisions le salut militaire à notre proviseur.

Le célèbre blogueur Impeter a retracé la longue histoire de la culture militaire dans l’éducation moderne coréenne :

[…] 1969년 안보의식과 전시상황에서의 대처능력을 높인다는 목적으로 고등학교 필수과목으로 ‘교련'을 지정했습니다. 당시 교련을 받은 대부분의 학생들은 그저 학교에서 하는 과목이라고 생각했지만, 지금 돌이켜보면 전쟁이 나면 고등학생까지 총을 들고 전장에 내보내겠다는 끔찍한 일이었습니다. 고등학생을 군인으로 만들려고 하니 군대와 똑같은 체벌과 군인정신을 학교에서 요구하기 시작했습니다. […] 우리 교육의 가장 큰 문제는 잘못된 명령이라도 무조건 따라야 한다는 일제강점기 조선총독부가 조선의 아이들을 소년병으로 만들려는 군국주의 교육 습성이 군사독재 정권으로 이어지면서 아직도 학교에 남아 있기 때문입니다.

Image of Boot Camp in Seoul. Unrelated to the facility that is responsible for the accident. Image by Flickr user @fast800 (CC BY-NC-SA 2.0)

Image d’un camp d’entraînement en Corée du Sud, sans lien avec le camp responsable de l’accident. Image de @fast8000, Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

 

 

 

 

 

En 1969 [cette année-là, les tensions militaires entre la Corée du Nord et du Sud étaient au plus haut, atteignant un état de pré-guerre] le gouvernement a instauré le « Gyoryeon » comme matière obligatoire afin de sensibiliser l’opinion publique quant à la sécurité nationale et à être mieux préparée à la guerre. La plupart des étudiants ont accepté cette matière sans réfléchir, mais si vous y réfléchissez vraiment, c’est une situation horrible. Elle montre que le gouvernement a pensé à envoyer les lycéens dans une zone de guerre lorsque le conflit éclaterait. Puisque le gouvernement souhaitait transformer des lycéens en soldats, les écoles ont commencé à inculquer l’esprit militaire aux enfants et à presque adopté les mêmes sévices corporels utilisés dans l’armée […] Les plus gros problèmes de notre éducation est [l’idée que] « les étudiants ont besoin d’obéir, même aux ordres erronés », idée née durant la période coloniale japonaise – le gouvernement colonial japonais a transformé les enfants de la dynastie Joseon en enfants soldats [pendant la Seconde Guerre Mondiale] en introduisant le militarisme dans l’éducation. Et cette tradition a survécu, tout comme les régimes autoritaires militaires coréens qui ont pris le pouvoir [des années 1960 aux années 1980], laissant des traces de militarisme dans nos écoles.

 

Kim Yong-Taek, qui a passé toute sa vie comme éducateur, a publié cette analyse dans son blog consacré à l’éducation :

‘군대 갔다 오면 사람 된다’는 말이 있다. ‘말썽 부리고 반발하고 부모 알기를 우습게 알던 아들이 군대 가더니 딴 사람이 되어 돌아왔다’고 좋아하는 부모들이 있다. 과연 그럴까? ‘군대’갔다 오면 사람‘된다’는 말은 고생을 모르고 자란 자녀가 부모와 헤어져 살아보니 철이 든 것이지 군에 갔기 때문에 달라진 게 아니다. 달라졌다면 순진한 젊은이가 ‘폭력에 순종하는 인간성으로 바뀌었다면 그게 달라졌을 뿐이다[…] 개성이니 창의성이니 소통과 비판과 같은 민주주의란 군사문화와는 거리가 멀다. 명령과 복종이 필요할 뿐이다. 그럴 수밖에 없는 것이 적과의 대치 속에서 살아남기 위해서는 강인한 체력과 인내심이 기본이요, ‘시키면 시키는 대로 해야 하는 복종만이 살 길이다[…] 민주시민으로 자라도록 가르치는 학교에서 배우는 학생들에게 군사문화를 주입시킨다는 것은 반민주주의요, 반교육이다.

Image of Boot Camp in Seoul. Unrelated to the facility that is responsible for the accident. Image by Flickr user @fast800 (CC BY-NC-SA 2.0)

Image d’un camp d’entraînement en Corée du Sud, sans lien avec le camp responsable de l’accident. Image de @fast8000, Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

 

 

 

Il y a un proverbe qui dit que l’armée transforme n’importe qui en un véritable homme. Certains parents ont joyeusement déclaré : « Mon fils, un gamin turbulent qui avait l’habitude de manquer de respect envers ses parents, est devenu un autre homme une fois qu’il a servi dans l’armée » [tous les Coréens valides doivent effectuer leur service militaire obligatoire de deux ans]. CEPENDANT, est-ce vrai ? C’est naturel pour un enfant gâté de devenir un être plus mature après qu’il ait quitté ses parents. S’il y a un réel changement apporté par l’armée, c’est « qu’un jeune homme naïf s’est transformé en une personne obéissante qui succombe à la violence » […] La démocratie fait la promotion de la créativité et de l’individualité et [est ouverte à] la communication et la critique, et se démarque de la culture militaire. Dans la culture militaire, qui se déploie dans des situations extrêmes où l’on affronte des ennemis, une forte résistance physique et la patience sont une nécessité et l’obéissance aux plus hautes autorités la seule chance de survie. Comment une école, une entité qui devrait guider les étudiants à devenir des citoyens respectueux de la démocratie instille-t-elle l’esprit militaire dans ces enfants ? Il s’agit d’une décision antidémocratique en complet désaccord avec le réel esprit de l’éducation.

1 commentaire

  • Pingback: Web | Pearltrees

    […] L’éducation militaire des jeunes Sud-coréens remise en question après un drame […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site